ACTES du colloque 2010

January 21, 2018 | Author: Anonymous | Category: N/A
Share Embed


Short Description

Download ACTES du colloque 2010...

Description

Actes du 9e Colloque Européen de Cryptozoologie

Les Survivants de l’Impossible (1ère Partie) Engreux-Belgique (16-17 avril 2010)

Editions Cryptozoologia

Editeur Responsable : ABEPAR asbl Avenue Adolphe Buyl, 112- B-1050 Bruxelles Reproduction interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation de l’éditeur

Table des matières pp..

The Thylacine: Magnificent Survivor or Lost Legend ? By Paul CROPPER

5

Emission et utilisation des infrasons par différentes espèces animales : application au Sasquatch Par Pr. Léon BRENIG

15

L’oiseau Rokh des légendes arabes est-il l’Æpyornis de Madagascar ? Par Michel RAYNAL

23

Sasquatch 2009 Par Eric JOYE

49

Sea Monsters And The ‘Prehistoric Survivor Paradigm’ Par Dr. Darren NAISH

57

L’image en relief et son intérêt en cryptozoologie Par Philippe COUDRAY

63

Cadborosaurus willsi : à quelle espèce appartiendrait-il ? Enquête ! Par Dr. Pasquale SAGGESE (zoologiste), avec la collaboration du cryptozoologiste Lorenzo ROSSI (Traduction Eric JOYE) 69 Biographie des Conférenciers

93

Remerciements Nous tenons à exprimer ,nos remerciements aux personnes qui grâce à leur présence ou aux aides qu’ils nous ont apportées ont permis la réalisation et le succès de ce colloque : Madame Maryse DENIS et le personnel du Castel de Pont-à-Lesse qui grâce à leurs gentillesse et disponibilté ont permis que ce colloque se déroule dans les meilleurs conditions. Remarcions également Mme Kira KELLER-JONES qui a orchestré de main de maître toute l’organisation pratique de l’événement, tant avant que pendant, et servit de liaison entre l’ABEPAR asbl et le Castel afin que tout se déroule dans les meilleures conditions. Remercions enfin les conférenciers et le public sans qui rien ne peut être réalisable.

Avertissement Les illustrations accompagnat les testes sont présentéesà titre purement didactique afin d’illustrer les propos des auteurs des textes et n’ont dinc aucun caractère commercial et, sauf omission involontaire ou méconnaissance de notre part de l’auteur de l’illustration, les sources ont été indiquées. Si malgré tout certaines d’entre elles devaient faire l’objet d’un copyright nous empêchant de les utiliser, nous nous en excusons auprès de leurs ayant-droit et nous leur promettons que nous veillerons de surpprimer les illustrations en question lors de nos prochains tirages, sauf autorisation de leur part.

The Thylacine: Magnificent Survivor or Lost Legend? by Paul CROPPER

Je résumerai ici les événements clés, les rapports, les vidéos et les photographies se rapportant à la survie du thylacine tant en Tasmania que sur le territoire australien. Je me concentrerai seulement sur les incidents clés, les rapports et les rencontres qui peuvent nous aider à déterminer si le thylacine a survécu d’une façon ou d’une autre ou s’il est complètement éteint. Pour un aperçu plus complet sur le Thylacine je vous renverrais aux deux livres excellents de feu Eric GUILER sur le sujet (voir la Bibliographie).

Introduction

O

therwise known as the Tasmanian Tiger, the thylacine was originally common across the entire Australia mainland, on the island of Tasmania and in New Guinea.

The Thylacine was the world’s largest carnivorous marsupial. The animal measured up to two metres in length, 60 centimetres in height and could weigh up to 35 kilograms. Although a marsupial and therefore totally unrelated to the canines, it somewhat resembled a wolf or hyena. The head was quite large in proportion to the body and had a very canine appearance, except that the ears were rather short and rounded. Its massive jaws, which housed eight upper incisors, as against the six found in dogs, could open to an astonishing 120 degrees : a gape to rival that of a rattlesnake.

Another distinctive feature was the broad-based but long, kangaroo-like tail that stuck out rigidly and was incapable of much movement. Because of this rigid tail the thylacine could sometimes give the impression of having rather a clumsy gait. It was said that they ran in a “shambling canter” but this apparent clumsiness was deceptive; they were quite agile animals, capable of spectacular, graceful leaps. The pelt colour varied from grey to yellowishbrown and the dark stripes - which prompted the common name “tiger” - varied in number also : some animals having as few as 13 or as many as 22. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–5

European Encounters After the island of Tasmania was first settled by Europeans in the early 1800s, the Tiger was at first perceived as a harmless curiosity. Soon after it became, in the eyes of the Europeans, a terrible menace : a threat to the colony’s shaky economy. This came about because of the explosive growth of the Tasmanian wool industry during the 1820’s and 30’s, when the number of sheep on the island swelled from 200,000 to over one million and when sheep farming spread towards the centre of the island. The tigers found mutton very much to their taste and apparently increased in numbers in response to the new abundance of food. The late Dr Eric GUILER, previously acknowledged as the world’s leading authority on thylacines, believed most of the stock predation was actually the work of feral dogs but the great majority of nineteenth century graziers were certain thylacines were responsible (GUILER, 1985). By the 1820’s the creatures were being shot on sight and in 1830 the slaughter became organised when a large pastoral firm, The Van Diemen’s Land Company, offered a bounty for each tiger scalp brought in. In 1888, after much pressure from graziers who claimed tigers were killing 30-40,000 sheep annually (up to 20% of the state’s livestock), the Tasmanian government offered its own bounty of one pound per adult tiger. During the next 21 years 2,898 bounties were paid by the government and The Van Diemen’s Land Company. There is also evidence that considerable numbers of pelts and live animals were sold to foreign animal traders during that period. The relentless attrition had the desired effect and by 1909, when the government bounty scheme was terminated, the thylacine had become a very rare animal indeed. Another factor may have combined with shooting and trapping to decimate the thylacines. Wildlife authority Dr Bob BROWN M.P. and others have suggested an illness related to distemper, which apparently killed a great many quolls and Tasmanian devils at the turn of the century, may have delivered a crushing blow to the already hard pressed tiger population. The last confirmed shooting of a tiger - by farmer Wilf BATTY - occurred at Mawbanna in May 1930. In 1933, in the Florentine Valley, Elias CHURCHILL trapped what was generally considered to have been the island’s last wild tiger. On 14 July 1936 the Tasmanian government finally outlawed the trapping or shooting of tigers. The timing was almost perfect: just two months later, on 7 September, “Benjamin”, the animal trapped by Mr. CHURCHILL three years earlier died a lonely death at the Hobart Domain Zoo. To most scientific authorities, that was the end of the thylacine. However the reports continued - and the legend began. 6– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Tasmanian Reports after 1936. Let us now look at the key events and incidents involving the thylacine in Tasmania since 1936. In 1937 and in 1938 expeditions were sent out into southwest Tasmania to search for traces of tigers. During both trips expedition members reported the discovery of many clear thylacine tracks. They made a cast of one “exceptionally good” track, which is now lodged in the Tasmanian Museum and Art Gallery. In 1945 and 1946 famous naturalist David FLEAY obtained permission to set traps at various places on the west coast. Although he tried every kind of snare and baited traps with live sheep, wallabies and possums, the 1945-46 expeditioners didn’t trap a tiger, however they again claimed to have found fresh, unmistakable tiger tracks. Despite the track finds, a few sighting reports by bushmen and the possible cry of a thylacine which he heard along the Old Frenchman’s Track, FLEAY was not optimistic about the tiger’s chances of surviving, particularly due to wholesale trapping for possums that was also taking place. Two rather interesting air-to-ground sightings occurred in 1957. In January of that year Australian National Airlines Captain Jim FERGUSON and two passengers spotted from their helicopter a tawny, striped, german-shepherd sized animal trotting along Birthday Bay beach on the west coast. FERGUSON particularly noted the animal’s long tail which stuck straight out in classic thylacine style. Because he often flew over the same area, Captain Max HOLYMAN, another ANA pilot, decided to pack a camera in his helicopter. About a week later he spotted what he assumed was the same animal and swooped his machine down to 20 feet. As he chased the animal around a sand dune his passenger, ANA helicopter chief I. Grabowsky, took several photographs. The quality of the pictures was not good. The creature they show might be a thylacine but it looks somewhat too shaggy. It is more likely a feral dog. At remote Sandy Cape in August 1961, two fishermen, Bill MORRISON and Laurie THOMPSON, were awakened in their isolated camp by a strange striped animal, which was rummaging in their bait bucket. Reports varied somewhat but the general drift was that THOMPSON clubbed it to death with a piece of wood. The two men claimed the carcase later mysteriously disappeared from their camp. Although the carcase could not be produced the Sandy Cape incident was often put forward as “proof” of the thylacine’s continued existence. Some years later THOMPSON admitted the unfortunate creature had simply been Tasmanian devil. The whole incident was a hoax. The hoax finally persuaded the Tasmanian State Government to finance a search for proof of the animals continued existence. Between October 1963 and May 1964, using a one thousand pound grant, a team led by the late Dr. Eric GUILER set 175,000 leg snares at Greenes Creek near Sandy Cape, around Woolnorth in the far north-west and around Balfour. The expedition caught no thylacines but they found “probable” tiger tracks and Dr. GUILER remained convinced that small numbers of the animals survived. In 1970 John SIMMONS, one of Tasmania’s leading naturalists, photographed 20 metres of “fresh and clear” tracks in the damp sand of Swimcart Beach near Binalong Bay. “They were unmistakeable,” he insisted. Since 1964 more than a dozen privately sponsored groups have set out in search of thylacines. Between 1968 and 1972 businessman James MALLEY and zoologist Jeremy GRIFFITH, assisted by corporate sponsors and the Australian Conservation Foundation, drove thousands of miles of back roads, trod many LES ACTES DU COLLOQUE 2010–7

remote trails and combed remote beaches all up and down the wild west coast, with limited success. MALLEY did claim to have found paw prints later near the north-western settlement of Beulah in May 1971 which, though not perfectly clear, were similar to old illustrations of tiger tracks. By late 1972, despite the testimony of so many eyewitnesses (who he reluctantly decided must all have been mistaken) the badly disillusioned GRIFFITH concluded the thylacine could no longer exist. Bob Brown concurred, but MALLEY, his hopes buoyed by photographs of thylacine-like tracks taken on the west coast in January 1973, remained optimistic. Other impressive efforts were made in 1979-80 by Steven SMITH (SMITH,1980), an energetic zoologist who was funded by the World Wildlife Fund, and in the winter of 1984 by entrepreneur Peter WRIGHT who conducted, by helicopter, a search of the state’s remote snowfields. Peter made what was said by some to be the best modern footprint find on a high button-grass plain near Cradle Mountain in February 1981. While trying to free his bogged vehicle he stumbled across a long line of tracks and made a cast of the best imprint. It looks distinctly non-canine, but while it resembles illustrations of thylacine tracks, seems more “fleshy” and therefore does not appear a perfect match. Perhaps the most interesting single eyewitness report of the thylacine after 1936 was made in 1982 by Hans NAARDING, an experienced wildlife researcher working on contract with the Tasmanian Nation Parks and Wildlife Service. On the rainy night of 9th March 1982, Mr NAARDING had gone to sleep in the back of his Land Cruiser at a remote road junction in a forested area of the northwest, near the headwaters of the Salmon River. Waking at 2 a.m., he shone his spotlight around and got the surprise of his life: “...it came to rest on a large thylacine, standing side-on some six or seven metres distant”. Since his camera was out of reach he examined the creature carefully before moving. It was a healthy-looking male, sandy-coloured with 12 black stripes. Its eyes reflected a pale yellow. It “... just stood there, staring into the distance - he didn’t seem to notice me or the driving rain.” It moved only once: an enormous tiger yawn. Finally, when Mr NAARDING attempted to reach his camera bag, he disturbed the tiger, which moved away into the scrub. Walking to the spot where it had stood, the naturalist noticed a strong, musky scent but could find no tracks. As a result of the report, a team of National Parks officers rushed to the site, conducted all-night vigils, searched for tracks and set up ten automatic camera traps. After a month the search was scaled down but a smaller team continued to monitor a larger, 250-square kilometre area. Government researcher Nick MOONEY, who was in charge of the effort, spent a total of 14 months in the locality. No hard evidence was discovered. NAARDING’s report, probably the best sighting since 1936, eventually led nowhere. The NAARDING report was one factor that led U.S media magnate Ted TURNER offering a $100,000 reward for proof of thylacine survival in 1983. The reward was later withdrawn, with no one claiming the prize. In January 1995, another National Parks and Wildlife officer reported sighting a Thylacine in the Pyengana region of North Eastern Tasmania in the early morning. A later NPWS search again revealed no trace of the animal in the area. In February 2005, a German tourist, Klaus EMMERICHS, claimed to have taken two digital of a Thylacine he saw near the Lake St. Clair National Park on a digital camera. The photos were not published until April 2006, over a year later. The two photographs were published in a leading Tasmanian newspaper. Scientific opinion on the authenticity of the photos remains mixed. 8– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

In March 2005, The Bulletin magazine offered a $1.25 million reward for the safe capture of a thylacine. As with the TURNER prize, there were no takers. In 2007, a number of supposed thylacine scats that had been collected by Eric GUILER during his searches in the late 1950s and 1960s were subject to DNA analysis by Dr. Jeremy AUSTIN at the University of Adelaide. If thylacine DNA could have been isolated from samples taken over 20 years after Benjamin died, then it would be powerful evidence of continued thylacine survival. Unfortunately, no thylacine DNA was ever recovered from GUILER’s samples.

Summarising The Evidence After 74 years, is there still a strong case for the survival of the thylacine? Certainly, there continue to be interesting sightings year after year. In our 1994 book “Out of the Shadows”, Tony and I suggested that solid evidence for the continued existence of the thylacine was slim, but we were hopeful. I would say that 16 years on I am now significantly less hopeful. During my work on “Shadows”, I spoke at length with Nick MOONEY, the chief government Tasmanian wildlife researcher on the thylacine. Nick was obviously deeply passionate about the animal, but in all his years involved in following up reports and re-examining the key evidence collected since 1936, he had not seen anything he felt was clear and compelling evidence of thylacine survival. Nick also made one significant point to me during our talk; he stated that “..threatened animals do not become ‘smart’- they become extinct”. His point was that it is extremely unlikely that thylacines have somehow changed their standard behaviour patterns post 1936 in order to remain undiscovered. When thylacines were common, they were relatively easy to catch. The death of Dr Eric GUILER in July 2008 certainly signalled the end of an era, as Dr. GUILER was the most vocal scientist who believed the thylacine still existed in Tasmania. With his death, the Tasmanian search now is almost completely in the hands of enthusiastic amateurs.

Mainland Thylacine Reports It comes as a surprise to many that thylacines have been reported from the Australian mainland as well as from the island Tasmania. In fact, there are significantly more reports from the mainland than from Tasmania! It is generally assumed the thylacine disappeared from the mainland between 1000 B.C. and 1788 A.D. Because dingoes were introduced to Australia - either by a late wave of Aborigines or by Malay fishermen - about 7,000 years ago, it is thought the mainland thylacines died out after having their zoological niche gradually usurped by the more efficient newcomers. The dingoes, unlike the tigers, were capable of hunting in packs. Ancient cave paintings of thylacines in Western Australia’s Pilbara and in Arnhem Land provide clear evidence that mainland Aborigines were quite familiar with the thylacine. Maps of Thylacine’s modernsightings

It is difficult to say with certainty when Europeans first starLES ACTES DU COLLOQUE 2010–9

ted reporting tiger sightings on the mainland. In the late 1800’s there was a significant number of strange striped animal reports from areas of Victoria and South Australia. Some reports appeared to describe striped cat-like animals, and some striped dog-like animals resembling thylacines. Perhaps the most famous of all the early mainland tiger reports was the “Tantanoola Tiger” from South Australia. The “Tiger’s” depredations appear to have begun about 1893 and at the height of its reign of terror it was held responsible for killing up to 50 sheep a night. Several people apparently sighted the creature, but names are not supplied and details are a bit sketchy. One man described it, rather melodramatically, as “grinning, yellow and gleaming with satin stripes”, and a youth riding home from a dance was said to have seen a great beast leap a high fence with a sheep gripped in its jaws. The mystery was supposedly solved on August 21, 1895 when Tom (or “Foss”) DONOVAN dropped the tiger with his .44 Winchester at Mt Salt, 19 miles from Tantanoola. The dead animal, however, was no Thylacine - it was a dog - but rather an unusual looking one. It is often said that it was identified as an “Assyrian” or simply “Syrian” wolf. Whatever its true ancestry, the animal was stuffed and has been on display ever since in a glass case at the Tiger Hotel in Tantanoola.

Mainland Sighting Clusters Although thylacine sightings have been reported from many parts of the country the great majority have come from the relatively well-watered, forested areas in the east and south-east of the continent within a couple of hundred kilometres of the sea. Within this zone there are several smaller and fairly well defined areas which have produced so many reports they appear to be Tiger Hot Spots. One such area is near Wonthaggi, in the Gippsland area of Victoria. Around this location almost a hundred people have, over the last four decades, reported close encounters with thylacine-like animals. The exact number of reports is impossible to pin down but the best-known authority on Australian folklore, Bill WANNAN, said there were 70 sightings between Wonthaggi and Inverloch in the period 1951-72. A local journalist, Tom GANNON, told Tony and I that he had recorded 25 reports in a very limited area from two to four miles east of Wonthaggi between 1955 and ‘65 and the South Gippsland Sentinel Press, (Wonthaggi), of 11 March 1987 referred to over 80 sightings in the area since 1955. Another hot spot is the border area of southwestern Victoria and southeastern South Australia, roughly bounded by Kingston, Bordertown, Horsham and Hamilton in the west, north and east and by Bass Strait to the south. This was, and is, the reputed haunt of the “Tantanoola Tiger” and the “Ozenkadnook Tiger”. Although researchers now know thylacine-like creatures have been reported on both sides of the border since at least 1960 - and probably for many years before that - it was not until 1962 that the phenomenon received widespread publicity. In that year strange stories emanating from the immediate vicinity of Ozenkadnook, a hamlet in Victoria’s Wimmera district, began to attract the interest of regional newspaper editors. The Ozenkadnook reports involved strange, striped dog-like animals and finally became so numerous that a Horsham newspaper, the Wimmera Mail Times, sent a reporter, Ken HOOPER, to investigate. After interviewing several witnesses he rode into the bush with them and was shown large dog-like tracks which convinced him of the reality of the beasts.

Soon major Australian papers took notice and quickly christened the anomalous creature or creatures the “Ozenkadnook Tiger”. The “tiger” had been sighted mainly in, or on the fringes of, a 3,000-acre patch of dense bush and marshy swamp which is part of a great scrub-belt running right through the Wimmera. Eyewitness testimony seemed to suggest the creatures were thylacines even though some physical details and some sounds attributed to the animals did not seem quite right. The local paper, the Wimmera Mail Times, established that throughout 1962 dozens of other people had seen creatures resembling those seen by the Tuckers. In 1964, however, a dramatic piece of evidence appeared. It was a photograph of the “Tiger” supposedly taken by a Melbourne woman, Rilla MARTIN while on holiday near Ozenkadnook. Miss MARTIN allegedly saw the animal while driving along a track on the edge of thick scrub, 11 miles west of Goroke. “I threw up the camera and snapped the picture,” she was quoted as saying. “As the shutter clicked the animal bounded off into the scrub at a tremendous pace.” The photo shows a striped quadruped animal, partly obscured by shadows and foliage. Although, with broad bands covering its neck and shoulders as well as its hindquarters, it appears to be more heavily striped than the Tasmanian tiger, it could be a variety of thylacine or something related to them. In August 1967, after a group of children reported seeing a strange striped animal running along in front of their school bus between Naracoorte and Lucindale, the Wimmera Mail Times asked “Has the Ozenkadnook Tiger migrated into South Australia?” and suggested, half seriously, that hunters and tourists tramping through the bush around Ozenkadnook in search of thylacines had driven the creatures west. In South Australia in 1973 (or 1971 by another account), Liz and Gary DOYLE briefly captured an image of what appears to be a yellow thylacine–like animal run across the road in front of their car. While the animal’s appearance and movement is unusual, the creature is more likely to be a fox with sarcoptic mange. Mange can leave foxes with a clearly striped appearance, and they are common across Australia. Further concentrations of thylacine reports have come from far northern Queensland. These reports appear distinct and different from reports of the Queensland Marsupial Tiger, another Queensland cryptid, as they are more dog-like than cat-like. In the early 1970s, amateur naturalist Janice PLUNKETT, collected first-hand stories of strange striped animals from across north Queensland. Speaking to Janice only a few years ago, she told me that she was initially convinced that many of her reports appeared to be of a thylacine. In January 1973 two sightings of a striped, dog-like animal were reported in the Longland Gap region of the Atherton Tableland. Dr John WINTER of James Cook University, Townsville, followed up the reports and uncovered further sightings, all falling between December 1972 and mid-January 1973. He felt the descriptions were detailed and appeared to fit the thylacine quite well. South-west Western Australia is another centre of mainland thylacine reports. Reports began in 1969, when sightings started to appear intermittently in regional newspapers. Next a handful of interested local LES ACTES DU COLLOQUE 2010–11

people began collecting reports and footprint casts. They also did research which uncovered references to W.A. thylacine sightings and slayings in earlier decades. The story began to feature in national newspapers and reached a climax when photographs of what may or may not have been thylacines were taken and displayed. When Western Australian thylacine sightings began to be reported fairly regularly in the early 1970’s the location mentioned most frequently was the Nannup district, a forested area between Busselton and Manjimup, about 180 miles south of Perth. Although some of the newspaper reports are frustratingly vague it seems most witnesses said the animals were “... dark, striped, with a long tail, fast-moving and about the size of a big dog” - and it seems some locals, quite early in the piece, suspected the creatures were related to the thylacine. In the early 1980s, Sid SLEE, of Hillside farm, Yoongarillup, gained considerable media coverage with his claims of continued sightings of thylacines in the area . 5Mr SLEE insisted he had seen the animals “many, many times” since about 1940 and that on two occasions has examined the carcases of dead thylacines. He has discovered kangaroos with their heads chewed right off and has found the thylacines’ distinctive five-toed tracks on many occasions. All this has allegedly occurred within the confines of his own boundary fence. Thylacine sightings continued to be reported throughout the south-west, but the story did not develop in any significant way until 1984 and Kevin CAMERON’s two photographs. Mr CAMERON, now in his fifties, was employed for many years as a feral pig hunter by the Agriculture Protection Board and is, by all accounts, was an exceptionally good, highly experienced bushman and tracker. In 1982 Mr CAMERON met Sid SLEE and during the summer of 1982-83 they teamed up and made a sustained effort to collect tangible evidence. At “Hillside”, using sand traps and bait, Mr CAMERON succeeded in making several very clear plaster casts of footprints. Some of them showed five toes and resembled the forepaws of a thylacine and some which showed the four toes and distinctively long heel of the animal’s back feet. After his efforts with the Slees in the Yoongarillup area, Kevin CAMERON soldiered on alone. Finally, in early November 1984, while re-checking an area he had searched many times before, his luck changed: he spotted a thylacine, and, before it became aware of him, began to stalk it, camera in hand. The animal was so involved with what it was doing - digging into the base of a burnt-out Jarrah tree - that it wasn’t aware of him until he had taken six photographs. Finally, however, “The click of the camera disturbed it and it stopped digging to look at me squarely before it vanished into the surrounding vegetation”. Only two of the photos have been published. The two pictures show the animal in two slightly different positions but in both only the hindquarters and the tail are clearly visible. The pelt is dark with broad stripes which extend down the rear legs and a long tail projects stiffly out from the body, ending in what looks like a tuft of hair. As with most of the supposed thylacine photographs, official opinion remains mixed. The middle 1980’s saw the growth of amateur interest in strange animal reports across Australia. The late Peter CHAPPLE founded Australian Rare Fauna Research (http://www.arfra.org/ ) in 1984 as a central clearinghouse for mainland thylacine and other sighting reports. By 2001, Peter claimed that the group had – incredibly - collected over 4,300 sightings of thylacines on the mainland, of which 1,400 they believed were highly credible. Sadly Peter died in 2002, but ARFRA continues to be involved in collecting sightings and undertaking considerable fieldwork across Victoria.

12– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

So – over 4,000 sightings – but where is the clear evidence? To my mind, while many of the mainland reports at first appear excellent, there are a number of candidates for these sightings, in particular mange infested foxes, feral dogs and even kangaroos. There have been several films taken apart from the DOYLE film, again none have enough details to make a positive identification. The case for the survival of the mainland thylacine is probably even poorer than the case for Tasmanian survival. I believe that much of the popular fascination with the thylacine rests on a form of collective guilt relating to how humans forced this unique animal to the brink of extinction - and probably beyond. We all hope that we can find just one to try and set things right again. It’s an understandable wish, but given the state of the evidence I have reviewed, its very unlikely. Tasmania and mainland Australia may not be the thylacine’s last hope. In 1997, reports emerged of thylacine-like animals from the rugged highlands of the Jayawijaya region of Irian Jaya in western New Guinea (in The Australian, 20 August 1997). One local Government officer even offered a large reward for the capture of a Tasmanian Tiger. Not much else has emerged from this remote area, but future thylacine hunters may be wise to include New Guinea on their itinerary.

Bibliography The Advertiser, (Adelaide) 24 Feb 1990. The Age (Melbourne), 21 & 22 Feb 1990. Australasian Post, 4 Oct 1984. BERESFORD and BAILEY, 12 May 1984; The Search for the Tasmanian Tiger. The Canberra Times, 29 July 1989.The Daily Mirror (Sydney), 21 May 1991. DENIS, A., “They Hunt Tigers, Don’t They?”, Good Weekend, 5 May 1990. The Examiner (Tasmania), 7 Aug 1980; 11 Oct 1987. FLEAY, D., “On the trail of the Marsupial Wolf”, Victorian Naturalist, No.63 “Tasmanian Tiger Hunt”, Wildlife, June 1946. GUILER, E. 1985 - Thylacine: The Tragedy of the Tasmanian Tiger. Oxford University Press. GUILER, E. R. 1991 - The Tasmanian Tiger in Pictures (St David’s Park, Hobart). GUILER, E. & GODARD, P. 1998 - Tasmanian Tiger: A lesson to be learnt. Abrolhos Publishing. The Herald (Melbourne), 22 Aug 1975. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–13

The Hobart Mercury, 12 Sept 1968; 6 Apr 1972; 3 Feb 1978; 31 July 1980; 1 Aug 1980; 10 Feb 1981. HORN E. R. “The Quest for the Tasmanian Tiger”, Australian Mythological Sights, Sites, Cites. JORDAN, A. The Tiger Man. Privately Published. Manuscript. The News (Adelaide), 20 Feb 1990. OWEN, David 2003 - Thylacine: The Tragic Tale of the Tasmanian Tiger. Allen & Unwin. PADDLE, R. 2000 -The Last Tasmanian Tiger: The History and Extinction of the Thylacine. Cambridge University Press. People, 17 Aug 1960; 9 May 1962. SCOTT, R., Sept 1986 - Tasmanian Tiger - extinct or merely elusive, Australian Geographic.

SHARLAND, M., June 1939 - Tracking the Thylacine, Wildlife. SLEE, Sid 1987- The Haunt of the Marsupial Wolf. South West Printing and Publishing, Bunbury. SMITH, S., 1980 - The Tasmanian Tiger . The Sun (Sydney), 15 June 1968; 28 May 1980; 10 Feb 1981. The Sun Herald (Sydney), 22 Oct 1989. A report on an investigation of the current status of thylacine Thylacinus cynocephalus, funded by the World Wildlife Fund Australia.” Hobart: National Parks and Wildlife Service, Tasmania.

TROUGHTON, E., Furred Animals of Australia. Various editions. Walkabout, Aug 1973. Woman’s Day, 24 Dec 1973.

Notes 1

Pan MACMILLAN, Sydney, 1994.

2

Strange Nation (2007) (Australian Edition); Anomalist Books (2006) US/UK Edition

5

SLEE, Sid (1987). The Haunt of the Marsupial Wolf. South West Printing and Publishing, Bunbury.

14– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Emission et utilisation des infrasons par différentes espèces animales : application au Sasquatch Par Pr. Léon BRENIG

Certains animaux de grandes tailles produisent des infrasons, c’est-à-dire des sons de fréquence inférieure à 20Hz, inaudibles à l’oreille humaine Ces sons peuvent servir à la communication à longue distance ainsi qu’à la dissuasion ou à l’activité de chasse.

Introduction ur la base de nombreux témoignages, il semblerait que les sasquatchs ou bigfoots sont capables de produire de tels infrasons. Nous allons analyser les aspects physiques de la production d’infrasons par des vertébrés, les effets physiques et biologiques que peuvent produire ces sons sur l’environnement et sur d’autres animaux. Nous continuerons en évaluant les possibilités physiologiques que de grands primates puissent produire des infrasons et les utiliser à des fins de communications, de défense de leur territoire et de chasse. Pour cela nous nous baserons sur les connaissances acquises auprès des grands singes actuels ainsi que sur les témoignages apportés par les nombreuses personnes qui se sont trouvées en contact avec des sasquatchs en Amérique du Nord.

S

Pour terminer, nous analyserons les techniques permettant de détecter, enregistrer et analyser les infrasons dans le but de mettre au point une méthodologie de détection lors des expéditions ayant pour objectif d’étudier les sasquatchs.

Production du son chez les vertébrés De nombreux témoins ont eu des comportements d’angoisse, voir de frayeurs ou même une paralysie temporaire peu avant d’avoir observé des sasquatchs. Les ondes sonores infrasonores peuvent induire de tels troubles chez l’homme et chez l’animal. Or des études récentes montrent que de nombreux animaux de grandes dimensions produisent des infrasons. Chez les vertébrés, les vocalisations sont produites par les vibrations des parois cartilagineuses du larynx sous l’effet d’une expulsion d’air hors des poumons (voir figure plus bas). La fréquence (hauteur) du son correspond au nombre de vibrations par seconde du larynx. Elle se mesure en Hertz (Hz). Le Hertz représente une oscillation par seconde. Le larynx joue le rôle de caisse de résonance ou de tube d’instrument à vent. La fréquence à laquelle peut vibrer un tube (ondes stationnaires) dépend de la longueur de ce tube. Plus le tube est long, plus il admet des vibrations à basse fréquence. Les fréquences des sons que peuvent produire des animaux dépend donc de la taille du larynx de ceux-ci. Or, en règle générale, la taille du larynx croît avec la taille de l’animal.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–15

En conséquence, pour les animaux de grandes tailles le domaine de fréquences des sons émis se décale vers les basses fréquences et l’inverse pour les animaux de petites tailles. Cela est vrai quel que soit l’organe utilisé par l’animal pour produire le son. Les crickets produisent le son par frottements des pattes sur leurs élytres qui se mettent à vibrer. La fréquence du son émis dépendra donc de la taille de l’élytre. Cette dépendance des sons émis par un animal en fonction de sa taille est utilisée inconsciemment par les animaux et les humains pour évaluer la taille d’un animal auquel ils sont confrontés sans le voir. Une étude récente (A.M. TAYLOR, D.REBY, K.McCOMB dans Journal of the Acoustical Society of America, volume 123 (2008), pages 2903-2909) montre que des humains entendant les grognements de différents chiens sont capables d’en estimer convenablement la taille sans les voir. La fréquence du son est une caractéristique à distinguer du volume ou intensité du son. L’intensité sonore est mesurée en décibels (dB). Fréquence et intensité sont deux paramètres indépendants. On peut produire des sons de fréquence élevée (aigus) à faible ou haute intensité. De même, on peut produire des sons de basses fréquences (graves) à faible ou à haute intensité. L’intensité d’un son émis par un vertébré dépend de la vitesse d’expulsion de l’air par les poumons. Le son est d’autant plus intense que la vitesse d’expiration de l’air est élevée.

16– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Le son perçu par l’oreille résulte d’une propagation dans l’air, dans l’eau ou dans un milieu solide (sol, roche, paroi solide) de la vibration produite par le larynx d’un animal. Dans l’air, cette vibration se transmet aux molécules d’air en contact avec les parois du larynx en vibration et produit en succession une augmentation de la densité de l’air ou compression suivie d’une dépression qui se transmet ensuite aux molécules d’air voisines. Ainsi, de molécules en molécules, par compressions et dépressions successives, le son se propage dans le milieu (air, eau, roche) sur des distances qui peuvent être grandes ou petites selon la nature du milieu. En règle générale, quel que soit le milieu, l’intensité du son décroît comme l’inverse du carré de la distance entre l’émetteur et le récepteur. Cela revient à une diminution de 6dB par doublement de distance.

Cette diminution n’est pas due à l’absorption du son par le milieu mais simplement à une dilution croissante de l’énergie disponible pour comprimer l’air. En effet, le son part dans toutes les directions à partir de l’émetteur (larynx). Ainsi, tout comme les vagues qui se propagent en cercles concentriques de rayons croissant à partir de l’endroit où on a frappé la surface de l’eau, le son se propage en sphères concentriques dans l’air. Le rayon de la sphère d’air touchée par l’onde sonore croît avec le temps, mais l’énergie disponible reste la même que celle qui a produit le son à la sortie du larynx. Cette énergie est donc, avec le temps, de plus en plus diluée sur une sphère croissante. En conséquence, la compression de l’air est de plus en plus faible avec la distance et l’intensité du son diminue. Mais d’autres facteurs peuvent atténuer le son dans sa propagation. C’est le phénomène d’absorption sonore. L’onde sonore en se propageant peut rencontrer des obstacles qu’elle met en vibration à leur tour. En effet, les vibrations des molécules d’air viennent heurter en cadence ces obstacles et les mets en résonance. Pour cela, il faut que la taille de ces objets soit proche de la longueur d’onde du son qui vient les heurter. L’énergie transmise par l’onde aux objets qu’elle a mis en vibration est perdue pour l’onde et donc contribue à son atténuation. Dans une forêt, le son est amorti par les feuilles et troncs d’arbres ainsi que par le relief du sol. Cet amortissement dépend, comme je viens de le dire de la taille des objets rencontrés et de la longueur d’onde du son. Cette dernière est proportionnelle à l’inverse de la fréquence de l’onde. Donc, plus l’onde est de basse fréquence, plus la longueur d’onde est grande et donc plus cette onde peut mettre en vibration LES ACTES DU COLLOQUE 2010–17

de grands objets. Par contre, elle n’affecte pas les objets plus petits que sa longueur d’onde. En forêt, la taille des objets situés au-dessus du sol varie de la dizaine de centimètres (feuilles) à la dizaine de mètres (tronc, bosquets touffus). Les ondes sonores qui sont les plus absorbées, donc les plus atténuées, seront donc celles ayant des longueurs d’ondes allant de 10 centimètres à la dizaine de mètres . Ces longueurs d’ondes correspondent aux fréquences respectives de 3300 Hz et 33 Hz (on utilise la formule =c/ où représente la fréquence,  est la longueur d’onde et c la vitesse du son dans l’air à 20 °C qui vaut 330m/s). Ce seront donc les sons de fréquences comprises entre ces deux valeurs qui seront les plus atténués dans un milieu boisé. Ces sons sont dans le domaine de fréquences audibles par l’oreille humaine qui s’étend de 25-40 Hz à 15.000-20.000 Hz selon les individus. (La note la plus basse d’un piano est à 26Hz). Des animaux ayant besoin de communiquer à grande distance dans un milieu boisé auront donc tendance à développer des organes de vocalisation permettant de produire des sons de fréquence plus basse que 33 Hz c’est-à-dire des infrasons. Dans des milieux non boisés tels que la savane, également, les sons à basses fréquences infrasonores sont moins atténués par les variations du relief au sol et donc se propagent plus loin que les sons de hautes fréquences. La distance parcourue par des infrasons de 18-19Hz peut atteindre une dizaine de kilomètres. Cela dépend évidemment de la puissance avec laquelle ils sont émis, mais à puissances égales les infrasons auront une portée beaucoup plus grande que les sons audibles. Les seuls animaux capables de produire de tels sons ne peuvent être que d’assez grandes tailles comme nous l’avons montré plus haut. Cela se vérifie chez les grands félins, lions, tigres, les éléphants, girafes, okapis, hippopotames, rhinocéros, élans, ours et, en milieu marin, chez les baleines et cachalots. Cela ne veut pas dire que ces animaux sont limités aux sons à basses fréquences. Leur larynx est également capable de produire des sons dans la fenêtre d’audibilité humaine. En général, les sons que les animaux émettent sont un mélange de fréquences différentes dont nous n’entendons que la partie correspondant à notre domaine d’audibilité. Le Dr. J.MITANI, primatologue de l’Université de Michigan, spécialisé dans l’éthologie des chimpanzés mentionne que ceux-ci émettent des sons audibles mais de très basses fréquences pour se localiser dans la forêt (référence mentionnée dans le livre de J.MELDRUM, « Sasquatch, Legend Meets Science » Tom Doherty Publisher, 2006). Il est probable que ces sons ont une composante infrasonore mais cela n’a pas encore été étudié. La même chose est vraie à l’autre extrémité du domaine audible humain : Certains animaux plus petits produisent des sons qui contiennent une composante ultrasonique importante en plus des fréquences audibles que nous entendons dans leurs cris.

Effets physiques et biologiques des infrasons Les phénomènes naturels comme les séismes, vents forts, tsunamis, inondations violentes, glissements de terrain produisent des infrasons de grande intensité. Certaines éruptions volcaniques ont produit des infrasons qui se sont propagés sur près de 1000km et ont brisé des vitres à cette distance ! Les armées de différents pays, Etats-Unis, Russie, … ont développé sur cette base des armes acoustiques qui sont capables de détruire des bâtiments, véhicules et d’occasionner des blessures mortelles à des soldats ou simplement de les paniquer, voir de les paralyser. Le principe de base est toujours le même, l’onde sonore met les objets en vibrations et si la longueur d’onde (ou la fréquence) est bien ajustée aux dimensions de ceux-ci, ces derniers entrent en résonance avec l’onde et finissent par se briser (tout le monde a vu les films de ponts qui entrent en résonance avec la fréquence de passage des véhicules et finissent par s’écrouler). 18– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Les effets biologiques des ondes infrasonores sont en partie dus au même mécanisme de résonance. Les organes selon leur dimension peuvent entrer en résonance avec les ondes sonores dont la longueur d’onde est proche de leur dimension. Cela peut induire des effets de compression de la cage thoracique qui produisent une impression d’étouffement. Parmi les effets les plus fréquemment observés on mentionne des sensations d’angoisse, de panique, la nausée, des frissons dans le dos, vertige et perte d’équilibre, difficultés respiratoires, transpiration et parfois, paralysie de courte durée. Ces effets ont pu être observés de manière reproductible lors de deux expériences de grandes amplitudes. Une équipe scientifique anglaise du National Physical Laboratory dirigée par le professeur R.WISEMAN a disposé un générateur produisant des infrasons à une fréquence de 17 Hz dans une salle de concert très connue de Londres, l’auditorium Purcell (les résultats sont donnés dans http://www.spacedog. biz/extras/Infrasonic/experiment.htm). Dans ce complexe culturel, deux concerts de musique contemporaine et classique ont été donnés simultanément dans deux auditoires différents devant un total de 700 spectateurs. Pendant que l’orchestre jouait, le générateur émettait des infrasons à des moments inconnus des spectateurs soit dans une salle ou dans l’autre. Après les deux concerts, les chercheurs ont demandé aux gens de remplir un questionnaire dans lequel on leur demandait s’ils n’avaient rien noté d’anormal et, si oui, quand. Parmi les personnes interrogées 22% se sont plaintes d’avoir ressenti de l’anxiété, des sensations de froid et des frissons aux moments, inconnus d’eux, où le générateur d’infrasons fonctionnait. D’autres travaux confirment que les infrasons aux alentours de 17-18 Hz produisent des effets qui ressemblent à ceux ressentis lors de phénomènes paranormaux du genre « maisons hantées » : angoisse, sensations de froid intense, frissons. Une très bonne analyse est faite dans l’article de V.TANDY et T.LAWRENCE de la Coventry University , The Ghost in the Machine, Journal of the Society for Psychical Research, volume 62 (1998). On y relate l’expérience faite accidentellement par un des deux auteurs. Travaillant dans un laboratoire comme ingénieur, V.TANDY entendit des employés du laboratoire dire que le laboratoire était hanté et que des phénomènes étranges s’y passaient, apparitions, disparitions instantanées de ces apparitions, sensations de froid, nausées, attaque de panique etc…Sceptique, il haussa les épaules. Un soir, cependant, étant resté seul dans le laboratoire pour terminer un travail, il fut témoin d’une apparition se déplaçant lentement dans la partie gauche de son champ de vision. Une fraction de seconde après, l’être grisâtre qu’il venait de voir avait disparu. Le lendemain, il revient plus tôt que les autres employés et s’installe pour effectuer un travail de précision. Dès le début, il ressent un sentiment d’effroi qui s’empare de lui, sans raison. Puis, il se rend compte que la grande lame d’acier qu’il est en train de manipuler se met à vibrer spontanément, sans cause visible. A ce moment, brusquement, il comprend. Il réalise qu’il doit s’agir d’un phénomène de résonance avec une onde sonore inaudible mais assez intense et de longueur d’onde capable d’entrer en résonance avec la lame d’acier. Il se déplace alors avec la lame d’acier dans tout le laboratoire et constate que l’amplitude des vibrations est maximum an centre du laboratoire et décroît quand il s’en écarte. Il fait alors le tour du laboratoire et découvre à une des extrémités un ventilateur totalement silencieux faisant circuler l’air dans le système de conditionnement d’air. Il conclut alors que le ventilateur produit une onde sonore stationnaire qui présente un maximum au centre du laboratoire. Elle doit être stationnaire puisque l’endroit où l’amplitude des vibrations de la lame est maximale ne change pas au cours du temps : c’est toujours le centre du labo. Une telle onde ne peut être que le résultat d’une réflexion sur le mur d’une onde inaudible émise par le ventilateur. Une telle onde ne peut avoir qu’une longueur d’onde possible qui vaut deux fois la longueur du laboratoire. Un rapide calcul basé sur la formule =c/ lui fournit alors, sachant que c = 330 m/s, la fréquence de cette onde : 18,89 Hz. Une rapide recherche l’amène à trouver le livre de W.TEMPEST, Infrasounds and Low Frequency Vibrations, Academic Press (Londres, 1976) qui analyse systématiquement les effets physiologiques des infrasons. Il y reconnaît pour les fréquences autour de 18 Hz toutes les sensations qu’il a ressenti ainsi que celles que ses collègues disaient avoir éprouvées. Même l’apparition de l’être grisâtre s’explique car à la fréquence de 18 Hz, l’œil entre en résonance et se met à vibrer, ce qui produit des déformations optiques mobiles et pourrait, donc, rendre compte de l’observation fantomatique.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–19

Plusieurs chercheurs en ont déduit que les phénomènes de type « maisons hantées » pourraient trouver leur origine dans des sources d’infrasons qu’il faudrait désormais rechercher dans chaque cas. Jeff MELDRUM professeur d’anatomie et anthropologie physique à la Idaho University, bien connu des chercheurs dans le domaine des bigfoots, mentionne dans son livre cité plus haut des travaux menés à l’Université de Georgetown par le Dr. C.PERT (Molecules of Emotion : The Science Behind Mind-Body Medicine, 1999, Simon and Schuster Ed.). Ces travaux montrent que les récepteurs de certains neuropeptides ont des fréquences de résonance qui se situent dans le domaine infrasonore. Une perturbation de ces récepteurs provoque des vertiges, nausées et vomissements. A ce stade, il est important de rapporter des techniques de chasse pratiquées par des animaux qui utilisent des infrasons pour paralyser leurs proies. C’est le cas de certains cachalots et des tigres. Ces derniers émettent des rugissements qui contiennent une forte composante infrasonore à une fréquence de 18 Hz qui paralyse momentanément la victime au moment de l’assaut. Les cachalots sont capables de paralyser de grands calmars en leur envoyant une puissante émission d’infrasons.

Les Sasquatchs émettent-ils des infrasons ? De nombreux témoignages convergent vers le fait que les bigfoots émettraient des infrasons. John BINDERNAGEL, docteur en biologie qui effectue des recherches sur le sasquatch sur l’île de Vancouver en Colombie Britannique, mentionne le cas d’un homme qui voit bondir un cerf terrifié hors d’un bois touffu (voir son excellent livre : « North America’s Great Ape : the Sasquatch », Beachcomber Books, 1998). Un cri terrible est poussé derrière le cerf. Le cerf s’immobilise, comme paralysé, et un être énorme, bipède et velu l’attrape par sa ramure. Il le soulève et le mord au cou sans que le cerf se défende. La créature bipède reste immobile un moment, regardant autour d’elle et grognant. Puis, elle prend le cerf par la tête, le balance sur son épaule et s’enfonce dans le bois. Dans ce cas, le cerf a vraisemblablement été paralysé par le cri poussé par le sasquatch. Cela n’est possible que si ce cri contient une composante infrasonore importante. Dans un autre cas relaté par Jeff MELDRUM dans son livre déjà mentionné plus haut, deux officiers de l’Office américain de la chasse et de la pêche qui étaient sur la piste d’un sasquatch ont brusquement été complètement désorientés et ont été pris de nausée au point que l’un d’entre eux a dû vomir. Il mentionne également les nombreux cas où des randonneurs ou chasseurs expérimentés et endurcis ont été brusquement pris de panique sans raison aucune et contraints de rentrer à leur base. Eric JOYE m’a dit avoir ressenti, lors de la dernière expédition Sasquatch 2009 en Colombie Britannique, un effet physique semblable à un coup brutal au plexus solaire juste après avoir entendu venant d’un fourré voisin un son étrange à très basse fréquence, bref et puissant. Cela se passait durant une nuit d’observation alors que plusieurs manifestations sonores de bigfoots avaient été entendues dans le voisinage. Le fait que des grands singes comme les orang-outans qui sont munis de sacs vocaux, communiquent en émettant de puissants cris à basse fréquence est bien connu. Cela correspond bien à une adaptation évolutive à un milieu boisé d’un animal très peu sociable. En effet, ce manque de sociabilité entraîne que les orang-outans sont généralement séparés par de grandes distances et doivent pour communiquer utiliser un vecteur qui permet de couvrir de telles distances. Les sons de basses fréquences et les infrasons constituent un tel vecteur. Les sacs vocaux sont nettement plus réduits chez le chimpanzé et pratiquement inexistant chez l’homme mais il n’est pas exclu que d’autres espèces de grands primates, comme le sasquatch, en possèdent puisque d’autres espèces voisines en sont équipées. 20– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Il apparaît donc nécessaire de pouvoir détecter les infrasons lors d’expéditions futures destinée à mieux connaître les sasquatchs.

Technique de détection et enregistrement d’infrasons Pour enregistrer des sons il faut un microphone et un pré-amplificateur. Il faut s’assurer que chacun de ces appareils soit capable d’enregistrer des infrasons entre 1 et 20 Hz. Les chercheurs de la Cornell University qui travaillent sur les communications infrasonores chez les éléphants utilisent des microphones Earthworks QTC-1. D’autres recommandent le microphone Sennheiser MKH 110. D’autres encore ont utilisé des microphones Statham Radio’s LIZ (1,5 Hz -22kHz) qui couvre bien tout le spectre infrasonore (voir h•p://www.animalvoice.com/Giraff e .htm ). Concernant l’enregistrement le Sony TCD-D8 Digital Audio Tape recorder (DAT) semble fonctionner. Le traitement des signaux enregistrés se fait par des logiciels de traitements du son par décomposition de Fourier rapide (FFT). Ce traitement permet de voir l’intensité des composantes à différentes fréquences du son et donc de mesurer la quantité d’infrasons à différentes fréquences contenue dans le cri enregistré.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–21

L’OISEAU ROKH DES LEGENDES ARABES EST-IL L’ÆPYORNIS DE MADAGASCAR ? Par Michel RAYNAL Les créatures fabuleuses de l’imaginaire médiéval — hommes sauvages, licornes, lutins, sirènes, kraken, dragons, serpent de mer et tant d’autres — ne hantaient pas seulement les forêts et les montagnes, les steppes et les déserts, les océans et les lacs. Ils semaient aussi la terreur dans le ciel, comme « l’oiseau Rokh », un oiseau mythique gigantesque qui enlevait dans ses énormes serres des proies à sa taille comme des éléphants (figure 1), ou même des navires avec leur équipage !

orsque l’on découvrit à Madagascar, au milieu du 19ème siècle, les œufs puis les ossements fossiles d’un énorme oiseau disparu, l’Æpyornis maximus, sorte d’autruche colossale de près de 3 mètres de hauteur, nombre d’auteurs firent, de manière assez inconsidérée, le rapprochement avec la légende de l’oiseau Rokh. Ainsi, Richard CARRINGTON n’hésitait pas à écrire en 1957 dans son livre Sirènes et mastodontes (Mermaids and mastodons) :

L

«Le lien entre le gigantesque oiseau coureur et le rock [sic] semble trop évident pour que l’on puisse le contester.»

Cet article a précisément pour but d’étudier la pertinence — ou le manque de pertinence — de ce lien qui semblait si « évident » pour Richard Carrington, ainsi que, de manière plus large, les rapports sur une survivance tardive de l’Æpyornis maximus ou d’autres ratites malgaches tenus pour éteints avant l’arrivée des premiers occupants de l’île.

L’Æpyornis connu des Carthaginois ? On lit parfois, dans la littérature consacrée à l’Æpyornis (notamment dans LAVAUDEN 1931), que l’oiseau était connu des Carthaginois plusieurs siècles avant notre ère. L’origine de cette légende (on verra que le dossier en est décidément très fourni) est en fait le célèbre roman de Gustave FLAUBERT, Salammbô (1862), où l’auteur décrit de manière très baroque le temple de Tanit à Carthage (dans l’actuelle Tunisie), tel que le découvrent deux des héros de l’intrigue, MATHÔ et SPENDIUS : «L’appartement où ils entrèrent n’avait rien qu’une peinture noire représentant une autre femme. Ses jambes montaient LES ACTES DU COLLOQUE 2010–23

jusqu’au haut de la muraille. Son corps occupait le plafond tout entier. De son nombril pendait à un fil un œuf énorme, et elle retombait sur l’autre mur, la tête en bas, jusqu’au niveau des dalles, où atteignaient ses doigts pointus.»

FLAUBERT visait à une reconstitution aussi minutieuse que possible des lieux et des mœurs, et il avait consulté des dizaines d’ouvrages en vue de la rédaction de son roman, faisant même un voyage en Afrique du nord pour s’imprégner du cadre. On a donc prétendu que cet « œuf énorme » du temple de Tanit était un œuf d’Æpyornis, amené à Carthage par le navigateur HANNON au retour de son fameux périple. Pourtant, le périple de Hannon, si tant est qu’il ait réellement eu lieu, n’a pas dû dépasser le Sénégal actuel. Et de toute manière, la version qui nous en est parvenue ne mentionne aucun œuf, petit ou gros, rapporté de l’expédition par le Carthaginois. A l’inverse, le périple de HANNON est célèbre dans les annales cryptozoologiques pour la mention de femmes velues appelées gorillai, que l’on a assimilées sans doute indûment au singe anthropoïde africain que nous appelons le gorille (Gorilla gorilla) : Bernard HEUVELMANS, dans son livre Les bêtes humaines d’Afrique (1980), a avancé nombre d’arguments pour faire de ces gorillai des Néanderthaliens attardés, mais comme dirait Rudyard KIPLING, c’est une autre histoire…

L’oiseau monstrueux de SINDBAD le marin A l’origine, l’oiseau Roc, ou plus exactement l’oiseau Rokh (parfois orthographié Rukh), est une créature du folklore arabe oriental. Son nom fut repris par les Perses pour une pièce du jeu d’échecs, celle que nous connaissons aujourd’hui comme « la tour », mais qui reste dans la manœuvre conjuguée avec la reine ou le roi connue sous le nom de « grand roque » ou « petit roque ». L’oiseau rokh est notamment mentionné dans les Contes des Mille et Une Nuits et surtout dans les Voyages de SINDBAD le Marin, tous deux écrits au 9ème siècle. Bien que séparées dans l’espace par des milliers kilomètres et dans le temps par une quinzaine de siècles, les aventures de SINDBAD le Marin et celles d’ULYSSE dans l’Odyssée d’HOMÈRE, présentent maintes ressemblances, comme le contenu initiatique du récit, la rencontre de toutes sortes de prodiges, le caractère très astucieux du héros, et bien d’autres. Bien sûr nous sommes dans l’imaginaire et le merveilleux, mais le fait qu’il s’agisse de contes, n’exclue pas pour autant que ces récits puissent contenir une part de vérité. De même que dans les années 1920, Victor BÉRARD avait montré que l’Odyssée contenait de véritables instructions nautiques sur la Méditerranée, on peut effectivement trouver dans les voyages de SINDBAD quantité de détails inspirés de la réalité. Dans son deuxième voyage, SINDBAD, le marin d’al-Basra (Bassorah, aujourd’hui port irakien sur le golfe arabo-persique), fait voile jusque dans une île non précisée. Abandonné par son équipage sur cette île apparemment déserte, SINDBAD y cherche désespérément une présence humaine pour demander secours, lorsqu’il aperçoit au loin un objet blanc vers lequel il décide de se diriger : «Je marchai sans relâche jusqu’à ce que je m’en fusse approché suffisamment, et je découvris une sorte de coupole de couleur blanche, de grandes dimensions, et qui atteignait une hauteur considérable. Je m’approchai jusqu’à en toucher la paroi. Celle-ci était lisse et plus fine au toucher que de la soie. Je fis le tour de cet étrange bâtiment et m’étonnai de ne trouver aucune porte qui pût y donner accès. J’essayai alors de l’escalader, espérant parvenir au sommet, mais je dus vite renoncer, tant la surface du mur était glissante. J’entrepris d’en faire une seconde fois le tour en comptant mes pas pour estimer plus exactement la circonférence de l’édifice. Elle était d’environ cinquante pas. Je me trouvais fort irrésolu et bien embarrassé par cette énigme, quand je me rendis compte que le soleil n’était pas loin de se coucher. «L’atmosphère s’assombrissait avec une rapidité inaccoutumée. Une sorte d’énorme nuage cacha soudain le soleil. Je l’observai un moment et découvris qu’il s’agissait en fait d’un énorme oiseau qui venait de surgir du fond de l’horizon. Je me sentis plongé dans un abîme d’étonnement, tandis que me revenait en mémoire une histoire que j’avais entendue autrefois, rapportée par des marins et des voyageurs qui s’étaient risqués eux aussi à découvrir les cités de ces régions lointaines. Ils assuraient qu’en certaines îles de ces parages vivait un oiseau appelé rokh, dont les dimensions pouvaient rivaliser avec celles des nuages. 24– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Je compris alors que cette coupole que j’avais sous les yeux n’était autre qu’un œuf gigantesque, pondu par la femelle de ce monstre volant. Et c’était elle, assurément, qui fondait à présent vers son nid où je m’étais hasardé imprudemment.»

La femelle Rokh vient en effet couver l’œuf monstrueux, donnant à l’ingénieux SINDBAD l’idée de profiter de la force de l’oiseau pour s’évader de cette île. Il défait son turban, en noue une extrémité autour de sa taille, et l’autre autour d’une serre de l’animal. Le lendemain, le gigantesque oiseau prend son envol et emporte SINDBAD avec lui vers une terre inconnue du marin, non loin d’une vallée où l’oiseau trouve son ordinaire. S’étant détaché, SINDBAD voit alors l’oiseau se saisir d’une proie à son échelle, un serpent démesuré. La vallée abrite en effet de nombreux « serpents monstrueux, dont certains avaient la longueur d’un tronc de palmier et un embonpoint digne de rivaliser avec celui de l’éléphant ». SINDBAD rencontre enfin des habitants qui l’aideront à quitter cette contrée, appelée « presqu’île Spacieuse », où pousse l’arbre à camphre, et à regagner son pays natal. Pour le traducteur René KHAWAM, le mot de Rayâ (spacieuse) pourrait être une déformation de Rayang, une région au nord-ouest de Bornéo, connue des Chinois et des Arabes à cette époque. Il s’agit en tout cas d’une contrée du sud-est asiatique, d’où est originaire le camphrier (Cinnamomum camphora). Les serpents monstrueux sont certainement inspirés par le python molure (Python molurus) ou le python réticulé (Python reticulatus), également typiques de cette région, dont les plus grands spécimens approchent les 10 mètres. SINDBAD raconte aussi que dans cette même contrée, vit la licorne ou kerkedan — en fait, le rhinocéros — qu’il décrit comme une créature herbivore à la corne unique, prisée des Chinois. S’il s’agit bien d’une région de l’Indo-Malaisie, on reconnaît ici le rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis) ou mieux encore le rhinocéros unicorne de la Sonde (Rhinoceros sondaicus), dont la corne sert encore de nos jours dans la pharmacopée chinoise traditionnelle, notamment pour ses prétendues vertus aphrodisiaques. SINDBAD rapporte que selon les voyageurs ayant parcouru ces contrées, le rhinocéros est capable d’embrocher un mulet (et non un éléphant, comme dans certaines traductions erronées) d’un seul coup de corne. Le sang et la graisse du mulet coulent ainsi sur les yeux du rhinocéros, l’aveuglant au point de l’empêcher de se déplacer. C’est le moment que choisit alors l’oiseau Rokh pour fondre sur sa proie, emportant cette gigantesque brochette et faisant ainsi d’une pierre deux coups ! L’oiseau Rokh intervient à nouveau dans le cinquième voyage de SINDBAD, qui semble avoir pour cadre l’île de Java. Embarqué avec plusieurs marchands, SINDBAD arrive sur une île déserte où ils découvrent un œuf d’oiseau Rokh d’une taille comparable à celui rencontré lors de son second voyage. Mais cette fois, l’œuf est sur le point d’éclore, car le bec de l’énorme oisillon qu’il renferme commence à fendiller la coquille. Malgré les avertissements de SINDBAD, les marchands cassent l’œuf à grands coups, pour s’emparer du poussin Rokh, et le mettre à rôtir. Ils n’auront guère le temps de digérer ce copieux repas, car deux gros nuages viennent obscurcir le ciel : ce sont les parents du petit Rokh, qui poussent des cris effroyables quand ils voient ce qu’il est advenu de leur progéniture. SINDBAD et les marchands lèvent l’ancre aussitôt, mais les deux oiseaux Rokh, un moment éloignés, reviennent sur eux, tenant chacun dans leurs serres un énorme rocher, qu’ils laissent choir sur le navire, écrasant ou noyant son équipage, à l’exception bien sûr de SINDBAD, qui nage alors vers de nouvelles aventures. Comme on l’a vu, les aventures de SINDBAD le marin permettent de situer l’habitat de l’oiseau Rokh dans la péninsule indo-malaise. C’est donc sans aucun fondement que l’on a voulu voir dans ces récits une preuve de la connaissance de l’Æpyornis maximus de Madagascar par les Arabes du neuvième siècle de notre ère. De plus, l’oiseau Rokh est généralement figuré comme une sorte de rapace gigantesque. Les cris de fureur qui lui sont attribués rappellent d’ailleurs ceux des divers falconiformes (aigles, vautours et autres), dont les cris stridents sont en effet caractéristiques. On peut même se demander si l’épisode du navire de SINDBAD bombardé à coups de rochers, n’est LES ACTES DU COLLOQUE 2010–25

pas inspiré de l’observation du comportement de certains rapaces diurnes, comme, le gypaète barbu (Gypaetus barbatus) : cet oiseau de la famille des falconidés, de très grande taille (avec une envergure pouvant dépasser 2,50 m, il est plus grand que l’aigle royal), se nourrit essentiellement d’os et de cadavres, qu’il emporte souvent à de grandes hauteurs, pour les laisser tomber sur le sol, afin de les mettre plus facilement en pièces. De même, le percnoptère d’Egypte (Neophron percnopterus), de taille plus modeste avec ses 1,50 à 1,80 m d’envergure, s’attaque aux œufs d’une manière singulière, car c’est un des seuls animaux à utiliser un outil : armé d’un caillou de 100 à 300 grammes qu’il tient dans son bec, il abaisse la tête sur l’œuf pour le briser ; en Afrique, il lui arrive même de laisser tomber le caillou sur un œuf d’autruche de plusieurs dizaines de mètres de hauteur, ce qui a peut-être inspiré les légendes arabes. Quoi qu’il en soit, le Rokh est toujours décrit comme un oiseau capable de voler, au point d’emporter dans ses serres des rhinocéros, et de permettre à SINDBAD de s’évader par la voie des airs : rien, en somme, qui ressemble de quelque manière à un grand ratite inapte au vol comme l’Æpyornis malgache. On retrouve l’oiseau Rokh dans les aventures de HASANE d’al-Basra (Bassorah aujourd’hui), plus connu sous le nom de SINDBAD le portefaix ou SINDBAD le terrien (homonyme du fameux SINDBAD le marin). Parvenu dans une contrée d’Asie centrale, HASANE d’al-Basra tombe sous la coupe de Bahrâm, un Persan alchimiste et adorateur du Feu (ce qui est déjà en soi une abomination, aux yeux du pieux Musulman qu’est HASANE). Pour ses préparations, le Persan a besoin d’une certaine plante poussant au sommet d’une montagne inaccessible, et il conseille au voyageur arabe de se faire enfermer dans une peau de cheval cousue sur lui. Un oiseau rokh ne tarde pas à repérer la peau cousue, qu’il prend pour le cadavre d’une bête morte. La soulevant dans ses serres, il l’emporte jusqu’au sommet de la montagne : «A peine Hasane eut-il compris qu’il avait touché terre qu’il tira son couteau : il déchira la peau qui l’enveloppait et apparut aux yeux des monstrueux oiseaux qui faisaient cercle autour de lui. Mais à ce spectacle inattendu, ils s’envolèrent et s’enfuirent au loin.»

Hasane ramasse en quantité la plante recherchée, et en jette plusieurs bottes au Persan du haut de la montagne, mais comme on pouvait le craindre, BAHRÂM renie sa parole d’indiquer comment redescendre, bien que, méfiant, HASANE le lui ait fait jurer sur sa foi — un motif de plus d’exécrer ce vil personnage, qui illustre que l’antagonisme entre Irakiens (Arabes de confession sunnite) et Iraniens (Perses de confession chiite) ne date décidément pas de la guerre Irak-Iran mené de 1980 à 1988 par Saddam Hussein… Hasane parviendra néanmoins à se tirer de ce mauvais pas et à se venger de l’ignoble individu. Quant au passage qui nous concerne directement, il décrit un oiseau de grande taille volant en cercle à haute altitude, vivant sur une montagne d’Asie centrale (même pas dans une île) et emportant des charognes dans ses serres — nul doute que les conteurs arabes se soient inspirés du gypaète barbu pour les traits les plus marquants de l’oiseau rokh, et sûrement pas de l’Æpyornis maximus de Madagascar. L’oiseau Rokh fait encore une brève apparition dans les Contes des Mille et Une Nuits, dans le récit du troisième derviche QALANDAR, avec un épisode assez semblable au précédent. Cette fois, c’est une peau de bélier qui sert à fabriquer une outre dans laquelle se glisse le héros, et le Rokh emporte le tout dans ses serres au sommet de la montagne.

L’oiseau Rokh des géographes arabes Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’oiseau Rokh ne se rencontrait pas seulement dans l’imagination fertile des conteurs orientaux. On le retrouve en effet chez les géographes arabes de la même époque, certains reprenant avec enthousiasme les mêmes légendes, d’autres au contraire les citant avec beaucoup

de circonspection. C’est ainsi qu’AL-MAS’UDI (parfois écrit MAÇOUDI), dans son manuscrit Les prairies d’or (956), faisait part de son scepticisme sur l’existence d’un tel oiseau géant appelé anqa : «Il est souvent question de l’anqa ravisseur et l’on trouve son image peinte sur les murs des bains et autres édifices. Cependant, je n’ai jamais rencontré personne qui pût se vanter de l’avoir vu. J’ignore les récits qu’on fait à cet égard, peut-être est-ce simplement le nom d’un être imaginaire.»

IBN-BATOUTAH, dans ses Voyages (XIVème siècle) consacre tout un chapitre « à l’oiseau monstrueux nommé rokkh ». Au cours de l’un de ses voyages en mer de Chine, le géographe arabe et l’équipage avisent une montagne dans la mer, vers laquelle le vent pousse leur jonque. «Le vent se calma un peu, nous vîmes, au lever du soleil, ce mont, qui était très-haut dans l’atmosphère, ou les airs, et nous distinguâmes le jour qui brillait entre lui et la mer. Nous fûmes étonnés de cela ; j’aperçus les marins qui pleuraient, se disant mutuellement adieu, et je fis : « Qu’avez-vous donc ? » Ils me répondirent : « Certes, ce que nous avions pris pour une montagne, c’est le rokkh ; s’il nous voit, il nous fera périr. » Il était à ce moment-là à moins de dix milles de la jonque. Ensuite le Dieu très-haut nous fit la grâce de nous envoyer un bon vent, qui nous détourna de la direction du rokkh ; nous ne le vîmes donc pas, et ne connûmes point sa véritable forme.»

Il y a gros à parier qu’il s’agissait d’un effet d’optique, un mirage en somme, plutôt que d’une observation d’un oiseau gigantesque, qui de toute manière n’aurait encore aucun point commun avec l’Æpyornis.

Le ruc ou « oisiau grifon » de MARCO POLO Un autre rapport incontournable dans la genèse du mythe est cité comme « preuve » d’une connaissance ancienne de Madagascar et de l’Æpyornis, et donc de la survivance de cet énorme oiseau jusqu’aux temps historiques. Il s’agit des récits rapportés par MARCO POLO, le célèbre marchand de Venise, dans sa relation de voyage en Chine, écrite vers 1298. Il faut garder présent à l’esprit le fait que l’imprimerie n’apparut en Occident qu’environ 150 ans plus tard, et que lorsque MARCO POLO dicta Le devisement du monde à son compagnon de prison RUSTICHELLO de Pise, ce dernier l’écrivit dans un mélange de vénitien et de vieux français. Le manuscrit initial a été perdu, après avoir été traduit en français et en italien de l’époque, copié et recopié à des centaines d’exemplaires manuscrits : il en reste encore près de 150 exemplaires dans le monde. Traduit et retraduit sous divers titres (Le livre des merveilles, Il milione, etc.), souvent allégé, avec évidemment maintes erreurs à chaque étape, avant d’être diffusé sous forme imprimée (la première édition imprimée en France date seulement de 1556, un siècle après l’invention de l’imprimerie), puis à nouveau adapté en langue moderne. Ceci explique les diverses versions qui circulent encore de nos jours, et les confusions qu’elles ont pu entraîner, y compris pour notre propos. Je citerai ici l’adaptation d’Albert t’Serstevens (1955), qui n’est ni meilleure ni pire que les autres, pour ce qui est de la fidélité au texte original, et en regard, l’un des manuscrits du Moyen-Âge en vieux français, édité en 1824 par la Société de Géographie de Paris. Dans le chapitre intitulé « ci devise de l’île de Madeigascar », relatif à cette île et à celle appelée Zanghibar, MARCO POLO écrivait :

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–27

Adaptation d’Albert t’SERSTEVENS (1955)

manuscrit

«Et l’on dit que dans les autres îles qui sont au midi, là où les nefs ne peuvent aller de peur de n’en pouvoir revenir, se trouvent les oiseaux-griffons qui y apparaissent en certaines saisons de l’année. Certains de ceux qui étaient allés jusque-là et qui en étaient revenus contèrent au dit Messire MARCO POLO que ces griffons sont faits de même façon que l’aigle, mais qu’ils sont grands et démesurés, car, disent-ils, leurs ailes couvrent bien trente pas et leurs plumes sont bien longues de douze pas ; et ils sont si forts qu’ils prennent un éléphant dans leurs serres et le portent très haut, puis le laissent choir et ainsi le tuent, et descendent vers lui et en mangent à volonté. Les gens de cette île les appellent : roc, et ils n’ont pas d’autre nom. Je ne sais si ce sont les oiseaux-griffons ou une autre espèce d’oiseaux aussi grands, mais je vous dis qu’ils n’ont pas la forme demi-lion, demi-oiseau que nous donnons aux griffons : ils ressemblent surtout à un aigle, mais de plus grande façon.»

Et encore sachiés tout voiremant qe en celés autres ysle qe sunt si grant quantité ver midi là où les nés ne aient mie voluntieres por la corent qe cort celle part., et dient les homes qe là se treuves des oisiaus grifon , e dient qe celz oisiaus hi aparurent certes estaisonz de l’an ; mes si sachiés qe il ne. sunt mie fait ensi corne nostre jens de sa cuident e corne nos les faison por- traire , ce est qe nos dion qu’il est me hosiaus et mi lyonz; mes selonc qe celz qe le ont veu content, ce ne est pas vérité qe il soient mi osiaus et mi lyon , mes voz di qe il dient celz qe le ont veu , qe il est fait tout droitmant come l’aigle, mes il dient qu’il est demisoréemant grant, et voz en diviserai de ce qe dient celz qe l’ont veu ; et encore voz en dirai ce que je en oï. Il dient qe il est si grant et si poisant qe il prenent l’olifant et l’enporte en l’air bien aut, puis le laisent céoir en tere , si qe le lofant se deffait tuit ; et adonc le oisiaus griffon le bece e manjire é se paise sor lui. Il dient encore celz qe les ont veu qe sez eles ouvrent trente pas e qe sez pennes d’eles sunt longues douze pas. Grosismes sunt come il est convenable à lor longesse , e ce qe je en vi voz dirai en autre leu, por ce qe il convient ensi faire à nostre livre. Or voz ai contes de l’oisiaus grifonz ce qe celz qe l’ont veu le content, et bien est-il voir qe le grant Kan hi envoia sez mesajes por savor de celz ysles et encore hi mande por faire laiser un sez mesajes qe avoit pris , et cesti mesajes et celui qe pris avoit ‘ ceste content au grant Kan maites grant merveilles de celés es- tranges ysles. E si voz di tout voirmant qe celz mesajes aportent au grant Chan dens de senglier sauvajes lesquelz estoient demesureemant granz ; e si voz di qe le grant sire en fait poiser un que peisse libres quatorze. Or poés savoir cornant fu grant le sengler qe tel dens avoit ; et si voz di qe il dient que il ni a bien des sengler qui sunt grant come un bufal. Il hi a giraffe asez et asnes sauvajes ausint. Il ont si divissement bestes et oisiaus des nostres qe ce seroit merveille à oïr et greingnor à veoir. Et à le oisiaus grifon noz voill retorner : celz de celles ysles l’apellent ruc et ne l’apellent por autre nom , e ne sevent qe soit griffon ; mes noz qui dion tôt voiremant qe por la grant grandesse que il content de cel oisiaus qu’il soit griffonz.

KOUBILAI KHAN envoya des messagers vers ces îles, qui en rapportèrent des plumes gigantesques que le voyageur vénitien vit à la cour de l’empereur de Chine, ainsi que deux dents d’un gros sanglier. MARCO POLO rapporte en outre que dans ces îles, vivent également des girafes et des ânes sauvages. On a souvent voulu voir dans ce passage du livre du voyageur vénitien, une mention ancienne de l’Æpyornis de Madagascar, en dépit de l’évidence écrasante qu’il n’en est rien. Passons d’abord sur l’authenticité très discutée des aventures de MARCO POLO. Certains auteurs 28– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

estiment en effet qu’il n’a jamais été en Chine, et que son récit n’est qu’une compilation de rumeurs apprises de marchands venus de la Perse. La sinologue Frances Wood a notamment souligné les nombreux « oublis » de MARCO POLO, qui ne dit pas un mot des éléments les plus évidents et les plus frappants pour l’imagination des Occidentaux de la culture chinoise de l’époque (et qui d’ailleurs sont encore pour la plupart typiques de la Chine actuelle) : la Grande Muraille de Chine, l’écriture idéographique, la boussole, la porcelaine, l’imprimerie, l’usage de baguettes pour manger, la consommation de thé, ou la coutume d’entraver le développement des pieds des femmes — sans parler du mutisme total des chroniques chinoises sur ce personnage, qui se pique d’avoir été une sorte d’ambassadeur plénipotentiaire de l’empereur. Mon propos n’étant pas d’établir la réalité du voyage de MARCO POLO, mais d’identifier son « oiseau roc » ou « oiseau griffon », je laisserai de côté la controverse historique pour ne retenir que l’énigme cryptozoologique. La description très succincte de cet oiseau gigantesque par MARCO POLO, seulement pour dire qu’il s’agit d’un aigle démesuré, devrait déjà nous mettre en garde contre la tentation de l’identifier avec l’Æpyornis, un oiseau coureur, semblable à une autruche géante, incapable de voler. Bien qu’il soit question de « Madeigascar » (Madagascar ?) et de « Zanghibar » (Zanzibar ?), il serait également très imprudent de situer l’habitat de l’oiseau roc à Madagascar ou dans ses parages. Tout d’abord, le nom de Madagascar ne fait son apparition qu’en 1492, sur la mappemonde de Martin Behaim, qui situe au large de l’Afrique deux grandes îles aux contours et aux dimensions fantaisistes par rapport à réalité, Zanzibar et Madagascar, à l’évidence puisées dans le livre de MARCO POLO ! Dès lors, le nom de Madagascar fut attribué à l’île que nous connaissons depuis sous ce nom, un choix particulièrement malencontreux comme on va le voir. Ensuite, MARCO POLO affirme que le roc vit dans d’autres îles du Midi, proches mais clairement distinctes de Madeigascar et Zanghibar. Et surtout, décrivant la première, il rapporte nombre d’informations où l’on a quelque peine à voir un écho, même déformé, de la grande île malgache : «Madeigascar est une île qui est vers le midi, à bien mille milles loin de Scotra. Les gens sont tous Sarrasins et adorent Mahomet. Ils ont quatre escèques, c’est-à-dire quatre vieillards, qui gouvernent cette île. Sachez qu’elle est très noble, et belle, et des plus grandes du monde, car elle a bien environ quatre mille milles de tour. Les gens vivent de commerce et de métiers. Et vous dis qu’il y a en cette île plus d’éléphants qu’en nulle autre province du monde, comme aussi dans une autre île dont nous vous parlerons plus loin et qui a nom Zanghibar. En ces deux îles se fait un si grand commerce d’éléphants que c’est merveille. Ils ne mangent, en cette île, nulle autre viande que de chameau ; aussi tuent-ils tous les jours tant de chameaux que nul ne le pût croire qui ne le vît. Et ils disent que c’est la meilleure viande du monde. «Ils ont des léopards, des ours et des lions à grand-foison, et beaucoup d’autres bêtes sauvages, comme cerfs, chevreuils, daims et une grande abondance de venaison. Ils ont aussi beaucoup de bestiaux et diverses espèces d’oiseaux très différents des nôtres. Aussi y vient-il beaucoup de grands navires et de marchands qui y font grand profit.»

Faut-il le préciser, la faune malgache, ou des autres îles de l’océan Indien, ne compte aucun des animaux énoncés par MARCO POLO. Ainsi, il n’y a pas (et il n’y a jamais eu) d’éléphants à Madagascar, bien que certains aient proposé qu’il s’agissait peut-être d’un hippopotame fossile (Hippopotamus lemerlei) qui semble avoir survécu jusqu’à une date récente dans la grande île. Si même on admet cette explication déjà tirée par les cheveux, il n’en reste pas moins que les « chameaux » (comprendre les dromadaires, ou peut-être les zébus, à la bosse caractéristique), les léopards, les cervidés, les girafes, les ânes sauvages (onagres ?) sans parler des sangliers, comme bien sûr les éléphants, sont des animaux typiques du continent africain. Quant aux « ours » et aux « lions », il s’agit d’une erreur de transcription (dommage pour ceux qui auraient voulu y voir une mention originale de l’ours Nandi !), il faut lire en fait « des onces et des loups », ces derniers étant probablement des lycaons. En clair, tout indique l’est africain plutôt qu’une île quelconque, que ce soit Madagascar ou une autre. Pourquoi ce déplacement dans une île, voilà qui peut facilement trouver une explication dans les distorsions successives des récits faits de bouche à oreille et traduits avec plus ou moins de bonheur. Du reste, si l’informateur de MARCO POLO a utilisé le mot arabe de djeziret, qui signifie aussi bien « presqu’île », nous tenons là l’explication complète de la méprise, sans LES ACTES DU COLLOQUE 2010–29

doute renforcée par l’irrésistible influence de la légende arabe de l’oiseau Rokh, située parfois dans une île par la tradition orientale. Un examen des autres détails donnés par le Vénitien, apporte une confirmation certaine à cette localisation géographique. Madeigascar est située par MARCO POLO« vers le midi » (le sud), à 1000 milles de Scotra, dans laquelle on reconnaît sans peine Socotora, une île de l’océan Indien au débouché du golfe d’Aden, donc non loin de la Mer Rouge. Et que trouve-t-on « vers le midi » à 1000 milles (environ 1500 Km) de cette île ? L’actuelle Somalie ! Madagascar est en effet située plusieurs milliers de kilomètres plus au sud. Les données culturelles ne sont pas moins significatives. MARCO POLO affirme que les habitants de Madeigascar « sont Sarrasins et adorent MAHOMET », autrement dit sont Arabes et musulmans, ce qui est en accord avec une localisation sur la côte somalienne, qui fut effectivement islamisée de manière précoce. A l’inverse, les populations malgaches sont issues à l’origine d’un mélange d’Africains venus du sud-est du continent et d’Asiatiques venus d’Indonésie, et la religion musulmane y a toujours été très minoritaire (environ 5 % des habitants de nos jours). Les premiers Malgaches étaient essentiellement animistes (et le sont restées fondamentalement, même s’ils furent ultérieurement christianisés par les colons européens). Du reste, MARCO POLO précise que Madeigascar est gouvernée par quatre « escèques » (le texte original dit esceqq), qui semble bien être une déformation de cheikh, gouverneur arabe comme il en existait à cette époque en Somalie. L’estocade finale à la thèse malgache a cependant été portée par Alfred GRANDIDIER, qui a travaillé sur les premières copies de l’œuvre du marchand de Venise. Et ce dernier n’écrit pas « Madeigascar », qui est une déformation ultérieure des copistes, mais « Mogedaxo », qui désigne de manière évidente Mogadiscio, actuelle capitale de la Somalie ! Quant à Zanghibar ou Zanchibar, que l’on identifie imprudemment à Zanzibar, c’est très certainement une contraction du persan zang, qui veut dire noir, et de l’arabe barr, qui veut dire la terre, donc littéralement « la terre des Noirs », qui devait désigner encore une fois la corne de l’Afrique pour les marchands et marins arabes et perses du Moyen-Age. En somme, MARCO POLO décrit la côte somalienne et non Madagascar, et si la légende de son oiseau roc a vraiment un fond de vérité, elle se rapporte à un grand rapace de cette région — connu ou inconnu, mais quoi qu’il en soit, exagérément mythifié — et non à l’Æpyornis maximus malgache. Reste la question des plumes démesurées de l’oiseau roc, que MARCO POLO dit avoir vues à la cour de KOUBILAI KHAN. Il s’agissait probablement des palmes de certains palmiers, qui ressemblent effectivement à d’immenses plumes.

Le pa d’André THEVET Une semblable double erreur d’identification zoologique et géographique a été introduite par Paul GAFFAREL en 1878, dans son édition commentée du livre d’André THEVET, Les singularitez de la France antarctique (1558). Dans le chapitre consacré à Madagascar, THEVET, ce prêtre devenu un des grands voyageurs de son temps, évoque la faune de l’île, et cite notamment un oiseau remarquable : «D’oyseaux en premier lieu en representerons un par figure, fort estrange, fait côme un oyseau de proye, le bec aquilin, les aureilles enormes, pendantes sur la gorge, le sommet de la teste eleué en pointe de diamant, les pieds & iambes comme le reste du corps, fort velu, le tout de plumage tirant sus couleur argentine, hors-mis las teste & aureilles tirans sus le noir. C’est oyseau est nommé en la langue de païs, Pa, en Persien, pié ou iambe : & se nourrit de serpens, dont il y a grande abondance, & de plusieurs especes, & d’oyseaux semblablement, autres que les nostres de deça. De bestes il y a l’elephans en grand nombre, 30– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

deux sortes des bestes unicornes, dont l’une est l’asne Indique, n’ayant le pied fourche´, comme ceux qui se trouuent au païs de Perse, lautre est ce que l’on appelle Orix, ou pie´ fourche´.»

Bien que le dessin et la description d’André THEVET évoquent à l’évidence un rapace, Paul GAFFAREL (1878) avançait un rapprochement pour le moins téméraire : «Cet oiseau est peut-être le vouroupatra de FLACOURT.»

Il faut comprendre ce commentaire de GAFFAREL comme « cet oiseau (le pa d’André THEVET) est peut-être l’Æpyornis ». En effet, comme on va le voir bientôt, un siècle après THEVET, FLACOURT mentionna le vouron patra comme une sorte d’autruche malgache, et quand on découvrit les restes de l’Æpyornis en 1851, la plupart des auteurs identifièrent l’oiseau mentionné par FLACOURT avec l’Æpyornis maximus. Bien sûr, les connaissances ornithologiques sans doute limitées de GAFFAREL excusaient son hypothèse hasardeuse. Mais que dire de Ragnar K. KINZELBACH et Jochen HÖLZINGER, deux zoologistes de l’université de Rostock (Allemagne) ? Dans leur livre sur les représentations d’oiseaux du Thesaurus Picturarum de Marcus zum LAMM (2000), un ouvrage du seizième siècle aux illustrations splendides, les deux scientifiques allaient défendre à nouveau cette hypothèse avec une argumentation pour le moins tirée par… les plumes : pour les deux zoologistes, le nom de pa serait en effet à mettre en relation avec le « pas » d’un oiseau coureur (un ratite) ! Même en tenant compte des déformations possibles, il faut beaucoup de bonne volonté pour faire ce rapprochement. THEVET dit que le pa est « fait comme un oiseau de proie » (comprendre un rapace), avec un « bec aquilin », c’est à dire, littéralement, un bec d’aigle (du latin aquila) : rien de commun avec l’Æpyornis, une sorte d’énorme autruche au bec droit.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–31

Quant au régime alimentaire, on peut penser que, comme les ratites actuels, l’Æpyornis était végétarien. On en a d’ailleurs la confirmation par l’analyse isotopique de ses ossements fossiles. En réalité, on reconnaît dans le pa d’André THEVET, le secrétaire ou serpentaire (Sagittarius serpentarius) de l’Afrique continentale, dont le régime alimentaire si particulier (ophiophage, ou mangeur de serpents) lui a valu son nom commun comme son nom scientifique. Cet oiseau ne vit pas à Madagascar, et si THEVET le situe dans cette île, c’est à nouveau par confusion géographique, sans doute à cause des écrits de MARCO POLO que le voyageur français avait évidemment lu : THEVET mentionne en effet, dans la faune malgache, des animaux incongrus comme l’éléphant ou l’oryx, mais parfaitement à leur place sur le continent africain.

Le vouron patra de FLACOURT Le témoignage le plus sérieux et le plus connu que l’on cite à l’appui de la survivance récente de l’Æpyornis maximus, est celui de l’amiral Etienne de FLACOURT, gouverneur de Madagascar, installé à Fort Dauphin dans le sud de l’île de 1648 à 1658. C’est en 1658 que fut publiée son Histoire de la grande isle Madagascar, où, passant en revue les animaux qui y vivent, et notamment les oiseaux, il écrivait : «Oyseaux qui hantent les bois. «Vouron patra, c’est un grand oyseau qui hante les Ampatres, et fait des œufs comme l’autruche ; c’est une espèce d’autruche, ceux desdits lieux ne le peuvent prendre, il cherche les lieux les plus déserts.»

Les Ampatres sont une région marécageuse au sud de Madagascar, dont le nom vient d’ailleurs du malgache patra, marécage. Quant au nom vernaculaire de l’animal, il s’agit en fait de vorompatra, de voron, oiseau, et patra, marécage, donc littéralement l’oiseau des marécages. En dépit du caractère assez succinct de ce rapport, la personnalité de son auteur et la qualité des informations contenues dans son ouvrage incitèrent plusieurs savants à le retenir comme valable, et à en déduire l’existence d’une « espèce d’autruche » à Madagascar. C’est ainsi que, sur la base du rapport de FLACOURT sur le vouron patra (hélas orthographiés FLACCOUR et vorou patra), le grand naturaliste BUFFON n’hésitait pas à affirmer, dans son Histoire naturelle des oiseaux (1770) : «L’autruche est un oiseau propre et particulier à l’Afrique, aux îles voisines de ce continent, et à la partie de l’Asie qui confine à l’Afrique.»

L’ornithologue Frédéric de LAFRESNAYE, dans son article « autruche » pour le Dictionnaire universel d’histoire naturelle, publié en 1842 (donc quelques années avant la découverte officielle de l’Æpyornis), reprenait à son compte cette hypothèse téméraire, faisant œuvre de cryptozoologie bien avant la naissance du concept : «Il serait d’un grand intérêt de s’assurer si ce Vourou-Patra de Madagascar est réellement l’Autruche d’Afrique, ou une 32– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

seconde espèce particulière à cette grande île.»

Par la suite, quand furent découverts, à partir de 1850, les œufs et les restes osseux de l’Æpyornis maximus, la plupart des auteurs ont considéré sans autre forme de procès que le vouron patra de FLACOURT n’était autre que cet oiseau. Pourtant, FLACOURT ne dit nullement qu’il s’agit d’une autruche géante ou énorme (ce qui était après tout la principale caractéristique de cet oiseau), mais seulement d’une « espèce d’autruche », ce qui laisse supposer que sa taille est de l’ordre de deux mètres. De même, il mentionne des « œufs comme l’autruche », alors que ceux de l’Æpyornis maximus sont deux fois plus hauts. On peut dès lors supposer que le vorompatra est en fait un autre représentant du genre Æpyornis : on a en décrit pas moins de sept espèces, de tailles les plus diverses (et notamment de celle d’une autruche), bien qu’on n’en retienne aujourd’hui comme valides que trois, les autres étant tombé en synonymie : Æpyornis maximus, Æpyornis hildebrandti, mesurant environ 1,50 m de haut, et Æpyornis medius, d’une taille intermédiaire entre les deux précédentes. Un autre ratite malgache éteint de la taille d’une autruche, le Mullerornis betsilei, serait également un excellent candidat pour le vorompatra de FLACOURT. Thomas CORNEILLE, auteur dramatique comme son frère aîné Pierre CORNEILLE (avec qui il écrivit en commun plusieurs pièces de théâtre), est également l’auteur d’un Dictionnaire des arts et des sciences en 2 volumes, publié en 1694. A la lettre Y, un mot, ou en tout cas la définition qu’en donne le célèbre dramaturge, devrait retenir l’attention du cryptozoologue : «Yandon. S. m. [substantif masculin] Nom que donnent ceux de l’isle de Madagascar à une certaine espèce d’autruches. Ce sont des oiseaux qu’on peut dire voler moins qu’ils ne sont portez sur la terre. Ils sont plus grands que les hommes, et ont une légèreté surprenante.»

En tout cas, la présence d’une sorte d’autruche à Madagascar semblait admise au milieu du dixhuitième siècle, au point que dans le Manuel lexique, ou dictionnaire portatif des mots françois dont la signification n’est pas familière à tout le monde (1750), du fameux abbé PRÉVOST (l’auteur de Manon Lescaut), on pouvait lire : «YAVION, s. m. [substantif masculin]. Nom d’une espèce d’autruches de Madagascar, dont la tête s’élève au-dessus de la grandeur humaine, et qui sont d’une légèreté surprenante à la course.»

On peut se demander si ce nom de yavion est réellement malgache, car il ressemble tellement au mot « avion », lequel a été créé à partir du latin avis (l’oiseau), qu’il y a gros à parier que l’origine en est semblable. Quoi qu’il en soit, cette « autruche » malgache ne semblait pas particulièrement démesurée, et sa « légèreté surprenante à la course » était encore moins compatible avec le caractère très massif de l’Æpyornis, un oiseau sans doute assez pataud atteignant 500 kg. Ce n’est que plus tard que je compris l’origine de cette légende (encore une) : c’est une confusion avec le nandou (alias nandon) d’Amérique du Sud (Rhea americana), décrit par Joannes de LAET en 1625 sous le nom de yandou parfois orthographié yandon, puis par déformationsssss yavion. Et son habitat brésilien dans l’île de Maragnana (Marañón) devient tout « naturellement » Madagascar au gré des transcriptions manuscrites !

La découverte de l’Æpyornis Amusant paradoxe, le plus gros des oiseaux ayant jamais habité notre planète a d’abord été connu par ses œufs, près de 20 ans avant de l’être par ses ossements. En 1832, Victor SGANZIN, un capitaine d’artillerie de marine très passionné d’histoire naturelle, vit en effet une demi-coquille d’œuf énorme à Madagascar. Il en fit un dessin, qu’il fit montra en 1840 à Jules LES ACTES DU COLLOQUE 2010–33

VERREAUX, un célèbre ornithologue parisien. Malheureusement, les notes et le dessin de Victor SGANZIN, ainsi que les collections de Jules VERREAUX, ont disparu à la suite d’un naufrage, et il ne reste de cette histoire que les souvenirs de VERREAUX, tels qu’il les a communiqués à Isidore GEOFFROYSAINT-HILAIRE en 1851 : «M. Sganzin avait vu à Madagascar plusieurs œufs d’Epyornis, l’un d’eux scié transversalement par le milieu, et employé comme objet d’ornement ; d’autres perforés aux deux bouts, emmanchés d’un bâton, et servant de rouleau pour écraser le riz, c’est-à-dire pour séparer par le frottement le grain de ses enveloppes.»

Ces œufs n’étaient pas rares dans la région de l’île où les avait vus Victor SGANZIN, qui croyait qu’ils provenaient d’un reptile gigantesque. Entre-temps, en 1834, un voyageur français du nom de GOUDOT découvrit à Madagascar des fragments de grands œufs apparemment semblables. Il les montra au professeur Paul GERVAIS, du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. Ce dernier les mentionna dans l’article « autruche », qu’il rédigea pour le supplément au Dictionnaire des sciences naturelles (1840) : «L’autruche d’Afrique n’a donné lieu à aucun travail nouveau que nous connaissions. Nous dirons seulement, comme pouvant se rapporter à un oiseau du groupe de ces animaux, que nous avons vu, il y a plusieurs années, des débris d’œufs qui paraissent avoir dû être du volume de ceux des autruches, et que M. Goudot avait trouvés dans l’île de Madagascar, mais sans avoir à leur sujet des renseignements positifs.»

On verra par la suite que les œufs d’Æpyornis maximus étaient en fait près de 2 fois plus grands que ceux de l’autruche. Il n’est donc pas du tout certain que les fragments obtenus par Goudot provenaient de l’oiseau géant. Encore une fois, un autre oiseau de taille plus petite, « un oiseau qui fait des œufs comme l’autruche », pour reprendre les mots de FLACOURT, semblait se profiler derrière l’Æpyornis maximus. L’un des premiers naturalistes à faire paraître un compte-rendu détaillé sur la question des œufs énormes trouvés à Madagascar, fut cependant le britannique Hugh Edward STRICKLAND. Il avait déjà publié en 1848 un ouvrage sur le fameux dodo de l’île Maurice (Raphus cucullatus), ouvrage qui reste une référence incontournable plus de 150 ans plus tard. La parution de ce livre suscita une correspondance privée qui conduisit STRICKLAND à publier, dans les Annals and Magazine of Natural History de 1849, plusieurs notes scientifiques apportant des précisions complémentaires sur le dodo, mais également une autre note sur l’existence supposée d’un oiseau gigantesque à Madagascar. En octobre 1848, alors que le H.M.S. Geyser croisait au large de la baie de Saint-Augustin à Madagascar, un Français du nom de DUMARELE qui était à bord, fit les confidences suivantes, que prit en notes M. John JOLIFFE, le chirurgien du navire : «M. Dumarele mentionna que quelque temps auparavant, alors qu’il commandait son propre vaisseau faisant du commerce le long des côtes de Madagascar, il vit à Port Leven, à l’extrémité nord-ouest de l’île, la coquille d’un œuf énorme, production d’un oiseau inconnu habitant les étendues sauvages du pays, qui contenait la quantité presque incroyable de 13 bouteilles de quart de vin de fluide !!!, dont il avait lui-même soigneusement mesuré la quantité. Il était de la couleur et de l’apparence d’un œuf d’autruche, et la substance de la coquille avait environ l’épaisseur d’un dollar espagnol, et était d’une texture très dure. Il fut amené à bord par les indigènes (la race des Sakalaves) pour être rempli de rhum, ayant un trou assez grand à un bout, par lequel le contenu de l’œuf avait été extrait, et qui servait d’ouverture du récipient. M. Dumarele offrit d’acheter l’œuf aux indigènes, mais ils déclinèrent la vente, affirmant qu’il appartenait à leur chef, et qu’ils ne pouvaient pas en disposer sans sa permission. Les indigènes disaient que l’œuf fut trouvé dans la jungle, et observaient que l’on trouve de tels œufs très, très rarement, et que l’on voit encore plus rarement l’oiseau qui les produit.»

Mr. JOLIFFE avait pleine confiance dans la bonne foi de M. DUMARELE, et espérait que des personnes visitant Madagascar puissent recueillir des informations récentes sur ce sujet. Ce vœu du médecin britannique allait être exaucé peu de temps après la publication de l’article de 34– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

STRICKLAND. Lors de la séance du 27 janvier 1851 de l’Académie des Sciences à Paris, le grand zoologiste Isidore GEOFFROY-SAINT-HILAIRE fit en effet sensation en exhibant d’énormes ossements, mais surtout deux œufs d’une grosseur prodigieuse provenant de Madagascar. C’est à un capitaine de navire marchand, M. ABADIE, que l’on devait la découverte de ces pièces anatomiques. En 1850, alors qu’il se trouvait sur la côte sud-ouest de Madagascar, il avait fait une observation remarquable : «M. Abadie aperçut un jour, entre les mains d’un Malgache, un œuf gigantesque que les naturels avaient perforé à l’une de ses extrémités, et qu’ils employaient à divers usages domestiques. Les renseignements pris par M. Abadie auprès des Malgaches, amenèrent bientôt après la découverte d’un second œuf, d’un volume presque égal, qui fut trouvé, parfaitement entier, dans le lit d’un torrent, parmi les débris d’un éboulement qui s’était fait depuis peu. Un peu plus tard encore, on découvrit, dans des alluvions de formation récente, un troisième œuf et quelques ossements, non moins gigantesques, qui furent avec raison considérés comme fossiles, ou plutôt, selon une expression aujourd’hui consacrée, comme subfossiles.»

Subfossiles veut dire que ces fragments anatomiques n’étaient pas minéralisés, et donc étaient d’un âge assez récent. L’ensemble de ce matériel ornithologique fut expédié de Madagascar à Paris via l’île de la Réunion, mais au cours du transport un des œufs se brisa en une multitude de fragments. Les deux œufs intacts mesuraient 32 cm de hauteur, soit deux fois la taille d’un œuf d’autruche, et 23 cm de large. L’épaisseur de la coquille était d’environ 3 mm (contre 2 mm pour un œuf d’autruche), et le volume de près de 9 litres (contre « seulement » un litre et demi chez l’autruche). Autrement dit, comme le remarquait GEOFFROY-SAINT-HILAIRE, le volume des œufs malgaches équivalait à 6 œufs d’autruche, 12 de nandou, 16 ½ de casoar, 17 de dromée (émeu), et 148 de poule, et même 50 000 œufs d’oiseau-mouche, pour comparer avec les plus petits oiseaux connus ! Mais ne s’agissait-il pas plutôt des œufs d’un énorme reptile, comme un dinosaure, plutôt que ceux d’un oiseau gigantesque ? En fait, l’étude comparée de la coquille montrait une structure très semblable à celle des grands oiseaux coureurs, comme l’autruche ou l’émeu. Mais surtout, parmi les restes osseux se trouvait une extrémité inférieure d’un métatarsien, qui rapprochait l’animal des mêmes oiseaux, et plus encore des Dinornis ou moas dont on venait juste de découvrir les ossements fossiles en Nouvelle-Zélande. GEOFFROY-SAINT-HILAIRE en déduisait qu’il s’agissait d’un oiseau d’un genre nouveau dans le groupe que l’on appelait alors les rudipennes ou brévipennes, auquel il donna le nom scientifique d’Æpyornis maximus, ce qui signifie « le plus élevé des grands oiseaux ». Grand, l’Æpyornis l’était assurément, mais à quel point ? Les œufs étant deux fois plus grands que ceux de l’autruche, on serait enclin à multiplier la taille d’une autruche par deux, et à attribuer une hauteur de 4 à 5 mètres à l’Æpyornis. En réalité, il n’y a pas de proportionnalité entre la taille de l’œuf et celle de l’oiseau qui le pond, comme le notait GEOFFROY-SAINT-HILAIRE lui-même. Après tout, les mégapodes pondent des œufs énormes relativement à leur taille, et plus encore les kiwis de Nouvelle-Zélande (Apteryx) chez qui l’œuf représente presque le tiers du poids de l’animal. Du reste, l’étude du métatarsien, par comparaison avec celui d’autres ratites, conduisait le grand savant français à conclure à une taille de 3 à 4 mètres. Les ossements que l’on découvrit par la suite permirent d’affiner cette estimation, et nous savons aujourd’hui que l’Æpyornis maximus ne mesurait « que » 3 m de haut, et était donc de taille inférieure au Dinornis maximus de la Nouvelle-Zélande, qui dépassait 3,50 m. Si l’Æpyornis maximus n’était donc pas le plus grand des oiseaux, c’était en revanche le plus gros, car il était encore plus robuste que le moa géant néo-zélandais (Dinornis). En 1947, dans un article publié dans la revue d’ornithologie The Condor, Dean AMADON calcula que le poids de l’Æpyornis était de 438 Kg, près de 200 Kg de plus que le plus grand des moas. Dans un autre article pour les Annales des Sciences Naturelles de 1850, mais publié également en LES ACTES DU COLLOQUE 2010–35

1851, Isidore GEOFFROY-SAINT-HILAIRE reprit le texte de son précédent article publié dans les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, mais il y ajouta une annexe très instructive. Il y citait notamment Paul Gervais, dont nous avons déjà étudié le rapport, comme suit : «J’ai vu, il y a une douzaine d’années, dit M. Gervais, un de ces débris [d’œuf] entre les mains de M. Goudot... ; j’ai même donné une courte indication relative à ce fait curieux dans le premier volume du Supplément au Dictionnaire des Sciences Naturelles qui a paru en 1841. J’y dis (page 524) : «L’autruche d’Afrique n’a donné lieu à aucun travail nouveau que nous connaissions. Nous dirons seulement, comme pouvant se rapporter à un oiseau du groupe de ces animaux, que nous avons vu, il y a plusieurs années, des débris d’œufs qui paraissent avoir dû être du volume de ceux des autruches [souligné par Geoffroy Saint Hilaire], et que M. Goudot avait trouvés dans l’île de Madagascar, mais sans avoir à leur sujet des renseignements positifs.»

Listant ensuite les différents œufs d’Epyornis (sic) signalés auparavant, GEOFFROY-SAINT-HILAIRE remarquait à propos de celui de M. Goudot : «Est-il certain que les fragments annonçant des œufs du volume de l’autruche, aient, en effet, appartenu à l’Epyornis ? Il y a un mois, nous n’aurions peut-être pas craint de répondre affirmativement ; nous devons aujourd’hui faire, au moins, quelques réserves. M. Gould a bien voulu nous communiquer divers renseignements, tout récemment recueillis par un voyageur anglais (1), et d’après lesquels serait rendue très vraisemblable l’existence actuelle, à Madagascar, d’un autre grand oiseau, qui serait aussi un rudipenne, mais d’une taille peu différente de celle du casoar ; ce serait, en un mot, le VouronPatra de FLACOURT que l’on aurait enfin retrouvé. Ainsi se trouverait justifiée la conjecture que nous faisions dans la notice qui précède. Les œufs, dont M. Goudot a rapporté quelques fragments, appartenaient-ils au Vouron-Patra ? C’est du moins une hypothèse que l’on doit se poser, et sur laquelle on ne pourra se prononcer définitivement, tant que des fragments recueillis par M. Goudot seront aussi imparfaitement connus.»

(1) «Ils doivent être prochainement publiés par M. STRICKLAND.» (note d’Isidore GEOFFROYSAINT-HILAIRE) Les sources de cette importante information étaient bien sûr le grand ornithologue britannique John Gould, et son compatriote le naturaliste Hugh Edwin STRICKLAND. Hélas, ce dernier devait périr peu après en 1853, à l’âge de 42 ans, dans un accident de train, et il est donc probable qu’il n’ait jamais publié ces informations dont parlait le savant français. Pourtant, on en trouve une confirmation dans un article du Visitor de 1851, signé par un certain « M. » : «Mr. Gould, un ornithologue à la célébrité européenne, et un ami de l’auteur, fut assuré par un Mr. Mortimer […] qu’il existe sans aucun doute à Madagascar un grand oiseau comme l’autruche, dont les indigènes lui promirent de lui procurer des spécimens. Telle était la substance de l’assertion. Nous sommes désolés de dire, que peu après son retour en Angleterre, Mr. Mortimer mourut, et pour l’instant nous devons attendre, espérant que, l’attention ayant été attirée sur le sujet, un capitaine, un officier médical ou un passager intelligent, vont poursuivre les investigations, et ajouter une autre page au journal de la science zoologique.»

Encore une fois, il n’y a rien dans ce document qui désigne expressément l’Æpyornis maximus.

Le manchot géant de VALENCIENNES et le vautour colossal de BIANCONI Alors qu’Isidore GEOFFROY-SAINT-HILAIRE avait immédiatement su reconnaître les affinités de l’Æpyornis avec les « rudipennes » (ratites), certains de ses collègues avancèrent d’autres hypothèses bien plus téméraires, pour ne pas dire hasardeuses. A la suite d’une nouvelle note de GEOFFROY-SAINT-HILAIRE pour les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences en 1854, Duvernoy nota des différences entre les ossements de l’Æpyornis et ceux de l’autruche, notamment au niveau de l’articulation tibio-fémorale. Un certain VALENCIENNES en tira 36– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

argument pour appuyer sa propre théorie. Ayant comparé la partie inférieure du métatarse de l’Æpyornis avec divers oiseaux, VALENCIENNES estima qu’il présentait quelques ressemblances avec les palmipèdes : «Je ne serais donc pas éloigné de croire que l’Epyornis est un genre à placer entre les Pingouins et les Aptenodytes [manchots].»

Le manchot géant de Valenciennes ne rencontra aucun succès, sans doute parce que cet animal hypothétique ne pouvait pas s’intégrer aisément dans le moule d’une créature mythique. Le zoologiste italien Gian Giuseppe BIANCONI publia pour sa part, de 1861 à 1878, pas moins de 18 notes scientifiques, pour tenter de démontrer que l’Æpyornis de Madagascar était une sorte de vautour gigantesque, comme l’oiseau Rokh des légendes arabes — une créature plus apte à frapper l’imaginaire que le manchot géant de VALENCIENNES. Evidemment, BIANCONI se fourvoyait complètement, mais à son époque les restes osseux que l’on possédait du grand oiseau malgache étaient extrêmement fragmentaires.

L’Æpyornis a-t-il survécu tardivement ? Des datations au carbone 14 ont montré que les restes les plus récents de l’Æpyornis maximus ont environ 800 ans. Aurait-il pu survivre beaucoup plus tardivement ? Dans sa fameuse communication à l’Académie des Sciences du 27 janvier 1851, Isidore GEOFFROYSAINT-HILAIRE ne s’était pas contenté d’étudier les œufs et les restes osseux de l’Æpyornis maximus. Il avait également commenté le texte de FLACOURT sur le vouron patra (avec les réserves qu’on a vues, concernant son identification), ainsi que les données rapportées par le docteur anglais Joliffe, d’après le témoignage de M. Duramele. Rappelons que selon ce dernier, citant les indigènes, on trouvait des œufs « très, très rarement, et que l’on voit encore plus rarement l’oiseau qui les produit ». Mais GEOFFROY-SAINT-HILAIRE ajoutait aussi des informations qu’il devait à M. Lépervanche Mézière, un naturaliste de l’île de la Réunion ; alors que les Sakalaves affirmaient que l’oiseau était extrêmement rare dans leur région, il semblait avoir définitivement disparu ailleurs à Madagascar : «Dans d’autres parties de l’île, on ne croit pas à son existence actuelle ; mais on retrouve du moins une tradition fort ancienne, relative à un oiseau, de taille colossale, qui terrassait un bœuf et en faisait sa pâture ; c’est à cet oiseau que les Malgaches attribuent les œufs gigantesques que l’on trouve parfois dans leur île.»

GEOFFROY-SAINT-HILAIRE revint sur le sujet dans les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences en 1856, à l’occasion de la description d’un nouvel œuf de 33 cm de hauteur, obtenu par le capitaine Armange : «Les Malgaches, comme je l’ai dit ailleurs, prétendent que l’Epyornis existe encore. Ils ont redit à M. le capitaine Armange ce qu’ils avaient dit quelques années auparavant à M. le capitaine Abadie. Des vieillards ont même raconté à M. Armange qu’ils avaient vu dans leur jeunesse des Epyornis, non seulement dans l’intérieur de l’île, où l’espèce serait aujourd’hui reléguée, mais jusque sur la côte. L’Epyornis serait, selon leurs expressions, un oiseau grand comme un nuage, qui enlèverait facilement un bœuf dans ses serres, pour le transporter dans les montagnes et s’en repaître. Ce sont là, sans nul doute, des contes populaires, imaginés sans doute d’après la grosseur, encore exagérée, des œufs de l’Epyornis, dans lequel nous ne voyons toujours, comme en 1851, qu’une espèce d’oiseau frugivore et inailé.»

L’Æpyornis maximus était évidemment incapable de voler, et il n’était pas du tout armé de « serres », ne possédant que trois doigts dirigés vers l’avant, comme le casoar ou l’émeu. En fait, le récit entendu par M. ARMANGE est tellement conforme à la légende de l’oiseau rokh d’après les voyages de SINDBAD le LES ACTES DU COLLOQUE 2010–37

marin, que je ne peux m’empêcher de penser que les premiers enquêteurs ont involontairement « pollué » les traditions locales. Le quotidien parisien Le Temps du 7 décembre 1861 fut encore plus affirmatif quant à la survivance tardive cet oiseau colossal. Il citait une lettre d’un docteur BERG, adressée de Saint-Denis (île de la Réunion) à Gaston MOQUIN-TANDON : «Vous savez que depuis la mort de la fameuse Ranavolo-Manjaka, l’île de Madagascar est accessible aux Européens. Un capitaine de navire qui en revient, m’affirme que l’épiornis existe dans l’intérieur de la grande île malgache. Je viens d’écrire de tous les côtés et j’ai remis à un autre capitaine, parti pour Tamatave, un questionnaire détaillé relatif à ce gigantesque oiseau.»

Pour autant que l’on sache, aucun résultat positif ne résulta de cette démarche. Dans un article sur les « animaux disparus et légendaires de Madagascar » paru en 1931 dans la Revue Scientifique, L. LAVAUDEN, qui fut conservateur des eaux et forêts de l’île, cita des traditions indigènes donnant à penser, selon lui, que l’Æpyornis maximus avait pu survivre jusqu’à une date assez récente. En 1902, une autrucherie (élevage d’autruches) fut fondée à Befanamy, près de Tuléar (figure 2). En 1920, le cheptel atteignait 1500 têtes, qui servaient surtout à fournir les fabricants de « boas » de plumes pour parer les élégantes et les danseuses de revues de music-hall. Selon LAVAUDEN, l’arrivée de ces oiseaux venus du continent, officiellement inconnus de la faune locale, ranima des souvenirs chez certains insulaires : «Quelques vieillards s’exclamèrent, en disant que les Vazaha (étrangers, blancs) avaient ramené dans le pays les Biby (animaux) qui y existaient autrefois.»

L’autruche (Struthio camelus) n’aurait été qu’une représentation en miniature de l’énorme Æpyornis maximus. Ne s’agissait-il pas plutôt du souvenir d’un autre oiseau disparu de moindre taille, et donc bien plus semblable à l’autruche ? Figure 2 : l’autrucherie de Befanamy(Supplément illustré du Petit Journal, 21 février 1909)

Le révérend père ENJELVIN communiqua de son côté à LAVAUDEN un récit légendaire de la région de Tuléar : «Trois frères habitaient une case dans la forêt. Deux sortent. Un reste pour garder la case. Il entend un grand bruit de branches cassées, et des cris d’oiseau. Il regarde par une fente de la case, et voit un énorme oiseau, qui n’est ni un oiseau qui vole, ni un oiseau qui grimpe (sic). Il est si lourd que, quand il se couche sur le sol, celui-ci résonne. L’homme étant sorti de la case reçoit un coup de pied dans le ventre et l’oiseau essaie de lui saisir la tête avec son bec. L’homme se dégage et se cache. Ses frères rentrés, il leur raconte son histoire ; ils ne le croient pas. L’un d’eux se propose pour garder la case. Le lendemain, à son tour, il voit l’oiseau. Le surlendemain, le troisième frère se dévoue à son tour pour rester. Il a fabriqué un appât avec des résines gluantes. L’oiseau vient, veut avaler l’appât, s’englue le bec, puis les pattes, puis les ailes, et est tué à coups de sagaie.»

Si l’oiseau de cette légende ne vole pas et ne grimpe pas, il est probable qu’il marche et qu’il courre, ce qui est le propre des ratites, très justement surnommés « oiseaux coureurs ». De même, le comportement est typique de l’autruche. Celle-ci possède deux doigts dont un seul est armé d’un ergot, et l’oiseau est capable de donner des coups de patte très puissants. C’est ainsi que l’autruche peut éventrer ses prédateurs, comme le lion ou même l’homme. M. HUMBERT, botaniste à la faculté des sciences d’Alger, recueillit en 1924 un témoignage d’un 38– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

colon français des environs de Tuléar, M. de CHAZOTTE, dont il fit à son tour part à LAVAUDEN : «Une femme indigène nommée Zavast prétendait que, vers 1890, un oiseau géant aurait été tué par les gens de Tompomana, roi des Masikoros, près de Manombo (au nord de Tuléar), dans un marais de l’intérieur, à la suite d’un cyclone terrible, où les bœufs furent tués et entraînés jusqu’à la mer, et des albatros vinrent périr à l’intérieur des terres. Il aurait fallu

vingt-quatre hommes pour le porter.» LAVAUDEN put vérifier qu’un cyclone avait effectivement frappé Manombo en 1893, mais ne trouva pas confirmation de l’anecdote elle-même. Comme on l’a vu plus haut, le poids de l’Æpyornis maximus a été estimé par Dean AMADON (1947) à 438 Kg, ce qui représenterait plus de 18 Kg pour chacun des vingt-quatre « porteurs ». A titre de comparaison, une autruche mâle pèse dans les 150 Kg, soit un peu plus de 6 Kg par personne, un poids relativement modeste qui ne nécessiterait pas de faire appel à autant de main d’œuvre, à moins de ne pas disposer de prise efficace. A cette réserve près, c’est le seul récit recueilli par Lavauden qui pourrait s’appliquer à l’Æpyornis maximus, les autres s’expliquant aussi bien, voire mieux, par un oiseau de la taille d’une autruche.

Des œufs non identifiés Les choses en étaient là, lorsqu’en juin 2002, je reçus un courrier électronique de Jérôme THIERRY. Médecin généraliste installé à Rubempré près d’Amiens dans la Somme, il est également un amateur passionné de sciences naturelles : sa propriété est une véritable arche de Noé, où il élève les animaux les plus divers comme des ratons laveurs ou des marsupiaux, et on lui doit des articles scientifiques sur les poissons d’eau douce africains. Jérôme THIERRY, qui ignorait totalement l’état de mes recherches sur le présent dossier, me contactait pour me faire part d’une histoire rocambolesque, comme seule la cryptozoologie peut en produire. Quelques années auparavant, la mère de Jérôme THIERRY avait acheté chez un brocanteur deux « œufs d’autruche » provenant de Madagascar — c’était du moins ce que prétendait le brocanteur à qui elle avait acheté les deux pièces, et qui écoulait aussi des objets artisanaux malgaches datant au plus du début du vingtième siècle, objets récupérés lors de la succession d’un ancien colon établi à Madagascar et ayant regagné la France après l’indépendance de l’île. Bien sûr, Jérôme THIERRY savait parfaitement qu’il n’y a pas d’autruches à Madagascar, mais il avait supposé qu’il s’agissait d’œufs provenant d’un élevage d’autruches installé dans ce pays : on a d’ailleurs vu qu’une autrucherie avait effectivement été fondée en 1902 dans le sud de l’île. Jérôme THIERRY avait donc rangé les œufs dans une vitrine sans plus y prêter attention. Il en avait toutefois offert un à Patrick TRIPLET, un ami ornithologue, pour qu’il vérifie qu’il s’agissait bien d’œufs d’autruche, mais il n’eut plus de nouvelles de ce côté. Mais à l’occasion d’un rangement salutaire en juin 2002, Jérôme THIERRY eut l’occasion de comparer l’œuf restant en sa possession à un authentique œuf d’autruche récupéré chez sa mère (figure 3). A sa grande surprise, ils différaient notablement !

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–39

Figure 3 : œuf non-identifié de Madagascar entre deux œufs d’autruche

Tout d’abord, les œufs malgaches mesurent 17 cm de hauteur et 14,5 cm dans leur plus grande largeur. Si la hauteur est dans la limite supérieure des plus grands œufs d’autruche, la largeur est vraiment exceptionnelle, conférant aux œufs mystérieux une forme beaucoup plus arrondie, presque sphérique, bien distincte de la forme allongée (ovoïde, pour tout dire) d’un œuf d’autruche. L’œuf de Jérôme THIERRY présente également une granulosité particulière, avec des pores beaucoup plus petits que ceux d’un œuf d’autruche. La coquille est un peu plus fine (on voit d’ailleurs la lumière du jour par transparence), ce qui est logique au vu de la finesse des pores, afin de permettre l’oxygénation du fœtus, et sa couleur est jaunâtre, alors que les œufs d’autruche sont blancs. Jérôme THIERRY avait même pensé à un moment que ces œufs avaient peut-être été polis, mais il y a un endroit (probablement là où l’œuf reposait sur le sol lors de la couvaison) où la cuticule est usée et où l’on voit très bien la monocouche sous-jacente, la couche palissadique n’étant pas atteinte.

40– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Au cours d’une visite chez Jérôme THIERRY, j’ai pu examiner et toucher cet œuf énigmatique : il semblait extrêmement récent, ne montrant aucun début de minéralisation. Il ne présente pas de traces d’abrasion, comme il en existerait probablement s’il était resté enterré dans le sable pendant des siècles comme les œufs d’Æpyornis maximus, et le trou aménagé pour le vider de son albumine est typique de la méthode utilisée par les collectionneurs d’œufs pour vider les œufs pleins... et donc frais ! On peut d’ailleurs observer des dépôts à l’intérieur ! Jérôme THIERRY et moi sommes donc persuadés qu’il a tout au plus 100 ans, et probablement plutôt 40 ou 50 ans seulement. Patrick TRIPLET, l’ami ornithologue qui avait rangé l’œuf dans son bureau et n’avait pas eu le temps de le comparer avec des œufs de ratites (il faut dire que ce n’est pas son domaine d’étude), en a prélevé un fragment, qu’il va faire dater au carbone 14 par un de ses amis géologue au CNRS. Jérôme THIERRY a contacté un ornithologue du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, qui a particulièrement étudié les ratites, Jacques PERRIN de Brichambaut, qui a volontiers accepté de se pencher sur le sujet. Il a éliminé rapidement la possibilité qu’il s’agisse d’œufs d’autruche présentant une anomalie. Certes, il a trouvé des œufs d’autruche atypiques en provenance du Mali, dont les pores étaient aussi de très petite taille, et les dimensions des œufs malgaches pourraient à la rigueur correspondre aux dimensions maximales des œufs d’autruche. Par contre l’épaisseur des œufs d’autruche est toujours comprise entre 1,89 et 1,94 mm, alors que les œufs de Madagascar ont 1,87 mm d’épaisseur, ce qui est très discordant par rapport à leurs dimensions (s’il s’agissait d’œufs d’autruche, étant très gros, ils devraient se situer dans la zone supérieure de l’épaisseur possible).

Squelette et œuf d’Æpyornis au musée de Tananarive.

Il semble donc qu’il ne puisse finalement s’agir d’œufs d’une espèce connue, la comparaison avec les œufs d’Æpyornis maximus (3,75 mm d’épaisseur, sans parler de leur taille double) et les œufs de Psammornis, un ratite fossile d’Afrique du nord (2,5 mm d’épaisseur) montrant qu’il ne peut s’agir de ces espèces. Les œufs des petites espèces d’Æpyornithiformes sont apparemment inconnus, mais PERRIN de BRICHAMBAUT n’exclue pas qu’il puisse s’agir de l’une d’elles.

De l’oiseau rokh aux ratites malgaches En synthèse de ce dossier, qui se révèle finalement aussi riche en déconvenues qu’en pépites cryptozoologiques, voici les conclusions que l’on peut tirer : 1) La survivance de l’Æpyornis maximus à Madagascar n’est attestée, d’un point de vue archéologique (datations au carbone 14) que jusque vers 1200. L’occupation de l’île par ses premiers habitants remontant à peu près au cinquième siècle de notre ère, il est indéniable que cet oiseau a été connu par l’homme. 2) Il n’y a aucune preuve que les Carthaginois aient connu Madagascar, et si « l’œuf énorme » du temple de Tanit décrit par Gustave FLAUBERT dans Salammbô n’est pas le fruit de l’imagination du romancier, c’était certainement un œuf d’autruche, et en aucun cas un œuf d’ l’Æpyornis. 3) L’oiseau Rokh est un oiseau gigantesque purement mythique, incarnation du démiurge qui domine le monde et peut frapper du ciel quand bon lui semble. Ce mythe universel se retrouve d’ailleurs, dans sa forme technologique « moderne », dans les enlèvements extra-terrestres, où les OVNI prennent la place de LES ACTES DU COLLOQUE 2010–41

l’oiseau ravisseur. Si des oiseaux réels ont contribué à alimenter le mythe, ce sont des rapaces comme le gypaète barbu (Gypaetus barbatus), mais certainement pas l’Æpyornis maximus ou quelque autre ratite malgache — la localisation géographique du rokh étant d’ailleurs plutôt en Asie qu’en Afrique dans le légendaire arabe. 4) Une semblable conclusion s’impose pour l’oiseau roc ou oiseau-griffon de MARCO POLO, ni malgache (son « Madeigascar » se rapportant en fait à la région de Mogadiscio en Somalie), ni oiseau coureur (c’est encore un rapace qui en est le modèle). 5) Le pa d’André THEVET est de la même veine, puisqu’il n’est rien d’autre qu’un serpentaire (Sagittarius serpentarius), erronément localisé à Madagascar. 6) Quelques traditions assez précises et des rumeurs plus ou moins vagues, semblent montrer que l’Æpyornis maximus aurait survécu encore plus tardivement, peut-être jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle, mais le caractère assez mythifié de ces données incite à la plus grande réserve à ce sujet. 7) Le yandon mentionné par Thomas CORNEILLE en 1694, ou le yavion rapporté par l’abbé PRÉVOST en 1750, sont des méprises fondées sur le nandou d’Amérique du Sud. 8) Le Vouron patra de FLACOURT, décrivant vers 1650 « une espèce d’autruche », se rapporte à une forme beaucoup plus petite d’Æpyornis (peut-être l’Æpyornis hildebrandti) ou au Mullerornis betsilei, qui aurait donc survécu jusqu’à la colonisation française. 9) C’est également semble-t-il le cas des fragments d’œufs recueillis par M. GOUDOT en 1832 et signalés par Paul GERVAIS en 1840, ainsi que des deux œufs acquis par Jérôme THIERRY dans les années 1990.

42– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Remerciements Je remercie pour l’aide qu’ils m’ont apportée sur ce dossier : Claude ALLIBERT, de l’Institut National des Langues et Cultures Orientales (INALCO) (Paris) ; Jacques BERGER, éleveur d’autruches à Seine Port (Seine-et-Marne) ; Ragnar K. KINZELBACH, Zoologische Sammlung à Rostock (Allemagne) ; Mike PARKER PEARSON, de l’université de Sheffield (Grande-Bretagne) ; Modeste RAKOTONDRASOA, de l’université d’Antananarivo (Madagascar) ; Michel SARTORI, directeur du Musée Cantonal de Zoologie de Lausanne (Suisse) ; le docteur Jérôme THIERRY, médecin à Rubempré (Somme).

Bibliographie ALLIBERT, Claude 1992 Le monde austronésien et la civilisation du bambou : une plume qui pèse lourd, l’oiseau rokh des conteurs arabes. Taloha, 11 : 167-181. AMADON, Dean 1947 An estimated weight of the largest known bird. The Condor, 49 : 159-164 (July). BERG, docteur A. 1861 [Lettre]. Le Temps : 2, colonne 5 (07 décembre). BERGER, Rainer, Keith DUCOTE, Karin ROBINSON, and Hartmut WALTER 1975 Radiocarbon date for the largest extinct bird. Nature, 258 : 709 (December 25). BIANCONI, Gian Giuseppe 1861 Dell’Epiornis maximus menzionato da MARCO POLO e da Fra Mauro. Memorie della Academia delle Scienze dell’Istituto di Bologna, ser. 1, 12 : 61-76 (17 gennaio). 1862 Dell’Epyornis maximus e degli scritti di MARCO POLO e dell’ucello Ruc da lui menzionato. Memorie della Academia delle Scienze dell’Istituto di Bologna,, ser. 2, 2 : 3-64 (13 marzo). 1863 Des écrits de MARCO POLO et de l’oiseau Ruc mentionné par lui. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 56 : 1085-1086. 1865 Observations sur l’Epiornis maximus, Geoff. Revue et Magasin de Zoologie Pure et Appliquée, sér. 2, 17 : 47-49 (février). 1865 Recherches sur les os de l’Epiornis maximus. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 60 : 179180. 1865 Sur les os de l’Aepyornis maximus. Annales des Sciences Naturelles, Zoologie, série 5, 3 : 59-60. 1865 Intorno alla famiglia cui appartenne l’Epiornis maximus. Verhandlungen der Zoologisch-Botanischen Gesellschaft in Wien, 15 : 79-80. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–43

1868 Appendice alla memoria intorno agli scritti di MARCO POLO ed all’Aepyornis maximus. Memorie della Academia dell’Istituto delle Scienze di Bologna, ser. 2, 8 : 483-520 (26 marzo). 1870 Recherches sur les affinités naturelles de l’Æpyornis. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 70 : 162-163. 1873 Osservazioni addizionali intorno alla brevita del femore di Aepyornis. Memorie della Academia delle Scienze dell’Istituto di Bologna, ser. 3, 4 : 415-425 (6 marzo). 1878 Intorno ad alcuni giganteschi avanzi di uccelli riferibili probabilmente all’Aepyornis o ruck. Memorie della Academia delle Scienze dell’Istituto di Bologna, ser. 3, 9 : 259-265 (16 maggio). BUFFON, Georges-Louis Leclerc 1770 Histoire naturelle des oiseaux. Paris, Imprimerie Royale, 1 : 438. CARRINGTON, Richard 1957 Sirènes et mastodontes. Paris, Robert Laffont : 125-131. CORNEILLE, Thomas 1694 Dictionnaire des arts et des sciences. Paris, Jean-Baptiste Coignard, 2 : 609. COSTELLO, Peter 1979 The magic zoo. London, Sphere Books : 83-89. DECARY, Raymond 1937 La légende du Rokh et l’Æpyornis. Bulletin de l’Académie Malgache, n.s., 20 : 107-113. 1950 La faune malgache — son rôle dans les croyances et les usages indigènes. Paris, Plon : 55-57. DEVIC, Marcel 1872 Sur quelques passages d’un écrivain arabe du X° siècle, relatifs aux oiseaux gigantesques de l’Afrique sud-orientale. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 75 : 1782-1784. 1883 Le pays des Zendjs ou la côte orientale d’Afrique au Moyen-Age (géographie, mœurs, productions, animaux légendaires) d’après les écrivains arabes. Paris, Hachette : 236-255. DEWAR, Robert E. 1989 Extinctions in Madagascar — The loss of the subfossil fauna. In : Paul S. MARTIN and Richard G. KLEIN, Quaternary extinctions, Tucson, The University of Arizona Press : 574-593. DUREAU DE LA MALLE 1855 Sur les grands bambous de l’Inde, de Madagascar et de l’Afrique occidentale. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 40 : 267-269.

44– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

FLACOURT, Etienne de 1658 Histoire de la grande isle Madagascar. Paris, J. Hénault : 165. 1995 Histoire de la grande isle Madagascar (édition présentée et annotée par Claude Allibert). Paris, Inalco-Karthala. FLAUBERT, Gustave 1862 Salammbô. Paris, Michel Lévy Frères : 112. GEOFFROY-SAINT-HILAIRE, Isidore 1850 Notice sur des ossements et des œufs trouvés à Madagascar, dans des alluvions modernes, et provenant d’un oiseau gigantesque. Annales des Sciences Naturelles, Zoologie, série 3, 14 : 206-216. 1851 Note sur des ossements et des œufs trouvés à Madagascar, dans des alluvions modernes, et provenant d’un oiseau gigantesque. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 32 : 101-107. 1854 Note sur des ossements et des fragments d’œufs d’Epyornis, adressés au Muséum d’Histoire Naturelle par MM. Delamarre, Armange et Charles Coquerel. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 39 : 833-838. 1855 Note sur deux œufs d’Epyornis, récemment arrivés en France. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 40 : 518-519. 1856 Sur un œuf d’Epyornis récemment arrivé en France. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 42 : 315-316. GERVAIS, Paul 1840 [Article « autruche »] Dictionnaire des Sciences Naturelles. Paris, Ch. Pitois, Supplément, tome 1 : 524. GRANDIDIER, G. 1903 Le plus grand oiseau connu. La Nature, 31 [n° 2] : 215-218 (05 septembre). HEUVELMANS, Bernard 1955 Sur la piste des bêtes ignorées. Paris, Plon, 2 : 314-320. KHAWAM, René R. 1985 Les aventures de SINDBAD le marin. Paris, Phébus. 1986 Les aventures de SINDBAD le terrien. Paris, Phébus. 1986 Les mille et une nuits. Paris, Phébus.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–45

KINZELBACH, Ragnar K. 2008 Pre-Linnaean pictures of the secretarybird, Sagittarius serpentarius (J. F. Miller, 1779). Archives of natural history, 35 [n° 2] : 243–251. KINZELBACH, Ragnar K., und Jochen HÖLZINGER 2000 Marcus zum Lamm (1544-1606) — Die Vogelbücher aus aus dem Thesaurus Picturarum. Stuttgart, Verlag Eugen Ulmer : 50-51. LAFRESNAYE, Frédéric de 1842 [Article « autruche »] Dictionnaire Universel d’Histoire Naturelle. Paris, au bureau principal de l’éditeur, 2 : 369. LAVAUDEN, L. 1931 Animaux disparus et légendaires de Madagascar. Revue Scientifique, 69 : 297-308. « M. » 1851 Gigantic eggs from Madagascar. The Visitor, or Monthly Instructor for 1851 : 342-346. MONNIER, L. 1913 Paléontologie de Madagascar VII. Les Æpyornis. Annales de Paléontologie, 8 : 125-172. PARAVEY 1856 Nouvelles recherches sur l’Epyornis. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 43 : 928. PEARSON, Mike Parker, and Karen GODDEN 2002 In search of the red slave. Thrupp, Sutton Publishing Limited. PIANI, Domenico 1860 Sopra alcuni passi di Dante, di MARCO POLO e di Guido Guinicelli. Rendiconto dell’Academia delle Scienze dell’Instituto di Bologna : 24-25 (13 dicembre). PIVETEAU, Jean 1955 Traité de paléontologie. Paris, Masson, 5 : 1046-1051. POISSON, Henri 1926 L’autruche. Paris, Paul Lechevalier. PREVOST, abbé Antoine François 1750 Manuel lexique, ou dictionnaire portatif des mots françois dont la signification n’est pas familière à tout le monde. Paris, Didot, 2 : 783. 46– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

RAMIANDRASOA, F. 1967 L’oiseau « Rok » et le « Madeigascar » dans le livre de MARCO POLO(un problème de géographie historique). La Revue de Madagascar, n.s., n° 37 :55-68. STRICKLAND, Hugh Edward 1849 Supplementary notices regarding the Dodo and its kindred. Annals and Magazine of Natural History, 4 : 335-339. WELLS, Herbert George 1894 Aepyornis island. Pall Mall Budget (December 13).

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–47

Sasquatch 2009 par Eric JOYE

Mi-août nous sommes repartis pour quasiment un mois en Colombie Britannique. La mise en place de cette expédition fut donc loin d’être facile.

Introduction

T

out d’abord nos fidèles compagnons des expéditions précédentes déclarèrent forfaits pour cette édition. Seul Philippe COUDRAY avait répondu favorablement.

Ensuite, initialement l’expédition était prévue pour les mois de mai-juin, mais elle dut être reportée parce que le seul de l’équipe donc susceptible de venir me rejoindre avait une série de travaux à terminer pour fin août et il lui était impossible de terminer plus tôt. Donc l’expédition fut reportée à aoûtseptembre, mais finalement Philippe renoncera à venir lui aussi. C’est seul que je prendrai l’avion pour Vancouver. Malgré un passage par Heathrow (Londres) où les contrôles sont d’ordinaire assez contraignants bien qu’il semblerait que cette année ils se soient un peu allégés, le voyage se déroule sans problème et c’est en début d’après-midi que j’atterris à Vancouver. Quelques heures à attendre encore et j’embarque dans un bus que doit m’emmener vers le lieu de rendez-vous où l’on doit venir me chercher. C’est Debbie, la femme de Robert et deux de leurs enfants Joshua et Amelia qui viennent m’accueillir à la descente du bus. Des retrouvailles émouvantes après plus d’une année. Nous voilà en route pour le site de l’expédition. Je sais déjà que ce ne sera pas au même endroit que l’année passée mais sans en être sûr j’ai peut-être une petite idée. Nous arrivons à la nuit tombante dans un campground en pleine forêt. L’endroit est sauvage et isolé, il n’y a aucune commodité sinon 2 cabines de toilettes en plastique qu’un camion vient vider une fois par semaine. Le lieu est entouré de forêts et une rivière (creek) cascade dans un vallon encaissé qu’elle a creusé au fil des millénaires. Au loin on entend des véhicules passer de temps à autre sur une route. Cet endroit a été choisi pour la fréquence des manifestations de Bigfoot qui s’y produisent. Il me faut planter la tente avant la nuit, car par expérience je sais que dresser dans l’obscurité n’est pas toujours une sinécure. Mais volià qu’un véhicule arrive, les phares trouant la nuit qui s’est à présent installée sur la forêt. Robert et un de ses amis, Tom, en descendent. Les présentations sont faites. Tom est un scientifique américain à la retraite, il est là depuis presque 2 semaines. Debbie et les enfants nous quittent et nous restons seuls à faire connaissance et à discuter. Mais à 1h00 du matin, Robert m’annonce qu’ils ne passeront pas la nuit au camp et me laissent, un peu LES ACTES DU COLLOQUE 2010–49

décontenancé, pour la nuit dans la caravane, caravane qui reste à demeure au camp. Me voilà donc seul à passer la nuit dans un lieu que je ne connais pas et peut-être «entouré» de Bigfoots. Ma première nuit se transformera-t-elle en une nuit d’épouvante car me reviennent à l’esprit des témoignages de Bigfoots s’«amusant» à secouer des caravanes en pleine nuit, terrorrisant leurs occupants ? Je me mets bien vite dans mon sac de couchage et heureusement je m’endors assez rapidement pour me réveiller vers 5h30 au lever du soleil et aux premiers chants d’oiseaux. Cette première nuit s’est passée sans aucun incident. A partir d’ici je me limiterai à relater les incidents en relation supposée avec la présence de Bigfoots et passerai sous silence les événements n’intéressent pas notre sujet d’étude.

Jeudi 20 août Ce jeudi 20 août, premier jour sur place, la journée sera belle. Je décide de préparer les instruments, ce que je n’avais pas eu l’occasion de faire la veille. Je pars ensuite faire une première reconnaissance des environs. Il est environ 8h30 du matin. C’est ainsi que je découvre une jolie cascasde à 100 m du camp un sentier descendant vers une petite plage de graviers où l’eau bondissante forme un large bassin avant de poursuivre sa course à travers la forêt. Voilà un endroit qui invite à la baignade ! Soudain j’entends comme une pluie d’objets dans ma direction : mais on me canarde avec des pommes de pin ! L’agression semble provenir de dernière un châblis sur ma droite. Je m’approche et appelle, pas de réponse !...et la pluie de pommes de pin recommence. J’appelle à nouveau. Toujours pas de réponse et une nouvelle pluie. J’appelle encore et toujours pas de réponse...et pour cause : il s’agit n’y plus ni moins de deux pins gigantesques en hauteur qui lâchent leurs pommes de pins. Et celles-ci arrivant au sol rebondissent donnant l’illusion qu’elles sont lancées. Je constarerai d’ailleurs le même phénomène le jour suivant à la même heure. Je suis un peu déçu que ce ne fût un Bigfoot mais j’ai appris quelque chose et cela m’a permis de réfléchir... Vers 11h10, j’entends ce qui semble être 2 coups violents dans la forêt, suivis de 2 autres. Il ne s’agit nullement de coups de feu tirés par une arme, ceux-ci font un son particulier facilement reconnaissable. Donc cela ne peut être que des «knocks», ces fameux coups sur les arbres qui signalent la présence d’un Bigfoot. Je commence à bien les connaître et reconnaître, Je n’ai pas oublié les aventures de l’année passée et surtout celle où lors du premier camp une nuit, à moins de 10 m de nous, il y eut ce violent coup sur le tronc d’un cèdre.

Vendredi 21 août Cet après-midi je suis parti explorer la forêt qui longe l’aval de la creek, fûtaie de pins bien dégagée. Je suis un étroit sentier dans des endroits parfois très isolés et très paisibles pour arriver enfin aux grottes, endroit qui pourrait largement convenir à un ours ou un sasquatch. Devant y entrer à quatre pattes je prends la décision de ne pas m’y risquer. Je ne trouve aucune traces d’ours ou de sasquatch aux alentours. Au bout de quelques centaines de mètres parmi les pins géants, je m’aventure à longer la rivière qui gronde 3 m plus bas dans un lit très étroit, entre des rochers abruptes. Tout est calme à part les cris des écureuils. L’endroit est d’une grande beauté parmi les arbres géants, endroit propice pour une rencontre. 50– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Je sors enfin de ce paradis sur le chemin qui mène au camp mais je décide de poursuivre sur un autre chemin. Au bout de quelques mètres je découvre un premier excrément, segmenté. Plus loin un autre contenant une grande griffe de loup. Incontestablement il s’agit chaque fois d’un carnivore et plus que probablement un lynx. Soudain à ma droite, j’entends un sacré charivari dans la direction d’une colline située en plein bois, comme des perches qu’on transporte et entre-choque. Il y a du vent mais ce n’est pas un bruit de fûts d’arbres qui se cognent, le boucan est trop fort pour que cela corresponde à la force du vent à ces moments-là. J’aimerais aller voir ce que c’est mais la traversée de la zone boisée n’ai pas aisée et je me ferais repérer rapidement par le bruit de mes pas dans les végétaux et puis je ne vois pas comment aborder le rocher facilement. Je reste sur le chemin et tente d’enregistrer avec le micro de ma caméra, bien que je sache qu’il y a de grandes chances que sa portée ne soit pas assez puissante. Je n’ai pas pris le Nagra car les deux appareils - caméra, nagra plus micro - sont encombrants et difficiles à manier ensemble (c’est ici que je regrette que Philippe ne soit pas venu). Au bout de plusieurs minutes le boucan s’arrête. Je continue ma route. La pente est assez raide et je traverse une zone assez obscure. A ma gauche il y a un coupe-feu avec la ligne à haute-tension qui le traverse. Le chemin sort du bois pour serpenter un moment dans le coupe-feu et s’y replonger. Je marque ma route pour le retrouver si jamais je musarde dans les sentiers. Quelques minutes plus tard, j’entends soudain en provenance d’un fourré à ma droite un «groaw» grave. Je m’arrête et hésite entre aller-voir et revenir-sur-mes-pas. «Oh! ça va ! Ok, je recule» dis-je, m’adressant à l’auteur du grognement et décide donc de ne pas aller voir qui je dérange. Et alors il y a comme un gros animal qui fouaille derrière le buisson. Je vais m’asseoir sur le «trail» à une ou deux dizaines de mètres. Le bruit cesse et au bout de quelques minutes je me décide à me lever et à aller voir enfin. Rien ! je ne découvre rien et je n’ai rien vu sortir du lieu ni entendu que l’auteur de ces manifestations s’éloignait dans la végétation. Qu’était-ce un loup ou un Sasquatch ? Un ours noir me semble peut probable car je n’ai pas repéré de traces d’une présence ursine (d’ailleurs je ne trouverai aucune trace d’ours dans cette partie de la forêt durant tout mon séjour) : ni empreintes ni crottes; or d’habitude là où il y a des ours, ils ne se privent pas de laisser des indices de leurs passages. Le jour avançant, je décide de rentrer au camp.

Samedi 22/08 Aujourd’hui, avec l’aide du fils aîné de notre ami canadien et un rouleau de chaterton, je décide d’inventer un petit montage qui me permettra d’utiliser et le micro du Nagra et la caméra en même temps : je fixe micro et caméra sur le monopode avec le ruban adhésif. Je pars, accompagné du gamin, tester le «truc» sur le même chemin qu’hier, mais nous rentrons bredouilles. Ce soir nous partons en groupe faire un affût. A la nuit tombée nous embarquons dans les voitures. Je prends place avec Debbie, ses 2 fils et Kim, une Américaine venue passer le w-e. Dans l’autre voiture, Robert, sa fille et Tom. Arrivés à destination nous nous séparons en plusieurs groupes. Robert, Tom et Amélia resteront d’abord près des voitures. Debbie, Kim, Joshua ainsi que Jordan, l’hybride de chien et de loup, partent devant alors que je vais les suivre à distance respectueuse en compagnie de Thomas : il fait maintenant quasiment nuit noir dans les bois. Le but de la manoeuvre est d’enregister ce qui se passe si les femmes sont approchées par un Sasquatch, mais sans intervenir. Elles sont équipées d’un micro que porte Kim, et moi j’ai mon montage spécial. On n’y voit plus à 5 mètres maintenant sous les frondaisons des grands conifères et pas un oiseau, pas un insecte à entendre : c’est le silence le plus total. Nous progressons à la lumière rouge de nos lampes frontales. Nous y voyons tellement peu que nous buttons, Thomas et moi, au bout de quelques centaines de LES ACTES DU COLLOQUE 2010–51

mètres sur les femmes qui se sont arrêtées. Après un moment de repos, nous repartons à travers bois. Cette fois nous nous arrêtons, les deux femmes, Thomas et moi ainsi que Jordaen. Nous nous installons autour d’une table de pique-nique. Robert me demande par radio de pousser mon fameux cri de Bigfoot. Je m’exécute et troue le silence absolu de la nuit par ce cri qui avait obtenu un cri puissant comme réponse l’année précédente, mais cette fois rien ! Ni à ce cri ni au suivant. Au bout d’une demi-heure nous rentrons aux voitures.

Dimanche 23/08 Debbie et les enfants ont passé la nuit au camp. Selon cette dernièree, il y a eu des hurlements vers 05h30 et elle dit avoir entendu marcher autour des tentes. Je ne peux confirmer ou infirmer l’information car je dormais dans la mienne, juste en face de la leur. Par contre, plus tôt dans la nuit, vers 1h30, j’ai entendu à côté de ma tente la bâche qui protège de la pluie mon matériel et cache le microphone bouger (était-ce le vent ou un animal ?). J’ai aussi eu l’impression qu’on marchait dans le camp. A ce moment-là j’étais bien éveillé car je mettais en ordre mon journal. Dans la journée ma promenade dans les bois fut plutôt enrichissante. J’ai en effet découvert sur un plateau rocheux plusieurs «tipis» et ce qui semble être un atelier de débitage. J’y ai aussi trouvé l’empreinte d’un pied adulte (49/23 cm) et celle d’un enfant (28/13 cm, largeur de talon 8 cm). En quittant le plateau en contre-bas de ce dernier je tombe sur une sorte d’abri, suffisamment grand pour y coucher un ours ou un sasquatch. Cet abri avait un toit de branches de pin, de mousse et de divers «détritus» végétaux. Il cachait un petit marais en phase d’asséchement. Je n’y ai rien trouvé si ce n’est un petit tas de pierres. Il serait bon d’y placer une caméra pour voir si celui-ci est occupé, mais je n’en ai pas car c’est Philippe qui aurait dû me l’amener.

Lundi 24/08 Vers 11h50 du matin j’entends un knock contre un arbre et vers 17h un possible cri lointain qui se rapproche mais je ne pourrais affirmer qu’il ne s’agissait pas d’un moteur.

Mardi 25/08 Ce matin j’ai décidé d’aller explorer la zone qui se situe au-delà de la creek, au sud du camp. Arrivé sur un promontoire rocheux j’ai une vue superbe sur une pinède de jeunes pins de 3 m de haut maximum. Il y a du vent et un léger crachin par intermittence. Je m’assois le dos appuyé à un rocher. J’attends des quads et des voix humaines sur une route que je ne vois pas à quelque 300 m devant moi; Soudain j’entends un puissant sifflement sur ma gauche que j’estime à 50 m dans la pinède, qui se répète plusieurs fois, il me paraît plus puissant que ce qu’un humain pourrait produire. Il ne semble pas se mouvoir alors que les 52– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

moteurs semblent bouger et s’éloigner. J’ai pu en faire un enregistrement. Je décide de traverser la pinède : pas évident dans l’épaisseur du sous-bois et entre les branches des pins. On n’y voit pas à plus d’un mètre et le risque est réel de se retrouver nez-à-nez avec un sasquatch ou, ce qui serait pire, un ours, bien que les rencontres avec un ours noir ne soit pas un des risques majeurs en forêt canadienne, l’animal étant peu agressif : rien à voir avec son cousin Grizzly.. Avant d’arriver sur une route asphaltée, je débouche ainsi sur un ancien chemin de terre où je découvre des empreintes vaguement de forme humaine et des excréments d’ours un peu plus loin. Il est à rappeler, comme je l’ai dit plus haut, que durant tout le temps que j’ai passé dans les bois je n’ai jamais rencontré de signes de présence d’ours dans la zone autour du camp et au nord, à l’est et à l’ouest de celui-ci : cela semble confirmer que là où il y a présence de Bigfoot, il y a absence d’ours. Ce n’est que APRES la pinède que j’ai trouvé des traces d’ours. J’ai pu faire la même constatation l’année passée : l’absence totale de signes de présence d’ours dans certaines zones alors que dans d’autres il est bien présent, présence confirmée par de nombreux excréments, des empreintes et l’observation directe du plantigrade (5 au cours d’une même journée !).

Mercredi 26/08 Rob passe la nuit avec moi dans la caravane A 01h15, dans un demi-sommeil j’ai l’impression que quelque chose se déplace autour de la caravane. J’appelle Rob qui dort à l’autre bout : «Tu entends, tu entends ?» J’ai l’impression qu’il dort et je commence un peu à paniquer. Finalement il bouge : «oui! il est autour de la caravane. Je t’ai appelé mais tu ne répondais pas».

Jeudi 28/08 Cette nuit j’ai entendu à côté du hululement d’une chouette-épervière et de hurlements de loups d’autres hurlements non-identifiés. Ce matin, Robert dit avoir entendu comme 2 pierres qu’on entre-choque, ce qui est un des types de sons qu’émet le Bigfoot. La pomme qu’ il y a deux jours j’avais placée dans un bol en plastique au pied d’un arbre a disparu, or elle était encore là hier soir. Qui l’a prise ? Un corbeau, un écureuil (ça me semble gros pour ses capacités), un raton-laveur ou un Sasquatch ? Comme il n’y a pas d’ours dans le secteur, ce candidat est à exclure. Je ne trouve aucune empreinte dans les environs immédiates. En fin de journée Robert, Zoran (qui passe le w-e avec sa femme au camp) et moi décidons de prendre un des 4x4 et de nous rendre vers un marais à travers une partie de la forêt plutôt sinistre et dans laquelle je n’aimerais pas être surpris seul par la tombée de la nuit. Vers 17h45, nous arrêtons la voiture aux abords du marais et Rob me demande de lancer ma fameuse imitation du cri de sasquatch et....un coup violent contre un tronc d’arbre y répond à 700 m environ de l’endroit où nous nous tenons, de l’autre côté du marais ! Pas de doute, un sasquatch ! Je relance le cri une seconde fois... une nouvelle réponse ! Cette fois nous y répondons non pas par un nouveau cri mais par un coup sur un tronc. Une réponse similaire aux deux premières...Ce dialogue va durer quelque 20 minutes et pas moins de 18 coups répondront aux nôtres. Nous aurons même l’impression que l’émetteur se déplacera à plusieurs reprises mais toujours dans un périmètre restreint.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–53

Hélas ! Je n’avais pas emporté l’enregistreur Nagra et le micro-fusil, et le micro de ma caméra semble trop peu performant car je ne percevrai rien lors de la réécoute, une fois rentré au camp. Demain nous reviendrons avec, cette fois, le Nagra et le micro-fusil. Au retour nous avons constaté qu’un tronc barrait la route, tronc qui ne s’y trouvait pas quelques jours plus tôt. Nous le déplaçons pour passer avec le 4X4. J’ai peut-être aussi trouvé une empreinte de pied, mais elle n’est pas assez nette et trop vieille pour en être sûr. De retour au camp, la femme de Zoran prétend qu’elle a entendu 5 coups (knocks). Il ne s’agit certainement pas du même individu que celui avec lequel nous avons dialogué.

Samedi 29/08 Nous retournons à l’emplacement d’hier et, comme hier, en fin de soirée. Je relance mon cri mais, cette fois, n’obtiens aucune réponse. Nous essayons en frappant le tronc d’un arbre, en vain. Nous rentrons déçus. Je dépose 5 tranches de pain et une banane mûre dans le bol au pied de l’arbre.

Dimanche 30/08 Cette après-midi, vers 18h, je décide d’aller faire un tour sur la route principale, non loin du camp. J’y laisse Robert et Zoran. Je suis occupé à filmer des écureuils lorsque retentit un violent «knock» dans mon dos à quelques centaines de mètres, suivi à quelques secondes d’un second. Viendraient-ils du camp ? Non. D’abord la puissance du son m’indique que l’auteur a une très grande force, j’ai fait des tests et en y mettant toute ma force je n’obiens pas cette puissance, ensuite, si je me positionne dans le sens de la route sur laquelle je progresse, le camp se trouve à 4h ou 5h, alors que les coups proviennent de 1h ou 2 h. Donc ils ne proviennent pas du camp. J’enclenche ma caméra dans l’espoir que le micro pourra prendre le son s’il y a de nouveaux «knocks» et c’est le cas ! Un total de 6 «knocks» seront frappés. A mon retour au camp, Rob et Zoran confirment qu’ils ont aussi entendu et que ce n’est effectivement pas eux les auteurs. En rentrant au camp j’en profite pour jeter un coup d’oeil sur l’assiette à offrande : 3 tranches de pain ont été proprement enlevées de l’assiette et la banane est restée. Là, on commence à ne plus parler de ratonlaveur ou de corbeau. Cette nuit, je décide de la passer dans la voiture qui fait face au camp et de laquelle j’ai une vue sur les tentes. Vers 2h, alors que je me suis assoupi, Rob vient me réveiller un peu excité : «Tu n’entends pas ?! On lance des pierres sur la table !» Non, je n’ai pas entendu. Je remarque au cours de ma veille une difficulté : l’impossibilité pour mon amplificateur de lumière de fonctionner à travers les vitres teintées de la voiture quand la nuit est au plus sombre. J’ai placé le micro dehors mais il ne prendra rien de spécial. Le lendemain, je vais voir la table dressée entre les tentes et à une dizaine de mètres de l’assiette aux offrandes. Pas de pierres sur celle-ci, aux abords immédiats ou sur les chaises de toile, par contre je remarque des taches brunes et collantes sur la table or j’ai nettoyé cette dernière la veille. Ces taches proviennent du pin dont les branches surplombent en partie la table. A certains moments les arbres, et particulièrment les 54– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

conifères, «transpirent» de là l’origien de ces taches; J’explique à Robert que pour moi ses lancés de pierres ne sont que le bruit des gouttes tombant sur la table. Il a du mal à croire en mon explication et semble apprendre qu’un arbre peut «transpirer», explication qui pourtant est la seule logique dans ce cas.

Lundi 31/9 Je constate au matin que les 2 tranches de pain et la banane ont à leur tour disparu, et je les remplace par des abricots. Aujourd’hui, je déménage définitivement dans la caravane.

Mardi 01 septembre Après une excursion dans les environs où je n’ai rien vu de suspect, je suis allé contrôler les abricots. Quelqu’un était venu : certains abricots étaient partis et d’autres avaient été entamés et ouverts en deux. Je suis retourné contrôler le soir : ils avaient tous disparus !! Bon ! On va passer à la vitesse supérieure ! Il faudra un fruit plus gros : un melon par exemple !

Jeudi 03/09 J’ai placé un melon de Cavaillon à l’endroit habituel.

Dimanche 06/09 Le melon placé jeudi a disparu lui aussi. Par contre les 3 prunes que j’avais négligemment abandonnées sur la table de pique-nicque près de la caravane sont toujours là, malgré la présence de corbeaux et d’écureuils et le fait que j’ai été absent du camp hier et une partie de la journée d’aujourd’hui. Donc nous pouvons conclure que le voleur des abricots a peu de chances d’être ces deux derniers animaux. Je vais encore monter en puissance et cette fois me fendre du prix d’une pastèque. Là aucun animal reconnu peuplant ce lieu ne pourra s’en emparer

Lundi 07/09 Il se pourrait que j’ai trouvé des empreintes de Bigfoot auprès de la caravane, mais la qualité en est trop médiocre pour en être sûr.

Mardi 08/09 J’ai acheté une grosse pastèque et l’ai mise à l’endroit habituel.

Mercredi 09/09 Il a plu toute la nuit et la pluie n’a cessé qu’à 10h du matin. Je constate aussi la disparition d’une partie des pinces à linge accrochées au fil de nylon que j’ai tendu entre deux arbres. Vers 12h, j’ai entendu un craquement provenant de derrière la caravane, mais un couple avec un labrador a pris cette direction peu avant... Une demi-heure plus tard, deux craquements de branches et un cri comme celui d’un gorille. Il est bref. et provient de derrière la caravane, peut-être de l’autre rive de la creek, du côté de la pinède. En début d’après-midi, je décide de me rendre dans la forêt, de l’autre côté de la route principale, là où LES ACTES DU COLLOQUE 2010–55

j’ai trouvé le plateau rocheux aux constructions, l’empreinte de l’enfant et l’antre. Je m’enfonce donc vers le plateau rocheux et après une montée, je découvre des constructions que je filme, je décide ensuite de poursuivre vers la gauche en longeant le flanc d’une vallée en contrebas. Au bout de quelques centaines de mètres voilà que j’entends devant moi comme si on agitait des branches et que l’on faisait un travail. Je tente de m’approcher, avec des interruptions où je m’assois pour écouter; mais il n’est pas facile de progresser silencieusement, surtout que des écureuils sont toujours là pour donner l’alerte. Je me dirige vers un des lieux où j’entends du mouvement, derrière un énorme cèdre et là je vois surgir un écureuil affairé. Est-ce lui l’auteur de tout ce chahut ? Mais plus loin devant moi, ainsi que sur ma droite j’entends encore du chahut...et lors de mes temps de pause, je peux voir des écureuils aller et venir. Je me dirige vers le chahut devant moi, celui de droite ayant cessé. Il me faut escalader un escarpement entre les cèdres, vers un bouquet de bouleaux et de pins. Arrivé à l’endroit d’où venait le charivari, je ne trouve qu’une construction légère (un jeune ?) et tout bruit a cessé. Je vais m’asseoir un long moment sur une pente déboisée et écouter en silence, mais toute activité semble avoir cessé et au bout d’une demi-heure j’entame la descente vers la vallée qui me guidera vers la route et le camp (je me repère au son d’une cascade pour repérer la creek) Je suis dans une certaine confusion : ces mouvements bruyants sont-ils l’oeuvre d’écureuils ou de jeunes Saquatches ? Cela mérite approfondissement. Mais l’incident le plus marquant sera une série de «knocks» en fin d’après-midi. Le premier viendra de la direction du chemin principal menant au camp, vers la droite. Il obtiendra une réponse provenant de la gauche qui elle même obtiendra une réponse du premier émetteur. Il est entre 17h12 et 17h19. A 17h35, un nouveau «knock» vers la droite et du même endroit que lors de la première série. Une réponse identique une minute plus tard à laquelle il sera répondu une minute plus tard encore. Nous avons donc eu 6 «knocks» en l’espace d’une demi-heure.

Vendredi 11/09 Je pars en exploration vers le plateau rocheux dans la forêt. C’est de là que provenaient les «knocks» d’hier. Le contournant vers la gauche j’avise une construction que j’avais antérieurement filmée et un peu plus loin une autre que je ne me souvenais pas avoir vue auparavant. Je m’arrête pour la filmer et soudain j’entends des pas qui s’éloignent calmemement et prudemment vers ma gauche mais je n’aperçois pas l’auteur, ma caméra tourne mais je doute qu’elle puisse enregistrer quelque chose. Je me dirige vers l’endroit mais il m’est impossible d’y accéder aisément en raison de la végétation et j’abandonne, jugeant l’entreprise inutile. Pour moi il s’agissait clairement de pas produits par un bipède, comme quelqu’un qui marche avec précaution.

Samedi 12/9 Aujourd’hui c’est le jour du départ pour moi. Je vais quitter le camp ce soir pour rejoindre demain un ami que je n’ai plus vu depuis longtemps et qui habite sur une des nombreuses îles du golfe séparant le continent de l’île de Vancouver. Je passerai la nuit chez Rob. C’est ainsi que s’achève «Sasquatch 2009»

56– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

SEA MONSTERS AND THE ‘PREHISTORIC SURVIVOR PARADIGM’ Par Dr. Darren NAISH

Tout au long l’Histoire des gens ont rapporté des observations de grands animaux marins qui ne semblent pas appartenir à des animaux connus de la Science. Les découvertes récentes de nouveaux grands animaux marins nous amène à penser qu’il existe encore de grands animaux à découvrir dans les mers.

Why believe in sea monsters? hroughout history, people have reported sightings of large marine animals that do not seem to match any species recognised by science. The recent discovery of new, large marine animals (e.g., megamouth sharks, Indonesian coelacanths, Bathyraja hesperafricana, several new cetaceans), combined with data from discovery rates plotted over time (PAXTON 1998, RAYNAL 2001, SOLOW & SMITH 2005, WOODLEY et al. 2008), shows that the future discovery of large marine animals is not at all far fetched or unlikely. Furthermore, statistical analyses of eyewitness data indicate that most sightings occur at close range, rendering misidentification of known species unlikely (PAXTON 2009). Accordingly, at least some ‘sea monster’ accounts may well describe real, undiscovered species.

T

Fig. 1. Traditional reconstructions of plesiosaurs (such as this one) incorrectly show the animals with erect necks held up above the water surface.

The Prehistoric Survivor paradigm An idea that’s persisted throughout more than 100 years of cryptozoological literature is that ‘sea monsters’ might be ‘prehistoric survivors’: that is, they might be the modern-day descendants of creatures otherwise known only from LES ACTES DU COLLOQUE 2010–57

the fossil record (specifically, plesiosaurs, mosasaurs and basilosaurid whales). This hypothesis has become known as the prehistoric survivor paradigm, or PSP. While the PSP has been endorsed throughout the writings of HEUVELMANS, Mackal and Shuker, it is not supported by all cryptozoologists. For groups such as plesiosaurs, the fossil record shows that they died out at the end of the Cretaceous, and there are no post-Cretaceous fossils. Furthermore, long-necked sea monsters are described as being only superficially similar to plesiosaurs, and lack the unusual features of these animals. PSP advocates have suggested that post-Cretaceous plesiosaurs might have evolved a list of new anatomical and behavioural features (such as fur, whiskers, inflatable humps etc.) that make them look like modern sea monsters, and less like fossil plesiosaurs (SHUKER 1995). While this possibility cannot be discounted, it is nothing more than unfounded speculation, and – perhaps most importantly – it is simply not the most likely explanation of the data: in this case, that unusual pinnipeds might account for the sightings.

Cadborosaurus = a living plesiosaur? The most extreme version of the ‘evolved plesiosaur’ argument was put forward by BOUSFIELD & LEBLOND (1995). After proposing that the Naden Harbour carcass (Fig. 3) represented a new extant vertebrate species (dubbed Cadborosaurus willsi), they interpreted it as a reptile, and specifically as a plesiosaur. Plesiosaurs had broad, rounded bodies, enormous flattened pectoral and pelvic girdles, an interlocked, stiff basket of gastralia (= ‘belly ribs’), two pairs of wing-like flippers, and a short tail. C. willsi (assuming that it is a real animal!) is slender and serpentine, does not rely on its limbs for propulsion, has a paired, fluke-like tail structure, is furry, and sometimes has horns and/or whiskers. The hypothesis that C. willsi might be a plesiosaur can be rejected (BAUER & RUSSELL 1996, NAISH 2001, WOODLEY et al. 2008). 58– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

BOUSFIELD and LEBLOND (1995) used data from an alleged juvenile specimen to endorse their interpretation of C. willsi as a reptile, but the account in question (Captain William HAGELUND’s account of 1968) most likely describes a pipefish (WOODLEY et al., submitted: Fig. 4).

Coelacanths are red herrings The fossil record shows that we can be confident about the extinction of plesiosaurs, basilosaurids and other such groups. However, the fossil record is often incomplete and there are sometimes gaps where members of a lineage are absent for some period of geological time. So-called Lazarus taxa belong to groups that seem to have gone extinct, but then re-appear unexpectedly at a later date, or in the modern day. Coelacanths are one of the best known Lazarus taxa. Supposedly, they disappear from the fossil record for more than 60 million years. As a consequence, it is typical to see advocates of the PSP claim that coelacanths provide support for the possible survival to the present of plesiosaurs, basilosaurids and so on. This view can be rejected for three reasons. 1) The coelacanth fossil record is very different from that of plesiosaurs and other putative ‘prehistoric survivors’: coelacanths dwindled in diversity during the Cretaceous, and in fact for a while were thought to have become extinct long before the end of the Cretaceous. (2) Coelacanth bones are small, fragile, frequently non-diagnostic, and have low preservation potential. In contrast, the bones of plesiosaurs, basilosaurids and so on are dense, erosion-resistant and diagnostic. (3) The supposed 65-million-year gap in the coelacanth record does not exist in any case: in addition to the two living species, a Paleocene coelacanth is known from Sweden, and a Miocene coelacanth was reported in 1997 (Fig. 6). In fact, so far as we know, there aren’t any marine vertebrate groups that persisted for tens of millions of years without leaving a fossil record: the fossil record for big marine vertebrates is comparatively good (e.g., BARDET 1992, 1994, BENTON & STORRS 1994).

Conclusions The idea that big marine vertebrate animals await discovery in the present day is not far-fetched or unlikely, and we should expect continuing discoveries (though whether such discoveries will be anything to do with the ‘sea monsters’ of tradition remains to be seen). LES ACTES DU COLLOQUE 2010–59

The ‘prehistoric survivor paradigm’ relies on special pleading and speculation and can be rejected: plesiosaurs, mosasaurs and basilosaurids are extinct. Coelacanths are red herrings, at least in so far as they can be used as analogues for putative ‘prehistoric survivors’. What data we have on ‘sea monsters’ is not good enough for firm conclusions to be reached about the creatures concerned: we don’t know what they are and need more evidence!

Bibliography

BARDET, N. 1992. Evolution et extinction des reptiles marins au cours du Mésozoique. Paleovertebrata 24, 177–283. 1994. Extinction events among Mesozoic marine reptiles. Historical Biology 7, 313–324. BAUER, A. M. & RUSSELL, A. P. 1996. A living plesiosaur?: A critical assessment of the description of Cadborosaurus willsi. Cryptozoology 12, 1-18. BENTON, M. J. & STORRS, G. W. 1994. Testing the quality of the fossil record: paleontological knowledge is improving. Geology 22, 111114. BOUSFIELD, E. L. & LEBLOND, P. H. 1995. An account of Cadborosaurus willsi, new genus, new species, a large aquatic reptile from the Pacific coast of North America. Amphipacifica 1 (supplement 1), 1-25. NAISH, D. 2001. Sea serpents, seals and coelacanths: an attempt at a holistic approach to the identity of large aquatic cryptids. In Simmons, I. & Quin, M. (eds) Fortean Studies Volume 7. John Brown Publishing (London), pp. 75-94. PAXTON, C. G. M. 1998. A cumulative species description curve for large open water marine animals. Journal of the Marine Biologists Association, U.K. 78, 1389-1391. PAXTON, C. G. M. 2009. The plural of «anecdote» can be «data»: statistical analysis of viewing distances in reports of unidentified giant marine animals 1758-2000. Journal of Zoology 279, 381-387.

60– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

RAYNAL, M. 2001. Cryptocetology and mathematics: how many cetaceans remain to be discovered? In Heinselman, C. (ed) Dracontology Special Number 1: Being an Examination of Unknown Aquatic Animals. Craig Heinselman (Francestown, New Hampshire), pp. 75-90. SHUKER, K. P. N. 1995. In Search of Prehistoric Survivors. Blandford (London). SOLOW, A. R. & SMITH, W. K. 2005. On estimating the number of species from the discovery record. Proceedings of the Royal Society B 272, 285-287. WOODLEY, M. A., NAISH, D. & SHANAHAN, H. P. 2008. How many extant pinniped species remain to be described? Historical Biology 20, 225-235. WOODLEY, M. A., NAISH, D. & MCCORMICK, C. Submitted. A baby sea-serpent no more: reinterpretation of Hagelund’s juvenile cadborosaur removes evidence for the ‘reptilian hypothesis’. Journal of Natural History.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–61

L’image en relief et son intérêt en cryptozoologie Par Philippe COUDRAY

L’intérêt du relief en cryptozoologie

L

a photo en relief (ou stéréoscopique), qui permet de restituer une image en trois dimensions, peut être utile dans la recherche cryptozoologique pour obtenir des images plus complètes d’objets que l’on ne peut rapporter physiquement.

Je pense principalement aux empreintes de pieds, dans le cadre de la recherche d’hominidés sauvages comme le bigfoot en Amérique du Nord. Une empreinte de pied idéale est celle que l’on trouverait dans de l’argile humide, sur un terrain parfaitement plat et lisse. Dans ce cas une photo sans relief peut suffire à apprécier l’empreinte, même si malgré tout elle ne rendrait pas compte parfaitement de la présence ou de l’absence d’une voûte plantaire. Dans les forêts canadiennes, le sol est principalement composé de mousse. On trouve quelques marécages, mais la qualité de la boue donne rarement des empreintes parfaites. Quant aux chemins, ils sont généralement trop durs pour laisser des traces du passage des animaux. C’est pourquoi les rares empreintes découvertes le sont souvent dans la mousse sous forme de dépression, ou sous forme d’enfoncement dans des troncs pourris à même le sol, quelquefois dans de la boue trop molle ou trop dure. Elles sont souvent anciennes et ont subi le passage de la pluie. Bref, la plupart des empreintes manquent de netteté. De plus, le manque de soleil, donc d’ombres contrastées dans les forêts n’aide pas à décrypter, sur une photo plate, la profondeur et donc la forme d’une empreinte. La photo en relief pallie à ces problèmes en restituant le volume de la dépression causée par une empreinte, quelque soit le manque d’ombre ou de contraste, ce qui permet d’en retenir la forme. La photo en relief peut également rendre service pour décrypter un arrangement de branchages que l’on suppose artificiel (construit par un bigfoot), qui, sur une photo plate, se distinguerait mal du fond, composé lui aussi de branchages. Dans le cas d’une découverte majeure, un crâne par exemple, que l’on ne pourrait rapporter à cause de problèmes de douane, des photos stéréoscopiques permettraient de mieux en apprécier les volumes. On peut également mieux comprendre la forme d’une grotte ou d’un abri s’il est photographié en trois dimensions. La forme originelle d’un excrément avant prélèvement sera également mieux appréciée en stéréo. Bien entendu, si la chance nous sourit, une photo en relief d’un cryptide vivant aurait un double intérêt : voir le volume de l’animal et donner plus de crédit à la photo, car truquer une photo en relief est beaucoup plus difficile que truquer une photo plate. Pour toutes ces raisons, la photo en relief est un atout supplémentaire de la recherche sur le LES ACTES DU COLLOQUE 2010–63

terrain. Cette technique comporte toutefois quelques inconvénients : la vision en relief demandant deux yeux en bon état de fonctionnement, il y a toujours un pourcentage de personnes qui ne peuvent voir ces images. Non seulement celles qui n’y voient que d’un œil, mais aussi beaucoup d’autres qui, sans le savoir forcément, utilisent un œil plus que l’autre et ne sont pas très sensibles à la perception du relief. Enfin la restitution du relief nécessite des lunettes spéciales ou un écran spécial. Pour finir, cette restitution fonctionne plus difficilement sur papier que sur écran. La résolution du problème de la prise de vue stéréoscopique est aujourd’hui grandement facilitée par de nouveaux appareils stéréo numériques, mais j’ai connu des temps plus difficiles…

Les principes de base de la stéréoscopie Nous voyons en relief parce que nous avons deux yeux. Chaque œil voit le monde avec un point de vue différent, décalé horizontalement de 6,5 cm de l’autre, en moyenne. Cela donne deux images légèrement différentes, comportant des décalages horizontaux dont l’ampleur est d’autant plus forte que l’objet est proche. L’analyse de ces différences par le cerveau produit une image unique en relief. On peut donc en conclure que pour réaliser une image stéréoscopique, il faut réaliser deux images, prises chacune depuis un point de vue différent. Si l’on photographie un sujet immobile, ces deux images peuvent être prises décalées dans le temps, l’une après l’autre, avec un appareil classique, que l’on déplacera légèrement entre les deux prises de vues. C’est un exercice difficile, qui donnera deux images au cadrages approximatifs qui seront d’autant plus difficiles à faire fusionner correctement, mais si l’on rencontre une belle empreinte et que l’on a oublié son appareil photo 3D, cela vaut la peine d’essayer. Ainsi, face à une belle empreinte, je conseille de prendre

64– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

une série de photos décalées chacune d’un centimètre, de manière a créer plusieurs couples stéréoscopiques possibles, desquels on pourra choisir une fois rentré à la maison le meilleur. La question du “montage” d’un couple stéréo sera traitée plus loin. S’il s’agit de prendre en relief un objet mouvant, un appareil stéréo devient indispensable, car les deux photos doivent être prises simultanément. Les appareils stéréo existent depuis plus d’un siècle, sous forme d’appareils anciens, et posent souvent des difficultés de prise de vue : piètre simultanéité des deux obturateurs, différence de luminosité entre les deux photos, etc… et à l’époque des diapositives, nécessitaient un montage méticuleux des vues dans leur cadre. En effet, pour être visionnée avec confort, une image en relief doit être composée de deux photos dont les points homologues ne souffrent d’aucun décalage vertical. Un certain nombre de ces problèmes sont aujourd’hui résolus par les appareils photo stéréo numérique, récemment arrivés sur le marché. Avant de parler de ces appareils, nous allons aborder un dernier point de la photo en relief : l’écartement des objectifs. Pour restituer un relief identique à celui que nous percevons avec nos yeux, l’idéal est un appareil photo dont l’écartement des objectifs est le même que celui des yeux. En effet, un écartement plus fort exagèrera la sensation de relief et un écartement plus faible la diminuera. Toutefois, d’autres éléments entrent en ligne de compte comme la focale des objectifs : un grand angle exagèrera la sensation de relief et un téléobjectif la diminuera. Pour un appareil à capteur classique (environ 18 x 24 mm) un objectif de focale 35 mm correspond à la vision humaine. La sensation de relief est en partie subjective et le respect exact de l’écartement des yeux (64 mm en moyenne) n’est pas indispensable, d’autant plus que chaque personne a un écartement des yeux un peu différent. On peut utiliser l’effet lié à l’écartement des objectifs pour obtenir des résultats particuliers : en prenant deux vues écartées de plusieurs dizaines de mètres d’une montagne lointaine, on peut en créer une image en relief alors que le relief échappe à nos yeux : on aura ce que l’on nomme communément l’effet de maquette. De même, les objets de petite taille et photographiés de près doivent l’être avec un écartement faible (1 ou 2 cm), afin de d’en voir confortablement le relief (fleur, insecte…). Cela donne aux petits objets un effet de gigantisme.

La prise de vue en relief Le plus simple est d’utiliser un appareil stéréo tel que ceux apparus sur le marché en 2010. Le premier apparu, que j’ai acquis et que j’utilise toujours est le Fuji Finepix real 3D W1. Il en existe une version plus récente, le Fuji Finepix real 3D W3, dont la différence essentielle est de proposer des vidéos HD en relief, le premier ne proposant que des vidéos basse définition. Ce dernier est commercialisé environ 450 euros, mais le premier modèle, que l’on peut trouver d’occasion sur Internet suffit, d’autant plus que l’appareil semble solide. L’écartement des objectifs est de 77 mm (75 mm pour le W3), les capteurs ont chacun 10 millions de pixels, et la vue en relief peut se voir sans lunettes sur un écran à réseaux lenticulaires derrière l’appareil. Objectifs 35-105 mm (zoom 3X). Depuis peu, un autre appareil stéréo est sorti chez Rollei : le Powerflex 3D. Sur cet appareil, l’écartement des objectifs est de 52 mm, les capteurs ont chacun 5 millions de pixels, et la vue en relief peut se voir sans lunettes sur un écran à réseaux lenticulaires derrière l’appareil. Objectifs environ 35 mm sans zoom pour le relief, zoom 8x pour les photos 2D. Personnellement, je n’ai pas essayé le Rollei, mais il a pour moi le défaut d’un écartement des objectifs un peu faible (mieux adapté à la photo 3 D de près), une résolution un peu faible aussi, et pas de zoom (le zoom en stéréo doit malgré tout être utilisé modérément car il a tendance à écraser le relief). De plus LES ACTES DU COLLOQUE 2010–65

la critique du Stéréo-Club Français n’est pas très favorable : sur deux appareils commandés un défaut de décalage en hauteur rendait difficile la vision sur l’écran arrière. Le Fuji me donne satisfaction et je le recommande donc. En l’absence d’appareil stéréo, je rappelle que l’on peut photographier un objet immobile en deux temps, en déplaçant l’appareil horizontalement entre les deux prises de vue.

Visionner les images en relief Il existe plusieurs méthodes pour visionner les images en relief. La plus simple reste le procédé anaglyphique. Cela consiste à colorer une image en bleu primaire (cyan) et l’autre en rouge, puis de les superposer en une seule image, qui sera observée avec une paire de lunettes munie de filtres rouge et cyan. Ainsi, chaque œil ne verra que l’image qui lui est destinée, et le cerveau fera le reste : nous verrons l’image en relief. Pour ce faire l’ordinateur nous sera d’un immense secours. Si les images proviennent d’un Fuji Finepix real 3D, nous aurons des fichiers en .mpo, illisibles par un logiciel classique. Ces fichiers sont prévus pour être lus par un écran 3D vendu séparément par Fuji, au même prix que l’appareil, permettant de voir les photos sans lunettes, que je n’ai pas essayé. Il existe par contre un logiciel gratuit et téléchargeable : StereoPhoto Maker, qui lit les fichiers .mpo. Ce logiciel n’a qu’un inconvénient, il n’existe pas pour Mac. Utilisateur de Mac, j’ai dû me résoudre à m’acheter un PC pour traiter mes images stéréos ! Mais il a énormément d’avantages : il lit les fichiers .mpo, peut les traduire en anaglyphes (rouge et bleu), et surtout, il possède une fonction qui corrige automatiquement les petites erreurs de décalages verticaux qui subsistent sur les photos. En effet, les objectifs n’étant pas parfaits, on trouve toujours, notamment dans les angles, de petits décalages verticaux entre les deux photos, qui dérangent un peu le confort de vision de l’image stéréo finale, surtout en position “grand angle”. Un peu de zoom a tendance à les faire disparaître. StereoPhoto Maker peut corriger ces défauts et produire des images parfaites : un avantage de l’informatique. Ces images peuvent ensuite être visionnées sur un écran d’ordinateur à l’aide de lunettes rouge et bleue. Ces lunettes peuvent se commander sur des sites internet (mots-clés : lunettes anaglyphes ou en anglais anaglyph glasses), ou se récupérer auprès de jeunes ayant acheté des films 3D. L’mage en relief est en mode colorimétrique RVB. Éviter le profil sRGB qui est limité et fait descendre les couleurs provoquant quelques images fantômes. Le profil Adobe RVB est meilleur (le mieux est de ne pas toucher au profil originel). Le logiciel propose deux possibilités pour le passage en anaglyphes : couleurs ou noir et blanc. La couleur consiste à ne conserver approximativement les couleurs que sur la photo de droite, ce qui est possible avec le bleu, et pas sur la photo de gauche (rouge). Le résultat est peu confortable, et n’a pas d’intérêt pour la plupart des images : préférer le noir et blanc. Si l’on souhaite imprimer l’image sur papier, c’est possible, mais le résultat sera moins bon que sur écran : le bleu est moins pur et quelques images fantômes (visibles par le mauvais œil) apparaissent, tou66– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

tefois l’image reste le plus souvent acceptable. Cela dépend des sujets. On peut essayer de diminuer le contraste. Les images ne provenant pas d’un appareil stéréo, par exemple s’il s’agit de deux images produites par un appareil classique, StereoPhoto Maker peut les traiter quand même à condition qu’elle ne soient pas trop mal cadrées l’unes par rapport à l’autre. Si tel est le cas il faudra d’abord les recadrer sur un logiciel comme Photoshop. Les anaglyphes peuvent également être projetés sur écran par un projecteur vidéo, à condition de distribuer des lunettes au spectateurs. Dans ce cas il faudra vérifier que l’écartement des point homologues à l’infini (exemple : un clocher d’église) n’excèdent jamais 6,5 cm (l’idéal est de connaître la taille de l’écran), car ils ne seraient plus visibles, les yeux humains n’étant pas conçus pour diverger au-delà de la vision parallèle). StereoPhoto Maker peut modifier le réglage de l’écartement.

D’autres possibilités existent pour visionner les images 3D - La projection avec des filtres polarisants (actuellement utilisée au cinéma), mais qui exige deux projecteurs ou un projecteur à double objectif ayant chacun leur filtre, ainsi que des lunettes polarisantes et un écran qui ne dépolarise pas la lumière. Avantage : l’image est en couleurs. - La visionneuse. Si l’image en relief est sous la forme de deux diapos. Confort de vision parfait et conservation des couleurs. - Les réseaux lenticulaires : l’image peut être vue sans lunettes. Les deux images gauche et droite sont découpées en fines lamelles verticales. Les lamelles gauches et droite sont positionnées en alternance et le réseau lenticulaire (lentilles verticales en forme de tôle ondulée) permet à chaque œil de ne voir que l’image qui lui est destinée. Défaut : un relief en général peu profond sauf si à la prise de vue il y a non pas deux mais plusieurs objectifs (jusqu’à 30). L’écran situé derrière l’appareil Finepix 3D fonctionne avec un réseau lenticulaire. Conservation des couleurs. - La vision parallèle : les deux images sont placées côte-à-côte, chaque image réduite à 3 cm de large. On laisse les yeux s’écarter comme pour voir de loin, jusqu’à ce que chaque œil tombe sur sa propre image et le relief apparaît. Cela demande de l’entraînement et un environnement calme. Conservation des couleurs. - La vision croisée : les deux images sont placées côte-à-côte, en inversant la gauche et la droite, et vues en louchant, l’œil droit regardant l’image gauche et inversement. Cela demande de l’entraînement, mais une fois le réflexe acquis peut se révéler très pratique. Avantage, il n’y a pas (trop) de limite à la taille des images. Conservation des couleurs. En cas de vision sur un écran (ou un papier), on constatera que plus on s’éloigne de l’écran, plus la perception du relief est importante. La restitution exacte du relief dépend donc non seulement de l’écartement des objectifs, de leur focale, de l’écartement des yeux du spectateur, mais aussi de la position du spectateur devant son écran. Ajouter à cela un élément subjectif, ainsi que le facteur temps (le relief a tendance à s’approfondir avec les secondes) et vous comprendrez qu’il ne s’agit pas d’une science exacte ! Si l’on tient à restituer le relief exact d’un objet, la solution est de photographier une boule à côté de l’objet. En observant ensuite l’objet sur sa photo stéréo, on pourra se rapprocher ou s’éloigner de l’écran jusqu’à ce que la boule nous semble parfaitement sphérique. Ainsi, la photo en relief ne peut remplacer sur le terrain une mesure de la profondeur d’une empreinte, LES ACTES DU COLLOQUE 2010–67

si l’on souhaite en avoir une appréciation exacte. Enfin, dans le cas d’une photo 3D d’un empreinte, on peut s’amuser à inverser les lunettes, ce qui inverse le relief : l’empreinte n’apparaît plus en creux mais en bosse, faisant apparaître le pied, comme dans le cas d’un moulage en plâtre. Si vous prenez un jour deux images d’une empreinte avec un appareil mono, et que les monter en relief vous paraît difficile, car il y a trop de distorsion entre les deux, je peux vous proposer de le faire. En effet, avant d’utiliser un appareil stéréo et un logiciel, j’ai passé beaucoup de temps à m’entraîner à récupérer des images stéréo produite par un appareil mono, en les retordant “manuellement” sur Photoshop !

Conclusion Au moins pour les photos d’empreintes, la stéréo apporte un avantage évident. Des empreintes qui auraient été invisibles sur une photo plate ont pu ainsi être ramenée et analysées dans le détail.

68– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Cadborosaurus willsi : à quelle espèce appartiendrait-il ? Enquête ! Par Dr. PASQUALE SAGGESE (zoologiste), avec la collaboration du cryptozoologiste LORENZO ROSSI (Traduction Eric JOYE)

La liste des espèces étudiées par la cryptozoologie, pourrait sembler étrange et certains la comparent aux bestiaires du Moyen Age. Cette nouvelle branche de la Zoologie, qui se focalise sur les animaux insaisissables, a besoin d’une certaine dose de créativité pour dessiner un portrait-robot d’après les observations.

Introduction uand nous décidons de travailler en recherchant à être conforme avec la vraisemblance scientifique, nous nous rendons compte que la plus grande partie des observations de «dragons» et de « licornes» sont autre chose : des individus anormaux d’espèces connues, des animaux non-indigènes qui sont arrivés mystérieusement au lieu de l’observation, des phénomènes naturels inattendus, des canulars, un haut niveau d’alcool dans le sang des observateurs...

Q

Et d’autres raisons. Quel que soit le cas, même si de grands efforts sont mis en œuvre pour éviter de tomber dans le fantastique, les monstres restent des monstres. C’est le cas du Cadborosaurus...

A) Caddy : Un énorme cheval-marin Sa présence mystérieuse, qui depuis des siècles hante les eaux de la Colombie britannique, (province de l’Ouest du Canada) au sud-est de l’île de Vancouver, semble être bien plus qu’une plaisanterie ou une hallucination... «As-tu encore des contacts avec ton ami de Vancouver ? «Oui,... Pourquoi ?» «Je collecte des renseignements sur un animal... Demande-lui, s’il te plaît, s’il a jamais entendu parler un jour de Caddy « «Il dit que «Caddy» est le gars responsable de transporter les clubs pendant les matches de golf...» Ma première tentative d’obtenir des renseignements sur un des protagonistes les plus intéressants de cryptozoologie marine ne s’est pas terminée de la meilleure façon. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–69

« Caddy « est le surnom donné aux représentants d’une population de créatures marines hypothétiques censée hanter les eaux entourant l’île de Vancouver, avec une préférence pour la baie de Cadboro, d’où le surnom qui leur est donné. Un des premiers scientifiques à s’être intéressés à Caddy est le biologiste américain Roy MACKAL, qui dans son livre «Searching for Hidden Animals» ne s’est pas contenté d’ uniquement décrire Caddy au travers de quelques prétendues observation, mais aussi lui a donné une identité zoologique précise. Les scientifiques qui ont lié leur nom à celui de Caddy sont Paul LEBLOND, océanographe de l’université de Colombie britannique et E.L. BOUSFIELD du Musée Royal de Colombie Britannique. Selon BOUSFIELD, rien qu’au siècle dernier, le nombre d’observations de ces créatures s’est élevé à environ 300. Nous allons passer en revue les plus caractéristiques.

Les Observations En février 1934, Cyril ANDREWS et Norman GEORGESON, deux chasseurs qui se trouvaient sur un petit bateau, ont tiré un canard qui est tombé à l’eau. Subitement ils ont perçu une sorte de grand animal marin de plus de 12 m de long, qui a émergé subitement, a saisi le canard avec ses mâchoires et a plongé. L’animal avait un corps long, mince, comme les serpents; la tête ressemblait à celle d’un cheval, mais sans oreilles. Strait of Georgia, Printemps 1939. Plusieurs employés d’une compagnie téléphonique locale observèrent deux Cadborosaures, probablement un adulte et un jeune, ils émettaient des sons ressemblant à des beuglements. Un autre observateur déclara qu’il avait observé Caddy qui capturait des phoques dans la même zone, «les projetant aux alentours» et de les dévorer. Une observation très importante, même si elle fut moins spectaculaire, s’est passée en mars 1953, quand l’insaisissable Caddy a été aperçu par Mme E. GROS, une biologiste marine et d’eau douce. Alors qu’elle se promenait le long de la plage de Dungeness, elle observa une créature ayant une grosse tête et des bosses qui émergeaient derrière sa nuque. Les observations se poursuivent aujourd’hui En janvier 1984, l’ingénieur mécanicien Jim M. THOMPSON pêchait dans la zone de Spanish Banks, près de Vancouver, quand une créature marine de plus 6 m de long a émergé à une distance de 30 m. Elle avait une tête de girafe, avec deux petits appendices bulbaires, semblables à des cornes, ainsi que des oreilles « flasques ». En mai 1992, le professeur de musique John CELONA a aperçu un animal bossu qui nageait, dont la longueur était de plus de 10 m. En mai 1994, les écoliers Damian Grant et Ryan GREEN ont vu un animal de 6 m de long, avec deux bosses, alors qu’ils nageaient dans Telegraph Bay. L’observation la plus importante a eu lieu le 16 octobre 1937. La carcasse présumée d’un jeune individu Caddy a été trouvée à l’intérieur de l’estomac d’un cachalot. Un article publié dans « The Province », un journal de Vancouver , a décrit un corps en décomposition de plus 3.5 m de long, ayant une tête semblable à celle d’un cheval ou à une tête de chameau ainsi qu’une nageoire caudale. Ses caractéristiques concordaient tout à fait avec les descriptions des témoins oculaires présumés. Comme pour prouver la réalité de la découverte de la carcasse, il existe des photos en noir et blanc (la Figure 1), prises au Naden Harbour, qui montrent avec suffisamment de netteté une forme animale 70– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

apparemment inhabituelle. (Cette carcasse pourrait cependant être celle d’un sélacien ou d’un jeune cétacé, selon le Dr. Olivier PAUWELS, herpétologue. NDLR)

Carcasse de Naden Harbor ( source : criptozoo.com )

B) Description du cryptide Description morphologique En ce qui concerne le Cadborosaurus les observations, et plus généralement les témoignages, sont anciennes : on retrouve la trace de cet animal dans bon nombre de récits dans les traditions orales et le folklore des peuples autochtones. Dans leur excellent livre : «Cadborosaurus, Survivor Of The Deep», Paul LEBLOND et Edward BOUSFIELD retiennent environ 200 observations, retenues parmi une longue liste, sélectionnées pour leur crédibilité scientifique. Quand les observations d’un cryptide sont si abondantes, il est difficile d’en obtenir directement un profil homogène. Les erreurs de perceptions, associées à la mauvaise visibilité, aux émotions ou à la peur, ou aux brèves apparitions, conduit à la création d’un «monstre» personnel, d’ailleurs souvent décrit avec très peu de détails mais bien présent cependant dans l’imagination du témoin. Mais de ce zoo fantastique nous pouvons extrapoler malgré tout un profil homogène, après avoir filtré les nombreuses descriptions par le biais d’études statistiques. Dans ces cas-là, le méthode statistique à utiliser n’est pas le calcul d’une moyenne géométrique : si dix personnes maintiennent l’observation d’un animal semblable à un serpent de 10 m de long et que 3 disent qu’ils ont aperçu le même animal, mais ayant 30 m de long, il est probable que les dimensions du cryptide se situe plus entre 10 et 15 m, calculé d’après la moyenne géométrique des longueurs. La méthode statistique le plus appropriée dans ces cas est clairement la technique à utiliser. Par ce procédé se dégage un profil du Cadborosaurus - extrapolé au travers des observations plausibles - étonnamment semblable à l’animal pris en photo en 1937. LEBLOND et BOUSFIELD résument dans leur livre les caractéristiques du cryptide comme suit : 1. De 5 à 15 m de long. 2. Dans sa forme un corps semblable à celui d’un serpent, avec une flexibilité extraordinaire sur le plan vertical.

3. Une morphologie de la tête décrite comme semblable àcelle d’un mouton, d’un cheval, d’une girafe ou d’un chameau LES ACTES DU COLLOQUE 2010–71

4. Un cou long de 1 à 4 m. 5. Un corps présentant une série de bosses, ou d’anneaux verticaux 6. Des nageoires antérieures. Les nageoires postérieures étant absentes ou positionnées près du corps. 7. Une queue bilobée, horizontalement plate (comme chez les baleines). J’ajouterais également la présence d’une crinière le long de l’échine. La présence de cette dernière caractéristique n’a pas été relevée sur l’individu des photos de 1937. Cependant, à cause des faibles dimensions de l’individu quand on les compare à celles du profil décrit cidessus, nous pouvons supposer qu’il s’agissait d’un individu sub-adulte. Ainsi, si nous supposons que la crinière est une caractéristique marquante du dimorphisme sexuel, nous pouvons estimer que la crinière faisait défaut sur la carcasse de 1937 parce qu’il s’agissait d’un animal sexuellement immature. La présence morphologique de caractères sexuels secondaires chez ce cryptide expliquerait aussi pourquoi certaines observations en ont décrit la présence et que d’autres ne l’aient pas fait : il se serait agi de mâles pour les premiers; alors que les seconds seraient des femelles ou de jeunes individus. La crinière comme caractère marquant le dimorphisme sexuel est un élément très répandu dans la Nature : mentionnons les lions et les lions-de-mer comme exemples les plus emblématiques. Comme je l’ai écrit auparavant, LEBLOND et BOUSFIELD ne mentionnent pas la présence d’une crinière dans le portrait-robot du cryptide. Cependant, l’iconographie classique de Caddy montre cet élément, que l’on peut voir sur toutes les illustrations de leur livre, ainsi que sur le dessin de couverture. Plusieurs observations font mention d’oreilles, rabattues ou flasques et de petits appendices semblables à des cornes sur le crâne. Je ne crois pas en leur existence. Il se pourrait qu’elles soient le résultat de la présence de longs crins mouillés sur la nuque donnant l’impression que l’animal possède des oreilles (surtout dans le cas si elles paraissent flasques), ou de petites bosses crâniennes. La fréquente présence de cerfs wapiti traversant à la nage les détroits où Caddy a été aperçu pourrait expliquer ces éléments... Par la même occasion, mais d’une façon moins satisfaisante, cela pourrait aussi expliquer le profil vaguement équin du museau du cryptide. Les yeux du cryptide sont des éléments qui sont signalés dans de nombreux témoignages fiables. Souvent décrits de couleur rougeâtre, ils ressemblent à ceux d’un bovin, ils sont parfaitement ovaux et particulièrement grands quand on les compare au crâne : beaucoup plus que ce qu’on attendrait chez un animal long de plus de dix mètres. Généralement les grands animaux, telles les baleines, ont de petits yeux. Un tel trait est répandu chez des animaux qui vivent dans des environnements obscurs (par exemple, les tarsiers et beaucoup de poissons abyssaux) et dont l’oeil est l’organe sensoriel principal, à la différence des baleines.

Description de ses moeurs et de sa manière de nager Les moeurs de cet animal sont pratiquement inconnues. Bien que fréquentes mais toujours trop brèves (en général quelques minutes), les observations ne parlent jamais des moeurs de l’espèce. En fonction de ce que nous avons et surtout de ce que nous n’avons pas, il est possible de tirer 72– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

quelques conclusions sur ses habitudes et son comportement. • Le Cadborosaurus est carnivore : il a été aperçu se nourrissant de canards et de phoques. • Le Cadborosaurus atout d’un bon nageur typique. LEBLONDetBOUSFELD, suivant les observations, estiment qu’il pourrait nager à une vitesse de 40 noeuds, en plus du fait de préférer la vitesse pure. Sa morphologie fusiforme, à mon sens, lui fournit une très grande agilité. • Il vire rapidement : latéralement, dans le sens vertical, pour rivaliser avec sa proie lorsqu’elle tente de fuir. • Son long cou pourrait être comparé dans sa connotation morpho-fonctionnelle, à celui du plésiosaure (++), à celui de beaucoup d’oiseaux aquatiques ou à celui d’otaries. Nous obtenons ainsi le profil d’un prédateur actif, vorace, s’étant adapté aux capacités de ses proies et pouvant rivaliser avec elles en ce qui concerne ses aptitudes à la nage.

Figure 2 : morphologie de Caddy (source : Internet)

Selon Paul LEBLOND et Edward BOUSFIELD, Caddy n’est probablement un bon nageur que lorsqu’il comprime son corps, comme lors d’un saut hors de l’eau :

(Copyright : LEBLOND et BOUSFIELD)

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–73

Selon les auteurs, l’animal aurait un fuselage profilé comme celui des thons, qui sont d’excellents nageurs. Je suis fermement en désaccord avec cette hypothèse, pour les raisons suivantes : • Affirmer qu’un animal semblable à un serpent, «comprimé» de cette manière, a les mêmes caractéristiques hydrodynamiques qu’un poisson, seulement parce qu’il se crée une silhouette aux contours ichtyomorphiques, en revient à affirmer qu’un ressort a le même comportement aérodynamique qu’un cylindre. D’un point de vue de l’ingénierie physique c’est un non-sens. • Dans la Nature, aucun animal ne peut se tortiller de cette manière : les anneaux de son corps sont trop nombreux, trop serrés et trop verticaux (en excluant les serpents, capables de produire ce type d’ondulations mais dans un plan horizontal). Un Mammifère avec un long cou, un rachis élastique et une queue, ne peut faire apparaître que 2 arches à la surface de l’eau : une dorsale et une caudale. Des nodosités ou des réserves de graisse, comme chez le chameau, pourraient justifier éventuellement la présence d’autres bosses. Probablement, la nage du Cadborosaure est un compromis entre celle d’un Cétacé et celle d’un Sirénien d’une part et celle d’un Pinnipède et d’un Mustélidé (Loutre) d’autre part : ainsi elle est semblable aux premiers à cause des caractéristiques propulsives, exprimées par une queue semblable à celle d’un poisson, large, puissante, étalée dans le plan horizontal, et par ailleurs semblable aux seconds à cause des caractéristiques acrobatiques, exprimées par un rachis très flexible (qui s’oppose à la colonne vertébrale rigide des Cétacés) et par un cou long et élastique.

Habitat Pour définir l’habitat de ce cryptide, LEBLOND et BOUSFIELD ont séparé les observations qui se sont produites pendant la période froide et celles qui ont eu lieu pendant la période chaude. Dans un premier temps, ils avaient rangé les observations par saison, mais ne s’en était pas dégagé de rapport entre l’activité du cryptide et la période de l’année. Cependant, les variations climatiques ne sont pas toujours synchronisées avec le changement des saisons : le temps est imprévisible, à cause de l’effet de différences régionales (qui sont très fortes à la latitude de Vancouver) et des différences globales. Les deux chercheurs ont revu les données et en sont arrivés à formuler moins d’impact saisonnier et plus de distribution climatique. Donc ils se sont rendu compte que l’on pouvait sudiviser les 162 observations étudiées comme suit : • 101 ont eu lieu pendant les périodes froides; • 64 ont eu lieu pendant les périodes chaudes; • 17 ne pouvaient pas être datées. Il se pourrait donc que le Cadborosaurus fréquente les côtes de Vancouver de préférence pendant les périodes froides. Nous pouvons supposer que le Cadborosaure est adapté à vivre dans des eaux dont la température est de préférence basse. J’ignore les raisons de cette adaptation (thermorégulation ? Disponibilité de la nourriture ?) Il y a deux façons d’envisager le rapport qui existe entre le froid et les observations : • le cryptide vit habituellement dans les endroits dans lesquels on l’a aperçu et il les quitte quand les eaux se réchauffent; 74– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

• le cryptide vit habituellement dans des eaux plus froides : il atteint les zones où il est observé quand les eaux où il vit d’ordinaire deviennent glaciales. Nous devons arriver à comprendre, quelle que soit la réponse correcte, où Caddy vit pendant la période pendant laquelle il n’est pas observé. Probablement le Cadborosaurus rejoint des régions relativement (et raisonnablement) proches de Vancouver et, évidemment, plus froides. Après avoir jeté un coup d’œil sur une carte, un choix s’impose : l’Océan Pacifique Nord, entre le Golfe de l’Alaska et la Mer de Béring (Figure 3).

Figure 3 : Mer de Béring (source : Internet)

Même si cette hypothèse devait être soutenue par des témoignages, cela resterait juste une supposition, sans aucune valeur si elle ne vient à être confirmée par autre élément. La présence éventuelle à cet endroit d’un cryptide ressemblant au Cadborosaurus ajouterait de l’eau au moulin de cette hypothèse. En 1965, après la publication du livre «Le Grand-Serpent-de-Mer : le problème zoologique et sa solution», le zoologiste Bernard HEUVELMANS a dessiné le portrait-robot de neuf créatures aquatiques différentes, toujours inconnues de la science officielle. Parmi celles-ci, il y avait une sorte de pinnipède très spécialisé, que l’auteur appelle «le Cheval marin» et auquel il donne le nom scientifique de Halshippus olaimagni. HEUVELMANS a énuméré plus de 70 observations de cette créature, principalement dans les eaux froides de l’Océan Atlantique Nord et du Pacifique Nord. L’auteur le décrit comme un animal à la peau sombre, luisante et au cou modérément long , avec une sorte de crinière, et des moustaches sur les joues. La tête ressemble à celle d’un cheval, avec de très grands yeux et de grandes narines. La queue est triangulaire avec une encoche, plate dans le sens horizontal, le corps ressemblerait apparemment à celui des phoques. Il se déplacerait en ondulations verticales, caractéristique des Mammifères. Un deuxième «monstre marin» est également présent dans les mêmes eaux, d’après des observations et la tradition orale des indigènes. Ce serait un animal marin très agressif, dont on aperçoit parfois la tête et le cou. Il émerge de 2-3 m audessus de la surface de l’eau et sa tête et son cou ressemblent à ceux d’un serpent. Les indigènes l’accusent d’attaquer les bateaux. Dans la zone du Détroit de Béring, on le représente avec une tête rappelant celle de LES ACTES DU COLLOQUE 2010–75

l’alligator, un corps long et mince et six membres. Sur la partie postérieure de la tête il aurait deux petites cornes pointues. Il est appelé Pal Rai Yuk par les habitants de Nunivak Island (Figure 4) et Tizheruk sur Kin Island. Deux cryptides, avec les caractéristiques semblables à ceux de Cadborosaurus, sont observés dans l’Océan Pacifique Nord, avec, probablement, la possibilité de passer clandestinement dans l’Atlantique nord. Pour ces raisons, je peux affirmer que le Cadborosaurus vit dans l’Océan Pacifique Nord.

Figure 4. Pal Rai Yuk, dessin tribal (source : Lorenzo Rossi)

Les observations de Caddy dans les eaux de Baie de Cadboro sont fréquentes... en tenant compte que nous avons affaire à un cryptide. En effet, si cela avait été une espèce connue, les observations auraient été jugées comme très sporadiques. En outre, il est évident que l’anthropisation dans la région de Vancouver, le premier lieu d’observation, y est bien plus importante, si l’on compare avec celle des Iles Aléoutiennes et de l’Alaska, seconde zone d’observation. De ce point de vue, il est probable que Cadborosaurus willsi soit une espèce étrangère à la Baie Cadboro, qu’il la fréquente sporadiquement, la traversant peut-être pour des raisons inconnues. Par contre, il est probable que Caddy et ses semblables passent la plus grande partie de leur vie (pour bon nombre d’individus, toute leur vie) dans la Mer de Béring, ou plus généralement dans le Pacifique Nord, loin de tout dérangement, en raison du peu de présence humaine ou de sa totale absence en ces lieux (ce qui expliquerait aussi la rareté des témoignages).

Notes Si l’on s’en réfère aux témoignages, Caddy serait apparemment un animal aux habitudes solitaires. Mais, en supposant que la population principale est basée ailleurs, nous ne pouvons pas garantir totalement ce que nous avons écrit ci-dessus : il n’est pas rare dans la Nature que les individus d’espèces grégaires se séparent du groupe et émigrent vers un autre endroit. Des causes environnementales, telles la rareté de la nourriture, des périodes climatiques défavorables 76– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

et autres, pourraient aussi provoquer l’abandon de leur propre groupe. Je ne peux pas établir avec une rigueur épistémologique pertinente, au travers des données livrées par les témoins, si le Cadborosaurus appartient à une espèce aux moeurs sociales ou pas.

C) attributions officielles et questionnements Après avoir brossé le portrait-robot de ce cryptide nous devons maintenant le mettre dans un contexte taxonomical, et voir à quelle espèce d’animaux il pourrait appartenir. Tout d’abord, les caractéristiques de caddy sont si particuières, que nous pouvons exclure l’observations concernant des individus anormaux appartenant à des espèces connues. Aucune cause ontogénétique ne peut différencier le Cadborosaurus de par sa morphologie d’un véritable Mammifère marin. Au sujet des Mammifères et des Reptiles fossiles, il n’y a aucun problème : attribuer à ce cryptide le statut d’un individu muté d’une espèce disparue implique la présupposition que l’espèce n’ait pas réellement disparue, avec des répercussions évidentes sur la plausibilité (en terme de probabilité) de cette hypothèse. Il est donc évident que le cryptide en question appartient à une espèce inconnue. En attendant sa reconnaissance officielle (ce qui ne sera probablement pas pour bientôt), nous allons essayer dans ce travail de fournir un éclairage sur ce qu’il pourrait être. Un pinnipède Heuvelmans fut le premier à émettre l’hypothèse de l’existence d’un énorme pinnipède ressemblant à un serpent au museau équin : il l’a nommé le Cheval-marin, Halshippus olaimagni, sujet dont j’ai déjà traité dans la partie consacrée à l’habitat du cryptide en question. En ayant émis l’idée que les observations du Cheval-marin et de Caddy relevaient d’un même cryptide, on légitimise ainsi l’hypothèse que Caddy est un pinnipède. Je crois que c’est très improbable. Je ne réfute pas que beaucoup des caractéristiques morpho-éthologiques de notre cryptide s’accordent tout à fait avec ceux des lions-de-mer, notamment. Cependant, je reste très perplexe, pour des raisons de nature épistatique, sur tous les arguments qui soutiennent cette identification. Les Pinnipèdes n’ont pas de longue queue : leur corps fusiforme se termine par une queue très courte. Donc, nous devrions modifier la morphologie de Caddy, en définissant la nageoire caudale comme étant formée par les pattes postérieures d’un macro-pinnipède hypothétique. LEBLOND et BOUSFIELD, dans leur livre «Cadborosaurus, survivant des profondeurs», soutiennent cette hypothèse, même s’ils ne relient pas ce cryptide à un membre de la famille des pinnipèdes. Cependant, je ne suis pas sûr qu’une telle extension extrême du corps d’un Mammifère, de la ceinture scapulaire à la pelvienne (Caddy ressemble à serpent), soit possible et, si c’était le cas, il serait une exception dans l’évolution. Les raisons sont les suivantes : • L’obtention d’une telle morphologie provoquerait la redistribution des organes intérieurs sur toute la longueur de l’animal, avec des modifications radicales de leur forme et des rapports dimensionnels entre eux. Cela provoquerait de grands dysfonctionnements : les poumons, par exemple, seraient trop peu ou extrêmement longs, LES ACTES DU COLLOQUE 2010–77

comme une massue, dans une poitrine cylindrique, peu extensible et au diaphragme amoindri.

• Beaucoup de muscles du tronc seraient rectangulaires à l’extrême, comme dans une ossature où l’élément vertical (les côtes) manquerait pour leur plus grande part sur la longueur de l’animal (les mammifères n’ont pas de côtes ventrales), ce qui provoquerait une faiblesse structurelle, une fragilité qui ne lui permettrait pas ses prouesses natatoires. • La ceinture postérieure serait placée très loin de l’encéphale, ce qui provoquerait des retards sérieux dans la transmission des impulsions nerveuses volontaires, avec de plus un énorme dysfonctionnement moteur dans la coordination de ses mouvements. Comme pour le point précédent, de tels caractèristiques ne correspondent pas à ce que nous savons de la façon de nager de Caddy. Même en admettant que je me trompe, que la Sélection Naturelle ait pu forger un tel pinnipède, je me demande où sont les traces fossiles qui correspondent au chemin évolutif qu’il aurait suivi ? Les modifications morphologiques qui se sont produites auront dû être nombreuses et très profondes : donc j’en conclus que les transformations ont été le résultat de phénomènes générés par une macro-évolution et non une micro-évolution : la théorie de l’équilibre jalonné de Gould, qui explique les nombreuses «pages blanches» dans les dossiers paléontologiques, ne peut pas être applicable, dans ce cas-ci. C’est-à-dire que le mécanisme de l’évolution aurait dû s’étendre sur une longue période et, par conséquent, devrait avoir laissé quelques traces. Quelqu’un pourrait soutenir que les serpents ont une morphologie très semblable à celle du cadborosaurus et que cette morphologie n’est pas simplement très efficace, mais que c’est aussi un gigantesque succès de l’évolution. Mais les serpents sont des Reptiles, pas des Mammifères. Par exemple, les Reptiles sont des animaux hétérothermique et ont des besoins faibles en oxygène. Beaucoup d’espèces ont un appareil respiratoire primitif, qui permet seulement une succession de mouvements respiratoires, séparés entre eux par de longues apnées. Chez tous, il manque un diaphragme et le mouvement des viscères aident à la respiration, surtout un foie imposant. Les Rynchocéphales (ou tuataras) sont obligés de pomper l’air à l’intérieur des poumons (celui-ci ne peut s’y fixer) parce que ceux-ci ne réussissent pratiquement pas à assumer l’oxygénation du sang. Leurs poumons ont en moyenne moins de tissu parenchymateux que ceux des Mammifères. Chez les serpents, le sternum fait défaut. Les familles les plus évoluées (Colubridés, Vipéridés, Elaphidés, etc.) n’ont qu’un poumon droit. Que, en ce qui concerne la force structurelle de la morphologie du serpent : les Ophidiens ont des côtes tout le long de leur corps, ce qui leur procure plus de solidité que chez les Mammifères qui, ne possèdent pas de côtes ventrales. Tout bien réfléchi, je crois que la morphologie qui doit être assignée à ce cryptide est une «longue queue» que l’on doit catégoriquement préférer à une «queue courte ou absente». La première morphologie, redondante chez les Mammifères marins, a l’avantage qu’elle ne modifie pas les organes internes dans leur forme ou dans le rapport des dimensions les uns par rapport aux autres. De plus, la queue est massive dans toute sa longueur. La poitrine et l’abdomen sont creux. L’abdomen ne possède aucune charpente osseuse. Pour toutes les raisons évoquées plus haut, je doute que le Cadborosaure soit un pinnipède. Un Archaeocète Il y a environ 40 millions d’années, un Cétacé gigantesque a nagé dans les océans : le Zeuglodon 78– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

cetoides, aussi connu sous le nom de Basilosaure (Figure 5). Le nom générique montre qu’il s’agit un fossile. Lors de sa découverte en 1834, l’Américain Harlan, à cause de la longueur de son squelette serpentiforme, le classa parmi les Reptiles (Basilosaurus : le roi des lézards). Le Zeuglodon, un Archéocète, était caractérisé par des dents coniques ainsi que par des narines placées vers l’avant du crâne et ouvertes vers le haut, l’os maxillaire n’avait pas encore été «repoussé» contre l’os frontal. Les membres antérieurs s’étaient déjà transformés en de fortes nageoires et les membres postérieurs étaient rudimentaires : la ceinture pelvienne était fortement réduite, comme chez les Cétacés actuels. Le corps de ces animaux était très long et flexible, à cause du grand nombre de longues vertèbres; il se terminait par une queue bilobée, à l’horizontale, semblable à celle des baleines, mais pas très large ni puissante. De ce fait, les Archéocètes vivaient probablement en surface et ne s’aventuraient que rarement en eaux profondes. Le premier chercheur qui a rapproché Caddy (et d’autres «serpents marins») du Zeuglodon (ou à un de ses descendants) fut le biologiste Roy Mackal. Le portrait-robot du Basilosaure semble correspondre tout à fait à celui de Caddy, à l’exception du long cou et de la tête équine, qui ne sont pas typiques des Cétacés. Les Archéocètes sont des Cétacés très anciens : si l’on fait un parallélisme entre Cétacés et Ichthyosaures, le dauphin serait l’Ophthalmosaurus et le Zeuglodon le Besanosaurus... Ce sont des baleines imparfaites qui possédaient une denture hétérodontiale (aux dents dissemblables et spécialisées), comme leur ancêtre Condilatra (un carnivore dominant), et des vertèbres cervicales qui ne sont pas encore soudées (elles ne pouvaient tourner latéralement le cou). Cet énorme mangeur de viande, occupant la niche écologique des Pliosaures, n’avait ni les particularités évolutives des Mysticètes (les baleines à fanons, en général, profondément adaptées à un régime à base de plancton), ni encore celle des Odontocètes (le sonar). D’après ces éléments, que Caddy soit un descendant aberrant du Zeuglodon, qui aurait évolué comme une réponse à la pression sélective des Cétacés modernes, serait une hypothèse admissible (et intéressante).

Figure 5 : représentations graphiques d’un Zeuglodon (source : Internet)

Mais cependant, il y a un fait qui réfute cette idée et qui ne peut pas être transcendé. Les Archéocètes ont peuplé les mers pendant des millions d’années : de l’Éocène au Miocène supérieur. Puis ils ont été remplacés par les Cétacés modernes : beaucoup de fossiles de différentes espèces d’Archéocètes ont été trouvés lors de nombreuses expéditions de fouilles, en une quantité qui décrit très bien leur succès et leur déclin. Et pourtant, aucun os d’un des sous-ordres n’a jamais été trouvé dans les strates plus récentes que quelque 20 millions d’années.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–79

De ce point de vue,si l’on veut identifier Caddy à un Archéocètes aberrant il faudrait qu’un sous-ordre ait survécu dans «le secret» le plus total (en termes de paléontologie) au sein des écosystèmes marins qui se sont succédés ces 20 derniers millions d’années. À mon opinion, c’est trop improbable : l’hypothèse n’est pas valide scientifiquement. On pourrait faire valoir qu’un exemplaire de Latimeria, le représentant d’un taxon qui avait été considéré comme éteint depuis un temps immémorial, a été capturé vivant en 1938. Ce Crossoptérygien a des habitudes abyssales qui l’ont caché aux yeux de la Science (mais pas à ceux des habitants des îles Comore) pendant longtemps. Aucun fossile de ce taxon susmentionné, plus récent que 70 millions d’années, n’a jamais été découvert : en effet Latimeria a survécu dans une discrétion totale. Cependant, la science est la science quand elle est (aussi) soutenue par des évidences statistiques... Donc personne ne doit être étonné quand une exception ne réécrit pas de nouvelles règles scientifiques. Au contraire, elle les confirme. Pour toutes ces raisons dont je viens débattre, je doute que le Cadborosaure puisse être un descendant aberrant d’Archéocètes. Une espèce inconnue de Reptile En 1995 LEBLOND et BOUSFIELD, après de nombreuses années de travail de terrain, ont rassemblé les résultats de leurs recherches dans le livre susmentionné «Cadborosaurus willsi, Survivor of the Deep» et dans un article scientifique publié dans «Amphipacifica », revue de Biologie Systématique. Dans leurs études, ils identifient Caddy à une espèce de Reptile aquatique, toujours inconnue de la science. Ils soutiennent que, jusqu’aux traits généraux de la tête ainsi que les deux paires de nageoires et la queue, la morphologie de Caddy n’est pas fort différente de celle des Plésiosaures, de grands Reptiles aquatiques de l’ère Mésozoïque. Les caractérisitiques de la nageoire postérieure de ces animaux pourraient se rapprocher d’une queue pendant la nage, pour former un grand appendice terminal, tel une queue ornithomorphique. Bien : beaucoup d’observations de Caddy décriraient en effet une queue de moineau. D’autre part, la théorie de LEBLOND et de BOUSFIELD présente d’autres points obscurs : une incongruité sérieuse qui ne correspond pas à l’hypothèse du reptile marin. Le phénomène d’évolution convergente a produit des Reptiles aquatiques, les Ichthyosaures, dans de nombreux cas très semblables aux dauphins (par exemple : Stenopterygius quadriscissus). Mais la queue des Ichthyosaures s’est comprimée à la verticale, comme celle des poissons et d’autres Reptiles. En excluant l’oiseau, qui a subi des modifications du squelette (de même qu’une certaine rigidité) pour s’adapter au vol, toutes les autres classes de Vertébrés expriment de préférence un mouvement de flexion de la colonne vertébrale sur l’axe anatomique facial (aussi appelé dorso-ventral)... ... Avec une exception : les Mammifères. Ceux-ci adoptent un mouvement de flexion de la colonne vertébrale sur l’axe sagittal. Les Ichthyosaure avait une queue aplatie verticalement parce que le battement propulsif était porté sur le plan horizontal : il glissait pratiquement dans l’eau. Les baleines ont une queue horizontalement plate parce que le battement propulsif se fait dans l’axe 80– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

vertical : elles galopent pratiquement dans l’eau. Note : il est connu que le Cadborosaure possède une queue horizontalement plate comme les Mammifères. En outre, en cohérence avec cette donnée, les anneaux du corps du cryptide, en témoignent beaucoup d’observations, sont verticales : c’est-à-dire ils sont exactement orthogonaux, ce qui ne peut être comparé avec un hypothétique Reptile aquatique serpentiforme (ou avec les serpents eux-mêmes). En essayant d’expliquer par l’hypothèse reptilienne la morphologie posturale de Caddy, les Drs LEBLOND et BOUSFIELD ont émis l’hypothèse d’une évolution aberrante d’un sous-ordre de crocodiles du Jurassique : Metrionichidae mesosuchia (Figure 6).

Représentation graphique du crocodile Metrionichidae ( source : Internet )

Mesosuchia présentait des caractères de primitifs si on le compare aux crocodiles modernes, Eusuchia. En même temps (et paradoxalement), 4 des 16 familles du sous-ordre (y compris Metrionichidae) ont aussi développé une importante adaptation à la vie pélagique. • leurs membres se sont transformés en nageoires, présentant un hyperphalangisme, comme chez les Cétacés. • Leur forme était très hydrodynamique, plus que celle des crocodiles actuels. • Beaucoup d’espèces (y compris Metrionychus, cité par LEBLOND et BOUSFIELD) ne montraient pas de plaques dorsales, typiques de beaucoup de crocodiles actuels, mais inutiles dans la mer. • Ils avaient une nageoire caudale très semblable à celle d’un poisson, qui pouvait produire des coups latéraux violents, pour assurer une grande vitesse sous l’eau. La partie terminale de la queue était constituée d’une portion de la colonne vertébrale, qui se courbait vers le bas sous un grand angle : cette caractéristique était typique d’Ichthyosaures tels que Mixosaurus ou Ichthyosaurus. En raison des caractérisitques morphologiques des Metrionichidés, la théorie qui soutient qu’ils se propulsaient par des mouvements verticaux, comme les Mammifères, doit être rejetée. Les très fortes analogies avec les Ichthyosaures, surtout concernant la nageoire caudale verticale, ne laissent pas de doutes. Il est probable que ces Reptiles étaient capables d’arquer leur dos, mais rien de plus. Finalement, les Metrionichidés se sont éteints il y a 150 millions d’années, au Jurassique supérieur. Aussi dans ce cas-là, le doute que j’ai exprimé pour Zeuglodon reste valide, avec la circonstance aggravante que le «secret» paléontologique des Metrionichidés aurait duré au total 8 fois de temps plus que celui des Archéocètes. Il subsiste une deuxième grande question, concernant l’identification : Dans le pragraphe «Habitat du cryptide», j’ai proposé et ai débattu de l’hypothèse que Caddy soit originaire des eaux froides de l’Océan Pacifique Nord et qu’il vienne rarement nager dans la Baie de LES ACTES DU COLLOQUE 2010–81

Cadboro. Même si elles sont de quelques degrés plus chaudes, ces eaux (au large du Sud-ouest du Canada) sont également très froides... ... Principalement pour les animaux hétérothermiques, comme les Reptiles. Les seuls Reptiles aquatiques connus que l’on peut trouver à ces latitudes nordiques sont des tortues marines. Mais la forme des Chéloniens, compacte et solide, est capable de retenir la chaleur de leur corps, chaleur obtenue par le mouvement des muscles pendant la nage ou après une exposition au soleil. La physionomie du Cadborosaure diffère de celle des tortues, parce qu’il émet beaucoup de chaleur : le rapport entre la surface et le volume du corps est très élevé chez un animal qui ressemble à un serpent. Par conséquent, l’homéothermie inertielle est nulle. Ce n’est pas un élément recevable qu’un tel Reptile ait des chances de vivre à ces latitudes. Cependant, on ne peut exclure «a priori» la possibilité qu’une espèce de Reptile se fût adaptée à de telles eaux glaciales en ayant acquis l’homéothermie. Par exemple : au Permien (à la fin de l’ère Paléozoique) au sud de Pangée une énorme glaciation s’est produite. Tous les Reptiles se sont adaptés au nouveau climat, en adoptant une protection semblable à la fourrure des mammifères et, probablement, en devenant homéothermiques. Je dois souligner que ces animaux étaient exclusivement terrestres et non marins. Les liquides dispersent la chaleur beaucoup plus vite que les gaz, donc ils auraient eu besoin d’une adaptation plus affinée aux températures basses qu’une homéothermie rudimentaire, pour survivre dans les mers froides. La probabilité qu’un Reptile homéothermique, capable de vivre dans les eaux à 5 ° C et ayant la forme d’un serpent, parcourent les mers circumarctiques est donc nulle. Pour ces raisons, j’exclus que Cadborosaure puisse être un Reptile marin.

D) Ma suggestion Selon quoi il a été lu (et réfuté) dans le chapitre précédent que Caddy ait pu être une illusion d’optique à répétition, même si elle paraît très réaliste. En raison des centaines des observations vérifiées, nous sommes sûrs que ce n’est pas la solution. Donc de quelle sorte d’animal parlons-nous ? Les hypothèses classiques considèrent trois grands groupes d’animaux marins : Pinnipèdes, Cétacés et, les Reptiles fossiles spécifiquement pélagiques. Toutes ces espèces animales ont développé une très grande adaptation à la vie aquatique. Seuls quelques groupes demeurent hors de la liste des hypothèses envisagées : tout d’abord, les Siréniens. Voici ce que l’on peut trouver sur le Site Internet de l’université de Naples : [...] Les Siréniens sont un groupe d’Ongulés hautement adapté à la vie aquatique. Ils n’ont aucun rapport avec les Cétacés, très semblables à eux en raison du phénomène évolutionnaire classique. Ils ont le corps fusiforme et les membres antérieurs se sont changés en nageoires; les membres postérieurs sont absents. La queue s’est transformée en une nageoire horizontale plate. La peau, très épaisse, est glabre chez l’adulte. Les narines sont placées en arrière de la tête et le museau possède de grandes lèvres charnues présentant les poils sensoriels courts. Le système auditif est très développée, même si les pavillons y sont absents. 82– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Les Siréniens sont les seuls Mammifères herbivores aquatiques. Ils vivent dans les eaux peu profondes, très riches en végétation aquatique, telles que les estuaires des grands fleuves tropicaux, les côtes marines, les lagunes d’eau saumâtre. Discrets et doux, les Siréniens sont en fait menacés d’extinction, à cause de la chasse pour leur viande et leur graisse dont on tire de l’huile. Peu de genres vivants sont divisés en deux espèces : les Dugongidés et les Trichéchidés. L’unique espèce en vie du premier groupe est le dugong (la Figure 7) qui est un animal exclusivement marin et vit le long des côtes de l’Océan Indien et d’Océanie. La deuxième famille est constituée des espèces de lamantins, qui vivent dans les fleuves et les lagunes du sud des États-Unis, du centre de l’Amérique du Sud et de l’Afrique de l’Ouest [...] Certains indices suggèreraient que le Cadborosaurus pourrait être un Sirénien. Or une analyse superficielle montre que la morphologie et les habitudes alimentaires des Siréniens vont à l’encontre de cette hypothèse. En premier lieu, ils ont de très petits yeux, très différents de ceux décrits chez Caddy : grands et ovodes. Même le cou, court et gros, est antithétique de celui de Caddy. A cause de la présence de fortes lèvres, le museau des Siréniens est très différent de celui de Caddy. Et enfin, leur régime : les Siréniens sont les seuls Mammifères aquatiques herbivores. Proches des Proboscidiens, ils y sont fidèles depuis leur origine comme les ongulés terrestres,. Ils ont un intestin spécialisé pour manger des végétaux (essentiellement des plantes aquatiques et des algues) dont la longueur est de 45 mètres, pour pouvoir assimiler totalement la matière ingérée, plus de 30 kilos par jour. Le Cadborosaure est carnivore... Cependant, la biologie de l’évolution nous apprend à ne pas nous arrêter aux apparences : un Ichthyosaure est plus proche d’un bar que d’un dauphin... Après avoir comparé sous ce point de vue des Sirènes et le Cadborosaure, nous nous rendons compte que les deux morphologies sont autant différentes qu’on peut l’être. Nous apprenons que deux familles de Sirène existent : les Trichechidés et les Dugongidés. La première question que nous devons nous poser est que si le Cadborosaure est une sirène, de quelle famille est-il le plus proche ? En raison de la présence commune d’une nageoire caudale, nous serions tentés de croire qu’il est plus proche des Dugongidés : comme lui, le dugong possède une queue bilobée et une nageoire cochée. A l’inverse, la queue des lamantins est ovale. Il est certain que les lamantins dérivent des dugongs. Donc dans l’hypothèse où Caddy serait un lamantin, sa nageoire caudale, initialement bilobée, aurait du devenir ovale (du dugong au lamantin) et redevenir bilobée par la suite (en somme, du lamantin à Caddy). Je crois que c’est très improbable. En suivant ce raisonnement, un autre indice pourrait soutenir l’affinité susmentionnée.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–83

Figure 7 : représentation graphique d’un dugong (source : Internet)

** * Après une analyse minutieuse de la morphologie des deux types de siréniens, en supposant que Caddy dérive du dugong, la raison de cette transformation est sans équivoque l’abandon d’un régime herbivore pour un régime carnivore. Aucun changement pertinent n’a d’autre cause que cette dernière et nous amène donc vers l’idée d’une Sirène carnivore : • Un animal carnivore aquatique a surtout besoin d’une bonne vue : c’est pour cette raison que le très petit oeil des Siréniens aurait augmenté de dimension. Donc, l’augmentation du globe oculaire aurait eu pour objectif d’améliorer l‘acuité visuelle, déjà en outre très efficace : la rétine des dugongs est capable de leur procurer une bonne vue même en cas de luminosité faible. Cette évolution aurait été progressive et pas une modification subite et rapide. • Un prédateur actif et aquatique doit être capable de nager très vite, de rivaliser avec ses proies. Nous avons dit que Caddy était très rapide, capable d’utiliser un corps extrêmement hydrodynamique et un appareil propulseur puissant. Il est raisonnable d’admettre que la forme du corps de Caddy peut dériver de celui du dugong : même si le cou est court et ramassé, le dugong a un corps fusiforme, très hydrodynamique et un appareil locomoteur qui lui permet de nager jusqu’à 25 km/h. C’est partiellement en raison de ses habitudes pélagiques qu’il diffère du lamantin beaucoup plus lent. • Le cou de Caddy est très long. Un carnivore potentiel est privilégié dans sa vitesse s’il possède un long cou. Le Plésiosaure, le Tanystropheus fossile, beaucoup d’oiseaux aquatiques et les lions de mer utilisent (ou ont utilisé) cette caractéristique comme une très puissante arme pour la pêche. Les vertèbres cervicales de Siréniens diffèrent de ceux de Cétacés modernes : elles n’ont pas fusionnées ensemble ce qui donne à ces animaux une certaine mobilité de la tête. Cela aurait permis leur accroissement et l’extension des muscles de cou, avec les avantages fonctionnels que nous avons exposés à plusieurs reprises ici. Notons que les lamantins sont les seuls Mammifères a posséder 6 vertèbres cervicales. Les Dugongs en ont 7, aussi bien que tous les autres animaux. Ce qui nous pousse à préférer les Dugongs, plutôt que les Trichéchidés en ce qui concerne l’ascendance de Caddy. • le crâne est long et concorde donc avec les particularités morpho-fonctionnelles décrites chez Caddy. À première vue, cette caractérisitiques semblerait de nouveau très différente de celle que l’on voit chez les Dugongidés. J’ai essayé de représenter graphiquement un crâne «cadborosaurien», en fonction de ce qui est connu 84– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

du cryptide (la morphologie et les habitudes). Je l’ai commencé en prenant : o Un dessin quelconque d’un crâne de dugong, dans différentes postures, o Les photos de Naden Harbor (G.V. Boorman, 1937). J’ai limité mon intervention créatrice aux deux présuppositions suivantes : o j’ai effectué les modifications les plus restreintes possibles dans la morphologie crânienne du dugong : uniquement celles qui étaient absolument nécessaires. o j’ai n’exécuté que les modifications pouvant expliquer le passage de l’herbivore au carnivore. Le résultat se trouve en Figure 8.

Figure 8 : comparaison entre le crâne d’un dugong et la représentation graphique du crâne d’un Cadborosaurus (source de la photo : Internet; dessin de la source : Pasquale Saggese)

Les seules modifications principales qui sont mises en lumière par la comparaison entre les deux images sont liées à l’orbite (plus grande) et au museau. Le passage de la forme ramassée du crâne du dugong au museau pointu de Caddy n’a exigé que : • La rotation de presque 90° du rostre court et plat : cela fait, il n’a pas été nécessaire de trop modifier le rapport dimensionnel entre splanchnocranium et neurocranium. Il est clair, en examinant la carcasse de Naden Harbor, que le museau plonge fort vers le bas, un peu plus que la moitié de sa longueur totale. C’est cohérent avec la morphologie du crâne du dugong, qui montre la même caractéristique, mais accentuée. • Le fait de changer les dimensions des mâchoires. Les Dugongidés ont un système de mastication très puissant, comme les éléphants, qui en sont de proches parents. D’autre part, un animal carnivore n’a pas besoin de fortes mâchoires, à moins qu’il ne chasse que de très grands animaux. C’est le cas des lions qui utilisent leurs mâchoires pour fortement immobiliser le cou des zèbres et des buffles qui sont des proies ont avec peau épaisse et des muscles puissants. Selon moi, ce n’est pas le cas du Cadborosaurus qui, je suppose, chasse de petites proies. D’autre part, ce cryptide étant très grand, même un phoque de 3 mètres de long peut être estimé comme «assez petit». Si on voulait comparer Caddy à un prédateur terrestre, on choisirait un guépard. De ce point de vue, je pense que les mâchoires de Caddy ne sont pas particulièrement fortes. Ce dont il résulterait que les mandibules maxillaires soient tranchantes et les muscles de taille réduite. En tenant compte de ce qui a été dit plus haut, on en arrive à une tête dont la forme est étonnamment semblable à celle décrite par les observations, de même que les lèvres du Sirènien, utiles pour arracher des végétaux au fond de l’eau, aurait perdu du coup son utilité et a donc disparu. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–85

La denture des Dugongidés est constituée principalement de grandes molaires, qui sont remplacées une fois usées par les dents qui poussent en-dessous, comme chez les éléphants. Elles ont des couronnes basses et plates : c’est une des conséquences de son adaptation au régime herbivore, de même que beaucoup d’autres caractéristiques du splanchnocranium. On notera ici que quelques formes fossiles sont dépourvues de dents. Je me demande sur quel terrain je peux soutenir les habitudes prédatrices de Caddy, après m’être retrouvé devant cette évidence. La difficulté, en d’autres termes, est de comprendre comment un animal auquel les dents antérieures font défaut parvient à attraper une quelconque proie,. On sait que les mâles de dugong de plus de 12 ans possèdent deux ou trois longues incisives sur la mâchoire supérieure (Figure 9). Cette caractéristique se retrouve quelquefois chez les femelles aussi et elle a probablement la même fonction que les défenses du morse (qui, cependant, ne sont pas des incisives mais des canines). Nous sommes amenés à croire qu’elles sont la réponse à la question susmentionnée. Figure 9 :Incisive de dugong (source : Internet)

En admettant même que Caddy soit un descendant du dugong, je ne crois pas que seules les deux incisives supérieures puissent garantir une forte morsure, suffisante pour perforer ses proies : même après une adaptation hypothétique de ce trait, une morsure

victorieuse n’est pas possible. Encore une fois, une particularité que l’on retrouve chez les Dugongidés nous y aidera. Ces animaux possèdent des plaques cornées au niveau de la mandibule et sur le palais. De telles structures ont une double fonction : mâcher, fonction propre aux molaires, et arracher, fonction dévolue à la lèvre. On me permettra de supposer que le réajustement du splanchnocranium a aussi affecté les plaques cornées, peut-être les bords tranchants et dentelés ont-ils été modifiés. L’avantage, dans un contexte d’adaptation à la prédation, serait énorme : pas uniquemnent au niveau de l’ensemble de la denture, mais des nombreuses lames cornées, en ayant développé des dents ayant développé les mêmes caractéristiques sur le palais et sur les mâchoires. Dans la Nature, des exemples analogues existent. Le plus emblématique d’entre eux concerne un autre groupe de mammifères marins : les Cétacés mysticètes. Les dents leur font défaut et à la place ils ont développé des fanons, structures cornées en forme de lames, qui sont disposés en groupe et qui pendent du palais. Chaque fanon a la forme d’un triangle à angle droit, du côté le plus long, faisant face à la cavité buccale, il est bordé de grands filaments. L’entièreté des bords des fanons crée un système de filtration, essentiel au régime particulier des Mysticètes qui se nourrissent de micro-organismes en suspension dans l’eau.

Pour pouvoir déterminer le développement évolutif qui a mené à rendre plausible l’évolution d’un dugondidé en un Cadborosaure, je dois découvrir si un animal, tant adapté à un régime végétarien strict, pourrait s’être transformé en une espèce carnivore, ou omnivore, fortement adaptée à la chasse. D’un point de vue strictment physiologique, un herbivore spécialisé peut métaboliser de de la viande : 86– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

on sait que l’on a intégré des farines animales dans le fourrage des vaches, farine produites a partir de restes d’autres animaux. On a gardé en mémoire l’encéphalopathie spongiforme bovine, une affection prionique, transmise aux troupeaux partout dans le monde par les farines animale uniquement, produites avec des animaux infectés. Après cet incident, beaucoup de pays ont interdit, au moins officiellement, cette sorte de fourrage dans les étables. Entre-temps, la maladie s’était transmise à notre espèce, en infectant et tuant des humains. D’une part donc, l’intestin des herbivores est capable de dégrader et d’assimiler des aliments très pauvres et indigestes, tel que la cellulose. D’autre part, l’existence d’organes adaptés pour dans ce but, telles que l’estomac, complexe chez les Ruminants, n’empêche pas des aliments plus digestibles d’être assimilés également. Le contraire n’est pas vrai : les carnivores, avec quelques rares exceptions , (par exemple, les ursidés ailurinés), ne réussissent pas à se nourrir d’herbe, en raison de leur intestin court. C’est vrai. Mais des carnivores existent (et ont existé) qui ont évolué vers des formes au régime alimentaire essentiellement herbivore ? Propleopus oscillans (la Figure 10) était un kangourou qui vécut du Pliocène au Pléistocène. Il appartenait à la famille des Potoroïdés, dont les espèces vivant à ces époques sont connues sous le nom de « kangourou-rat ». Ce sont des Marsupiaux très semblables aux Macropodidés, comme les wallabies et les kangourous actuels, mais montrant des traits plus plus primitifs. Les Potoroïdés avaient un appareil digestif qui, selon les espèces, pouvait être simple ou très hautement élaboré. Cependant, ces animaux avait un régime basé sur l’absorption d’herbe, de champignons, de graines et de végétaux tendres, avec à l’occasion l’un ou l’autre invertébré. Propleus oscillans était une sorte de kangourou- rat géant, atteignant 2 mètres de long pour un poids de 70 kilos (les dernières formes au Pleistocène étaient les plus grandes). Il était caractérisé par des dents longues et plates….Et il était carnivore. Très certainement, c’était un opportuniste qui saisissait toutes les occasions qui lui étaient offertes pour obtenir la plus grande partie de la viande qu’il consommait. D’autre part, il est probable que c’était un chasseur actif surtout d’Oiseaux, de petits Reptiles et de Mammifères. Mais, de ce qui vient d’être dit ci-dessus quels éléments peut-on appliqués au cas qui nous préoccupe ? Autrement dit, un Sirénien peut-il manger de la viande ? La réponse est oui : il est établi que les lamantins, mais surtout les dugongs, intègrent dans leur régime alimentaire des protéines animales. De temps en temps, ils les obtiennent de poissons morts; plus fréquemment, ils se nourrissent de mollusques et d’autres invertébrés, après les avoir capturés en retournant du sable avec leur mufle. Comme le Propleopus, le Cadborosaure, aurait évolué d’un ancêtre principalement herbivore, et aurait suivi une voie évolutive aberrante, aurait développé un instinct fade d’intégrer dans régime des protéines animales.

Figure 10 LES ACTES DU COLLOQUE 2010–87

Suite à ce qui a été exposé plus haut, il est probable que le Cadborosaurus soit à classer, ou est tout simplement issus de Dugongidés. Je suis sûr que cette hypothèse présente quelques points faibles. Pourtant, après avoir surmonté les obstacles initiaux, elle montre moins d’incohérences que les thèses les plus répandues. Chaque caractère acquis par Caddy doit sans doute provenir de la modification de quelque trait du Dugongidé ancestral, conséquence des lois de l’évolution: rien ne se crée, tout se transforme (la plume en écaille, la patte en nageoire). Caddy est un animal des eaux froides. Les Dugongs ne le sont pas : ils préfèrent des environnements côtiers et chauds. Nous pourrions ici nous demander si Mahomet a atteint la montagne ou si c’est la montagne qui est venue à Mahomet... C’est-à-dire : Cadborosaurus est-il un animal dont l’espèce est apparue sous un climat tropical et qui s’est par la suite adaptée aux eaux froides ? Ou est- ce que Cadborosaurus est un animal qui est apparu dans les régions au climat froid, un Dugongidé déjà adapté aux eaux froides ? Les îles d’Aléoutiennes en1742. Le zoologiste Georg Wilhelm Steller, embarqué comme médecin sur la deuxième expédition nordique de Vitus Bering, aperçoit un groupe d’énormes animaux herbivores Il venait de découvrir les vaches marines du Steller. 26 ans plus tard, le délire de domination humaine a poussé la population déjà exiguë, autrement dit ce qui restait de l’espèce elle-même, jusqu’à l’extinction. Selon les premières descriptions, Hydrodamalis gigas (Figure 11) était un énorme Dugongidé à la peau ridée, mesurant jusqu’à 10 mètres de long et pesant plus de 4 tonnes. Sa tête était plus petite et son corps était plus fusiforme que ceux des dugongs actuels. Au moment où la vache marine a été découverte, elle était déjà sur la route de l’extinction : la population aléoutienne était représentée par les derniers spécimens de l’espèce, espèce qui a dominé les eaux froides du Pacifique Nord durant tout le Pléistocène (environ 2 millions d’années) : du Japon à la Californie. C’était l‘espèce la plus évoluée de la sous-famille des «Hydrodamalinés» (le seul groupe de Siréniens qui s’est adapté aux eaux froides), descendante du Dusisiren jordani (en passant par les dugongs aliteriinés), qui vécut au Miocène tardif, il y a environ 10 millions d’années.. À la fin de cette époque, une baisse graduelle de la température globale s’est produite ce qui a entrainé l’apparition d’espèces géantes, et pas seulement chez les Siréniens : l’augmentation de la masse corporelle est utile dans ce cas parce qu’elle réduit la dissipation de la chaleur du corps, en raison du rapport moindre entre la surface et le volume. Dans un même temps le squelette des protovaches marines de Steller est devenu plus étroit alors que les os de Siréniens modernes sont solides, grands et lourds, comme ceux des formes Figure 11 : représentation de la vache marine d’un Steller (sourarchaïques. ce : Museo di Storia Naturale, Milan)

Le squelette des vaches marines du Steller 88– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

ne l’était donc pas : elles se nourrissaient de varech, à la surface des eaux. Elles n’avaient pas besoin de plonger et d’atteindre une grande profondeur, en chemin les Hydrodamalinés ont progressivement perdu du lest et sont devenus plus léger que l’eau. Le régime alimentaire basé sur le varech a mené à une transformation supplémentaire : le rostre frontal du splanchnocranium est devenu beaucoup moins incliné que celui des Dugongidés. Il s’est redressé progressivement. Le processus évolutif des dugongidésaliteriinés(paradoxalement plus similaires à la vie des Dugonginés, tant en ce qui concerne leur habitat que leur morphologie) qui mena à la vache marine du Steller fut très long : il a duré plus de 8 millions d’années et est très bien documenté par le nombre de fossiles trouvés. L’existence d’un tel animal nous amène à supposer que Caddy descendrait de la vache marine du Steller. Cette affirmation écarte l’hypothèse d’une filiation à partir d’un Dugonginé, chose peu probable pour les raisons suivantes : • Les dugongs sont des animaux plus petits que notre cryptide : ils se situent dans une fourchette de 2 à 3 mètres de long, pour un poids d’environ 200 kg. • le Dugong est adapté au climat chaud. • le Dugong a un squelette très lourd, ce qui ne convient pas à un prédateur rapide. L’évolution favorise les solutions faciles et est souvent opportuniste. De ce point de vue, la vache marine du Steller est le meilleur point de départ pour atteindre le cryptide, parce que le passage par sa morphologie à celui du cryptide implique un certain nombre de pas plus bas que les autres attributions possibles. Il est étonnant de voir combien d’étapes on a dû franchir pour passer du dugong à Caddy (l’augmentation des dimensions, l’adaptation aux eaux froides, l’allègement du squelette, le redressement du rostre frontale), étapes qui sont parties de la Dusisirène pour arriver à l’hydrodamaline moderne. ***** Il nous faut maintenant comprendre où et comment Cadborosaurus évolué à partir de la vache marine de Steller. L’absence totale de références paléontologiques qui nous indiqueraient une évolution dont le point de départ se trouverait être un hydrodamaliné ne nous permet pas de désigner celui-ci à coup sûr comme responsable de cette parenté en ce qui concerne le Cadborosaurus. Sans aucun doute cette espèce a vu le jour dans le Pacifique Nord, dans un endroit inconnu de la zone d’expansion de l’ancêtre Sirénien. A cause de ce manque de preuves nous ne pouvons pas aller plus avant. L’absence de preuves paléontologiques de l’évolution de Caddy ne peut à ce jour être expliquée, quelle qu’en soit son origine. En nous rappelant ce qui a été écrit dans la section «Un Pinnipède», une telle carence ne peut pas être justifiée par la théorie de l’équilibre ponctué : je crois que la transformation s’est bien produite, quel que soit le modèle que l’on choisit, officiel ou non, mais elle est trop profonde pour ne pas devoir y voir l’implication des lois de la macroévolution. Je ne vais pas m’avancer plus loin dans ce débat, mais je prétends uniquement que l’autre cause de l’absence de restes fossiles de ce cryptide est la jeunesse relative de l’espèce. LES ACTES DU COLLOQUE 2010–89

L’attribuer à «Hydrodamalis gigas» fonctionne très bien. C’est une «jeune» espèce elle-même, même si elle est déjà éteinte. Admettre que le Cadborosaurus a évolué de cette manière c’est devoir admettre qu’il a suivi un processus d’évolution fait très rapide, d’une durée tout au plus de 2 millions d’années. Il est très difficile de chronométrer le temps nécessaire à l’évolution : l’histoire de vie montre d’énormes accélérations, alternées par de très longues stagnations. De ce point de vue, je suis incapable de dire exactement le temps qu’il a fallu pour que physiologiquement l’on passe de la vache marine de Steller au Cadborosaurus. Concernant l’époque de cette évolution, et du mieux que je puisse être capable de faire vu l’absence totale de traces fossiles des origines de Caddy, je crois qu’il est raisonnable de supposer que Cadborosaurus Willsii a évolué pendant la deuxième moitié du Pléistocène.

E) Nomenclature et conclusions Le premier à avoir eu l’intuition qu’un Sirénien eût pu devenir carnivore est Roy Mackal. L’idée que Cadborosaurus puisse être un Sirénien provient de Bernard Heuvelmans qui a émis l’hypothèse qu’une population relique de Rhytines de Steller pourrait être la cause probable des observations de Caddy, ou au moins d’une partie d’entre elles. Pour cette raison, même si je m’éloigne un petit peu de l’idée du père de cryptozoologie, je crois que Cadborosaurus willsi peut être apparenté aux Siréniens. De ce fait, son nom doit être modifié. Le terme «Cadborosaurus» a été créé pour décrire ce qu’on a cru être à l’origine un grand serpent marin. Mais nous avons vu que la possibilité que ce cryptide soit effectivement un Reptile est très peu probable. Peu importe à quel groupe appartient Caddy, même si ce n’est pas une Sirène, il est sans conteste un membre de la Classe de Mammifères. Il est clair que le suffixe du nom est mal choisi : la traduction du terme grec (en réalité latin. Ndlr) «saurus» étant « lézard», vocable généralement utilisé dans la nomenclature pour désigner les Reptiles. Il y a de nombreux précédents importants. L’un d’entre eux a été exposé dans ce travail : le Zeuglodon. Les premiers fossiles avaient été attribués à un Reptile serpentiforme, appelé Basilosaurus. Après une analyse plus approfondie, la nature réelle de l’animal est apparue : c’était un Cétacé. Et son nom a été modifié. A la lumière du débat que nous venons d’ouvrir, je propose de changer le nom scientifique du Cadborosaurus willsi en le nom plus approprié de Cadborotherium willsi. La dernière sirène mystérieuse a été découvertee. Ulysse ne le prends pas mal, s’il te plaît...

90– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

Bibliographie Texte, livres et publications : LEBLOND, P.H. & BOUSFIELD, E.L. Cadborosaurus : Survivor From the Deep, Horsdal & Schubart EBERHART, G.M. Mysterious Creatures : a Guide to Cryptozoology, ABC-Clio VANNINI, E. Zoologia dei Vertebrati, UTET BENTON, M. J. Paleontologia dei Vertebrati, Franco Lucisano Editore DOMNING, D. P. Evolution of manatees : a speculative history, Journal of Paleontology 56(3):599-619 May 1982 Sites web : www.criptozoo.com ( the first Italian web site on cryptozoology ) www.musei.unina.it ( the website of the University of Naple ) www.unipv.it ( website of the University of Pavia )

Dessins : Pasquale SAGGESE

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–91

Biographie des conférenciers Michel RAYNAL Michel RAYNAL est né en 1955. Aprés des études supéireure en chimie-biologie-physique et un emploi dans un labo de biochimie-biologie, il entre à France Télécom. Passionné de cryptozoologie depuis l’âge de 20 ans, Michel RAYNAL a publié une quarantaine d’articles cryptozoologiques, aussi bien dans des revues grand public que dans des revues scientifiques. Délaissant les dossiers les plus emblématiques (serpent-de-mer, monstre du Loch Ness, etc.), Michel Raynal s’est plutôt spécialisé dans les cas les moins connus, comme l’oiseau mystérieux d’Hiva-Oa (îles Marquises), le «ver-intestin» du désert de Gobi, les cétacés inconnus de la science, etc... Il n’hésite pas non plus à remettre en cause certains des dossiers jusque là tenus pour solides.

Paul CROPPER Paul CROPPER est employé dans une importante compagnie australienne de communication et s’intéresse activement à l’industrie des communication depuis plus de 20 ans. Il est actif dans la recherche cryptozoologique depuis 1975. Avec Tony Healy, Paul est co-auteur de 2 ouvrages sur les animaux nonrépertoriés australiens: ‘Out of The Shadows’ et ‘The Yowie’. Il anime un site wab www.yowiefile.com

Pr. Léon BRENIG Né en 1946. le Pr. Léon BRENIG a enseigné jusqu’à sa retraite la Physique théorique à l’Université Libre de Bruxelles. Les Sciences de l’Homme et l’Astronomie sont ses autres centres d’intérêt.

Dr. Pasquale SAGGESE Pasquale SAGGESE, biologiste, zoologiste, écrivain et dessinateur animalier a mené de nombreuses recherches dans le domaine des méthodes d’investigation en Cryptozoologie. En collaboration avec le Dr. Maurizio Mosca, il a écrit un livre All’Ombra dei Falsi Mostri, criptozoologia tradizioni popolari e scoop giornalistici (édité par Ananke Torino en 2009). Il a produit de nombreuses représentations de sujets naturalistes, avec un intérêt particulier pour les animaux non répertoriés.

Axel MAZUER Après un bac scientifique et des études universitaires en philosophie (maîtrise), Axel MAZUER a travaillé à plusieurs reprises dans le secteur de la gestion d’information et du livre (bibliothèques, archives, etc…), notamment travaillé pour le musée zoologique de Lausanne, au département de cryptozoologie, où il a contribué à la mise en valeur du fonds Bernard Heuvelmans. Par ailleurs chercheur de terrain, il a participé à des recherches cryptozoologiques avec diverses associations européennes.

Philippe COUDRAY Né en 1960, il exerce la profession de dessinateur et scénariste de BD ainsi que de peintre. Il est passionné par la photographie en relief et la photo ornithologique.

LES ACTES DU COLLOQUE 2010–93

Dr.Darren NAISH Darren NAISH est paléontologue, spécialisé dans les vertébrés. Il est actuellement associé au département des Sciences de la Terre et de l’Envirnonnement à l’université de Portsmouth (Angleterre) et est coauteur de nombreux articles scientifiques sur les reptiles marins du Mésozoïque, les mammifères marins et les oiseaux aptères et les ptérosaures dont «How many extant pinniped species remain to be described?» (Historical Biology doi:10.1080/08912960902830210). Il anime le blog Tetrapod Zoology. Son ouvrage le plus récent est «The Great Dinosaurs Discoveries» (A&C Black,2009)

94– LES ACTES DU COLLOQUE 2010

View more...

Comments

Copyright 2017 ECITYDOC Inc.